Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: les faubourgs réhabilités :: Les habitations luxueuses :: Demeure de Liam Cattin
MessageSujet: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon EmptyVen 7 Déc 2018 - 17:52
Tu ralenties ta marche en arrivant près de ta maison. Tu commences à t'inquiété. Même si ta colocataire est une proie, elle n'en est pas moins une femme coriace et très sélective en matière des objets qu'elle s’accapare chez toi. Elle en devient presque possessive.

Tu tends l'oreille, mais ne perçoit aucun son qui peut t'indiquer qu'elle est à la maison. Tu soupires discrètement avant de forcer Chloé à avancer jusqu'au pas de la porte. Tu sors tes clés de ta poche avant d'ouvrir et d'entrer. L'odeur de hyène mêlée à celle de la lapine peut se faire sentir, mais habitué, tu ne le remarques même pas. Heureusement, tu as réussi à te débarrasser de ses parfums qu'elle mettait et qui t'étouffait. Bon, elle t'en veut horriblement, mais ton nez peut enfin respirer sans être submerger par cette odeur pestilentielle.

Une fois enlevés tes chaussures, tu te retournes vers Cloé avant de t'approcher d'elle et te tendre tes mains vers son visage d'un geste vif. Tu décroches la muselière pour le lui enlever. Tu jettes celle-ci au sol et n'y prêta plus attention. En remarquant les creux rouges sur les joues de Chloé, tu siffles, presque compatissant. Le vendeur n'a pas été de main morte. Mais, il t'a mit en garde contre l'humaine et doit savoir ce qu'il fait.

Tu observes les menottes et notes qu'elles sont, elles aussi, bien trop serrées. Tu grimaces avant d'attraper les mains de l'humaine et avant qu'elle ne fasse quelque chose, lui libère les poignets. Un bruit de métal retenti dans la maison quand les menottes touchèrent le sol. Tu ne dédaignes même pas les ramasser. Ses poignets étaient rouges, avec quelques pointes de bleu à cause du manque d'air dans ses veines. Le vendeur ne sait pas si bien faire son boulot que ça. Si tu les avais laissé plusieurs heures, ses mains n'auraient plus été d'aucune utilité.

- Enlèves tes chaussures. Tu vas m'aider à ranger ce bazar.


Le bazar, comme tu l’appelles, n'est en réalité que des linges et des vêtements que ta colocataire à laisser traîner dans toute la maison. Pratiquement tous les mois, c'étaient la même chose : elle laisse ses affaires à même la sol, en pleine crise de son hybridation, ou était-ce pour t'emmerder ? Tu commences gentiment à avoir l'habitude et, même si tu t'es plains plusieurs fois, elle n'a jamais corrigé cette manie.

Avant de s'approcher du salon, tu observes gravement ton humaine et lui dit sèchement :

- Et t'avises pas de faire la conne, sinon, mes dents pourraient facilement rencontrer ta peau.

Tu ne lui accords plus d'attention et avance vers la table basse pour commencer à ramasser les hauts dessus. Est-ce que c'est toi ou il y a de la paille sur certains? Certains tombes sur le sol et tu te retins de hurler. Mais qui lui avait donné une telle empotée ?! Tu grognes en pensant que tu dois laver les vêtements avant de les ranger et qu'il te faudra passer l'aspirateur sur le tapis. Pourquoi as-tu déjà accepté de l'inviter à rester chez toi pour quelque temps - qui c'est révélant être permanent - déjà ? À oui, c'est vrai. Elle est venu un jour de pluie et t'as supplié de l’héberger. Naïvement, tu as accepté, trop heureux d'avoir enfin de la compagnie.

@Chloé Alençon
Liam Cattin

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: 21 ans
En bref !:
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Date d'inscription : 17/06/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon EmptySam 8 Déc 2018 - 19:22
Bizarrement, la curiosité avait pris le pas sur la réticence : les derniers mètres qui séparaient le duo maître/esclave du lieu de résidence s'étaient faits avec moins de résistance de la part de Chloé, encore trop surprise de la qualité de vie que cet animal s'était octroyée. Le coup de collier de la hyène en guise de bienvenue ramena cependant la jeune esclave les pieds sur terre.


Ce charognard avait dû tuer le propriétaire, ou profiter de l'absence de ce dernier, probablement réduit en esclavage dans le meilleur des cas, pour lui voler son lieu de résidence. Combien d'années de dur labeur, combien de milliers d'euros de crédit, combien de souvenirs avaient ainsi été bafoués de la sorte ?


A l'intérieur, une odeur musquée et bestiale emplit les narines de la jeune femme qui ne put réprimer un mouvement de recul. Il lui fallait au moins ça pour s'habituer à la puissance de cet arôme issu d'un cocktail répugnant de phéromones et de transpiration. La hyène s'était retournée, et fixait désormais Chloé tout en approchant. Le cœur de Chloé s'emballa : que lui voulait-elle ?


La muselière lui fut retirée d'un geste sec, sans tendresse aucune. La douleur qui avait été étouffée pendant le trajet à cause de la pression des lanières, se réveilla, contrariée d'avoir été ainsi ignorée. Elle fut vive et lancinante, arrachant une grimace de douleur à Chloé. Celle-ci en avait presque les larmes aux yeux. Malheureusement, à cause des menottes, elle ne pouvait rien faire, pas même se masses les joues. Elle déglutit péniblement. Même cette action anodine était devenue douloureuse.


L'hybride siffle, impressionné des marques que le cuir avait laissé sur le visage de la jeune femme. Elle s'embrasa :
- C'est de ta faute, tout ça. Ne joue pas le surpris : c'est exactement ce que tu voulais.


Les menottes aussi tombèrent lourdement sur le sol, libérant les poignets engourdis de la jeune femme. Son premier instinct, une fois libérée de son entrave, fut de jeter un œil à la porte d'entrée : il était peut-être encore temps pour fuir..? Non, ne soyons pas stupide : même en admettant qu'elle parvienne à semer la hyène à la course, ce qui n'était pas gagné, où irait-elle ensuite ? Que ferait-elle ?


Le premier ordre tomba tel un couperet. Le demi-humain avait peut-être fait là son premier investissement dans le domaine de l'esclavagisme, il semblait prendre son rôle au sérieux et avec un naturel effrayant. Chloé jeta un regard froid dans la direction de la bête avant de répondre d'un ton médisant.
- Oui, « maître »...


Chloé avait répondu sans trop savoir, et lorsque son regard suivit son maître qui se dirigeait vers le salon, elle remarqua les dunes de linge. Ses yeux s'écarquillèrent tellement qu'elle n'était même plus sure que ceux-ci puissent s'ouvrir assez pour percevoir la réalité. Est-ce que ce bordel innommable était vrai ? Et il voulait qu'elle range ça ? Elle se massa les tempes, découragée à l'avance par son ordalie. Elle commença par prendre ses chaussures, celles de son clébard Alpha, la muselière et les menottes. Elle rangea les premières dans le meuble indiqué, et posa les secondes sur une commode basse, près de l'entrée.


- Et puis pourquoi ça pue autant, ici, sérieusement ?! Ce dégueulasse avait dû sauter le jour du ménage plusieurs mois d'affilée pour parvenir à une saveur si pure. Révoltant ! Les menaces de la hyène filèrent à travers la pièce. Chloé roula les yeux, blasée.
- Oui, maître. Cet hybride, comme tous les autres, ne pensait pas plus loin que le bout de son nez. Impulsif, il était prêt à la mordre si elle ne s'acquittait pas correctement de sa tâche. Mais comment travaillerait-elle à l'avenir s'il lui bouffait les bras ?


Chloé entra dans le salon, non sans jeter un œil indiscret dans toutes les directions possibles. Oh bien sûr qu'elle prendrait le temps d'aller fouiner partout ! Il n'y avait qu'à attendre qu'on la laisse seule, que ce monstre s'absente. Il devait forcément avoir des trucs un peu honteux, ou une réserve d'os à moelle qu'il suffirait de jeter à la benne... ou de l'argent perdu sous le canapé. Chloé comprenait désormais un peu mieux pourquoi ses parents lui avaient toujours vivement intimé de ranger sa chambre avant le passage de l'hybride de ménage. Tout faisait sens désormais.


Elle se pencha et commença à disséquer l'un des monceaux de linge. Alors qu'elle pliait et organisait en tas les différents vêtement, son cerveau se réveilla de sa torpeur... elle venait de mettre la main sur une culotte de femme. Elle fronça les sourcils tout en tenant le bout de tissu – très léger, soit dit en passant – à bout de doigts. Elle n'avait pas envie de savoir si c'était du linge propre ou sale, mais surtout... surtout.. elle tourna lentement la tête vers la hyène. L'indignation se lisait sur son visage.


- Ne me dis pas.... que tu portes ça ?!


Chloé n'attendit pas d'avoir sa réponse pour plier la culotte de manière expéditive. En fait, à bien y regarder, la majeure partie de la garde-robe étalée au sol était davantage féminine que masculine. Qu'est-ce que ce taré avait comme hobby ? Et pourquoi avait-il fallu qu'on lui colle ça dans les pattes ?


Elle continua de plier le linge, sceptique, lorsque l'idée fit son bout de chemin : il ne vivait pas seul. L'indice était pourtant là dès le début, mais l'odeur de chacal de son maître avait masqué ce détail jusqu'à ce que les narines de l'humaine s'habituent à cette agression constante. Il y avait une autre odeur, moins forte mais présente tout de même. Et cette odeur, bien qu'elle n'avait rien à voir avec la première, avait ceci de similaire qu'il ne s'agissait pas d'une odeur humaine mais de celle d'un hybride.


La jeune femme réalisa alors dans quel pétrin elle se trouvait cette fois-ci : elle venait de devenir en ce jour l'animal de compagnie d'un couple d'hybrides, tout comme une famille normale adopterait un vulgaire chien pour faire plaisir à madame. Sauf que Chloé ne voulait plaire ni à monsieur, ni à madame. Madame pouvait bien aller se faire foutre avec son linge à la con.


- En fait, je ne vois pas pourquoi je rangerait ce merdier, asséna-t-elle en lançant un chemisier par-dessus un monticule de linge. C'est pas ton linge alors c'est pas le linge de mon maître. Je ferai pas ça, débrouillez-vous avec votre bourgeoise, « maître ».
Chloé Alençon
♔ Pet Indressable ♔
♔ Pet Indressable ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 07/11/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon EmptyDim 30 Déc 2018 - 10:33
Tu ne sais pas vraiment pourquoi cette humaine t'as attiré, mais tu commences presque à regretter sa venue. Tu ne peux plus faire tes soirées devant la télé tranquille et tu peux oublié tes petites blagues nocturnes dans les bars des coins. Tous ça sera supprimer à cause du manque de confiance que Chloé transmet. Non, tu ne peux tout simplement pas la laisser seule à la maison au manque de la voir déguerpir aussi vite que le vent. Elle filera dès que tu oseras sortir un pas hors de la maison sans elle et la lapine t'en prendra pour seul responsable. Pourtant, c'est elle qui l'avait voulu, mais elle préférait mettre tous les problèmes sur ton dos...

Tu lui jettes un regard étonné quand elle parle de la puanteur de la pièce. Comment ça ça sent mauvais? Pendant que tu renifles pour comprend enfin l'immense problème odorant, Chloé alla vers une pile de linge pour les plier et les trier. Elle n'est pas si bête qu'elle en a l'air. étrangement, elle s’arrête dans son travail et tourne la tête vers toi où de l'indignation se lit sur son visage. Tu suis son regard avant d’écarquiller les yeux en voyant la culotte qu'elle tient dans les mains. Est-ce qu'elle suggère... Oui, elle le fait. Tu sens tes joues devenir rouges d’embarras en t'imaginant porter de telle accoutrement. Qui met ça délibérément !?

- Bien sûr que non ! Elle est à ma colocataire.

Tu te grattes l'arrière de la tête, cherchant une autre réponse pour te sortir de là. Hélas, tu n'en trouves pas et ton esclave semble bien s'en ficher de toutes les manières. Elle est retournée à ses affaires avant de s'arrêter une seconde fois. Tu l'observes, peu hésitant qu'elle demande encore une nouvelle question de l'ordre dressing féminin. Quand sa voix te parvint à tes oreilles, tu n'arrives pas à retenir un grognement. Elle vint tout juste t'insulter ta colocataire, intentionnellement, certes, mais tu n'y prends pas garde. Tu sens ton sang bouillir pendant que tes instincts te cris de la punir d'avoir oser cette bavure à ton "alpha".

Tu t'approche rapidement d'elle, l'attrape par son col et la renverse dans le tas de linge qu'elle a fait, le dos dans les tissus froissés. Tu la retins dedans en posant ton pied contre son ventre, appuyant assez pour que cela démange mais pas pour quel cela fasse réellement mal. Tu le foudroies avec une telle haine que tu as l'impression que ta vision se brouille de rouge. De sang. Tu veux que son sang coule sur le sol. Tu la veux morte. Tu te mords la lèvre jusqu'à l'ouvrir pour te ressaisir: tu ne peux pas la tuer. Tu viens de l'acheter, tu n'en as pas le droit.

- Ecoute moi bien : Elle est autant ta maîtresse que moi et si je t'ordonne de faire SA lessive alors tu ferras SA lessive! Ai-je bien été claire?

Tu enfonces ton pied sur son ventre pour appuyer tes propos. Il n'est pas question que cette humaine décide de faire ce qu'elle veut. Elle est chez toi! Dans ta maison. Ton territoire. Tu claques des dents, sentant une soudaine envie d'écraser l’estomac de l'humaine, mais tu te contiens. Tu retires ton pied avec contrecœur avant d'attraper un soutien-gorge au sol et de le lancer sur la figure de Chloé.

- Maintenant va mettre ça dans la machine! Elle se trouve à droite des escaliers en bois, première porte. Dépêche-toi. Et t'avises pas de l'enclencher.

Tu te retournes, respirant le plus silencieusement alors que ton cœur bat à cent à l'heure. Ta vision se brouille de nouveau de rouge. Tu as l'impression que tu vas devenir fou. Tu caches tes mains dans ton pantalon: elles te semblent plus aiguisées que d'habitude et tu as l'impression qu'elles ne t'obéissent plus, qu'elles veulent faire un carnage du corps qui se tient derrière toi.

Tu te dépêches d'ouvrir la porte vitrée qui donne accès à la terrasse, laissant l'air pur rentrer librement. Il est froid, un peu glacial, maintenant que tu y penses. Pourtant, le vent te permet de te calmer correctement, laissant tes soucis en arrière. Tu respires profondément, sentant que les odeurs de la maison commencent à partirent par l'ouverture, comme happer par une force invisible. Tu te demandes si elle peut faire pareille avec toi. Hélas, tu es bien trop lourd pour elle et elle n'est pas assez forte pour réussir.

Tu grimaces, désespéré, en voyant le parterre de buisson au fond du jardin. C'est là que ton ancienne maîtresse repose. Tu n'as pas eu le courage de lui donner un tombe adéquate, laissant les plantes et les vers faire leur travail. Il ne reste rien du tas de terre que tu as fait. Les buissons qui ont poussées dessus semblent grelotter, pousser par le vent froid qui sévit dans la région. C'est ce même vent qui te force à te réfugier à l'intérieur.

Tu refermes la porte vitrée avant de regarder ce que faisait l'humaine. A-t-elle seulement suivit ton ordre? Elle a intérêt. Tu ne pourras pas toujours te contrôler comme maintenant. Et si ce jour arrivait, elle allait amèrement le regretter.

@Chloé Alençon
Liam Cattin

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: 21 ans
En bref !:
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Date d'inscription : 17/06/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon EmptyMar 15 Jan 2019 - 15:42
Cette espèce de clébard du désert venait de confirmer que la villa qu'il avait transformée en trou puant hébergeait une seconde personne. Un second demi-homme, à en juger par l'odeur et le fait que peu d'humains auraient été autorisés à disséminer leurs sous-vêtements de la sorte sans être forcés à les ranger.


Un autre hybride. Chloé s'insurgeait : pourquoi avait-il fallu qu'elle soit adopté par un couple de bêtes. Et surtout comment un type comme ça pouvait se trouver une femelle qui le supporte ? C'était insensé. Madame devait soit avoir une patience digne de Bouddha ou bien un caractère de merde elle aussi.


La jeune femme roula des yeux en se replongeant dans sa tâche ingrate. Qu'ils n'essayent pas de lui donner des ordres tous les deux ! Instinctivement, comme à chaque fois qu'elle sortait de l'animalerie, l'esclave se demandait si son ancienne demeure était loin. L'idée qu'elle puisse elle aussi être tombée au mains d'hybrides, dégradée et souillée, son cœur se serra. La maison dans laquelle elle était née et avait grandie, réduite à un vulgaire clapier où se réunissaient les pires monstres...


Elle ne vit pas la brute fondre sur elle et la soulever par le col. La facilité déconcertante avec laquelle ce dernier la plaqua au sol arracha à la jeune femme un cri étouffé. Son urètre faillit lâcher, lui aussi, sous le coup de la peur. La hyène écrasa le ventre de Chloé avec son pied. Par réflexe, elle se saisit de la cheville de son maître pour le retirer, mais rien à faire : il ne bougerait pas.


Les larmes lui montant aux yeux, tant à cause de la peur que de la colère, elle croisa les yeux du démon. Les flammes de l'enfer semblaient se déchaîner dans ses iris jaunes. Si elle comptait survivre, c'était vraiment le moment pour la jeune femme de se taire. Elle continua de le fixer, anxieuse pour la suite.


Ses exigences ne sauraient s’accommoder d'un quelconque refus ; il fallait bien avouer que la hyène avait des arguments frappants.
- D-d'accord..! Ma maîtresse aussi, c'est compris, balbutia-t-elle malgré ses efforts pour articuler une réponse cohérente.
Lorsque le pied se leva enfin de son estomac, Chloé resta recroquevillée au sol quelques secondes. La douleur était rendue pire avec les nausées. Mais elle focalisa son esprit : elle n'allait pas offrir à son maître le spectacle d'une régurgitation de bile. D'un autre côté, Chloé se dit que ç'aurait été drôle de vomir sur les affaires de son maître... mais non seulement aurait-elle dû tout nettoyer elle-même par la suite, elle aurait probablement écopé d'un tabassage en règle pour cet acte.


Tout ce qu'elle reçut, en signe de compassion, ce fut un soutien-gorge qui lui cingla le visage.
L'invitation de l'hybride à prendre congé ne fut pas qu'une aubaine, c'était un besoin vital : Chloé l'accepta comme tel, son cerveau reléguant la douleur au second plan pour s'éclipser prestement. Chargé d'ondes négatives, le salon semblait repousser les deux protagonistes afin qu'ils en sortent. Une fois arrivée près de la machine à laver, hors de vue de son maître, Chloé resta un instant les yeux perdus dans le vide. Ses nerfs lâchèrent pour la première fois depuis un moment.


Quelques larmes roulèrent sur ses joues, mais elle réprima tout sanglot. Elle ne voulait pas que la hyène l'entende. Elle se dépêcha d'enfourner le linge dans la machine et sécha ses larmes d'un revers de manche.
- Ne le laisse pas voir tes faiblesses, ne leur donne pas ce plaisir... Ne le laisse pas te tuer, répéta-t-elle tel un mantra. Lorsqu'elle se sentit prête, elle revint dans le salon pour y trouver son maître. L'odeur était nettement plus tolérable, et la fraîcheur ambiante semblait indiquer que la fenêtre avait été ouverte... ou la porte ??


Un coup d’œil inquiet en direction de la porte d'entrée permit à Chloé de constater que sa « maîtresse » était toujours absente, que ce n'était pas sa venue qui avait recyclé l'air de la pièce. Son regard se reporta sur son maître. Celui-ci la regardait également, haussant un sourcil inquisiteur. Qu'est-ce qu'il voulait, à présent, l'animal ?


- Le linge est dans la machine.. qui n'est pas enclenchée. La précision lui avait semblé judicieuse. Jamais trop de prudence avec un type comme ça. Chloé n'avait aucune envie de croiser le regard de la hyène, mais son instinct de survie lui interdisait également de le quitter des yeux un seul instant. Ils devaient avoir l'air de chiens de faïence à se regarder ainsi... Il avait l'air un tout petit peu plus calme, ceci dit.


- Et euh... A quoi reconnaîtrai-je ma nouvelle « maîtresse » ? Aussi, vous avez des noms, tous les deux ? Vous connaissez déjà le mien, ce n'est que justice que vous me donniez le vôtre en réponse, non ?
Chloé avait agrémenté sa question d'un sourire hypocrite. Elle avait toujours mal vécu le fait qu'un hybride lui soit supérieur en quoi que ce soit. Elle aimait surtout savoir autant sur ses maîtres qu'elle faisait d'efforts pour que eux, en revanche, en sachent le moins possible. Et puis c'était plus facile de tenir une liste de vengeance avec des prénoms que simplement en numérotant « maître n°1 », « maître n°2 » etc.

@Liam Cattin
Chloé Alençon
♔ Pet Indressable ♔
♔ Pet Indressable ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 07/11/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon EmptySam 2 Fév 2019 - 10:16
Vous vous regardez, attendant une réaction de l'autre. Tu ne sais pas quoi dire maintenant. À vrai dire, tu commences même à te demander si cela a été une bonne idée de l'adopter. Tu aimerais rire de cette pensée idiote, mais te retient pour faire bonne figure. Un autre aurait-il seulement fait l'affaire? Non, et tu le sais. Elle est la seule qui te permets de te sortir d'un ennuyant quotidien. Tu souris simplement avant d’entendre de Chloé te dire qu'elle a fait ce que tu lui a demandé. C'est bien. Tu aurais parié le contraire, mais c'est mieux ainsi. Elle ne peut pas tout le temps te désobéir.

Tu sens une étrange odeur flotter vers elle et tes hormones crient qu'il y a un problème. Tu ne comprends pas. Cela te pique le nez et te lance des faibles électrochocs dans tout le corps. Tu te rappel soudain: ton ancienne maîtresse a eut souvent cette odeur sur elle le jour du départ de son mari. C'était l'odeur des larmes, de la tristesse. Tu ne sais pas trop comment réagir. Tes hormones te disent d'aller la consoler, mais il est claire que c'est à cause de toi qu'elle est dans cet état. Cela n'aggraverait que les choses.

Soudain, elle te demande ton nom. Tu sens prit de court. Tu ne lui as pas donné? Tu recherches dans ta mémoire. Hélas, elle a raison. Tu peste intérieurement avant de mettre une main contre ta hanche, laissant l'autre jouer avec ton collier noir.

- C'est vrai que je ne te l'ai pas donné. Je me nomme Liam Cattin et ma colocataire, Noémie. Tu ne risques pas de la voir beaucoup: elle aime vadrouiller à gauche et à droite.


Tu renifles avec dédain cette dernière phrase. Qu'elle aille au diable, cette lapine! À part s'accaparer tes affaires, elle ne t'a apporté que des ennuis. Elle n'est même pas une bonne alpha pour toi.

- Viens avec moi.

Sans plus de cérémonie, tu te diriges vers le lave-linge pour inspecter son contenu. Tu grimaces. Elle n'a fait que mettre le linge à l’intérieur sans le trier. En même temps, tu ne lui as pas précisé ça et elle n'a suivit que tes ordres. Tu soupires avant de fermer la porte du tambour et, une fois mit la dose correcte, enclencha la machine. Tu te ferras surement gronder, mais bon, au moins, tu as enfin une excellente excuse.

Tu te retournes vers ton humaine avant de te mettre près d'elle. Tu dois baisser la tête pour la regarder tant elle minuscule.

- Il me semble que je t'ai pas dit non plus où tu dormiras. Suis moi.

Tu traverses le salon, puis monte les escaliers. Un canapé et deux fauteuils blancs sont placés près d'une bibliothèque. Pour dire vrai, tu ne viens pratiquement jamais à cette étage. C'est là qu'elle est morte, dans la chambre principale. Repenser à ça te serre le cœur et la gorge. Tu te mords les lèvres et continue vers le petit couloir.

- Ta chambre est la dernière à de gauche. Il t'est interdit d'aller dans la première à droite et celle près des escaliers. Par contre, si tu préfères l'autre en face, tu peux changer.

La chambre, plus petite que toutes les autres, ne contient qu'un lit, un petit bureau et une armoire. Assurément, Chloé devra la remplir comme elle le veut, même si tu sens que tu devras, de temps en temps, aller voir ce qu'elle y met. On est jamais trop prudent.

- OH! Dernière question: est-ce que tu sais faire à manger?

Si cette humaine peut te soulager un peu niveau cuisine, cela peut t'aider grandement. Cela dit, il te faudra la surveiller pendant quelque temps pour être sûr qu'elle n'essaye pas de t'empoisonner. Tu doutes que cela arrive, ton odorat est assez développé pour repérer quelque chose qui ne vas pas dans les plats que tu connais. Hélas, si elle décide de faire de nouveaux plats, tu es fichu. Mieux vaut ne pas lui dire ce défaut, elle pourrait s'en servir pour te tuer facilement. Tu frisonnes légèrement. Mourir empoisonné n'est clairement pas une fin que tu veux pour toi.

@Chloé Alençon
Liam Cattin

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: 21 ans
En bref !:
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 59
Date d'inscription : 17/06/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon Empty
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La première opinion n'est pas forcément la bonne (Azilis)
» La solitude n'est pas forcément de bonne compagnie.
» Fin du rp: On finira forcément sous le gui {OK}
» Discours de Bienvenue. (ouvert à tous, forcément !)
» L'ennemi de mon ennemi n'est pas forcément mon ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: les faubourgs réhabilités :: Les habitations luxueuses :: Demeure de Liam Cattin-
Sauter vers: