Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: les faubourgs réhabilités :: Les habitations luxueuses :: Demeure de Liam Cattin
MessageSujet: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon Ven 7 Déc 2018 - 17:52
Tu ralenties ta marche en arrivant près de ta maison. Tu commences à t'inquiété. Même si ta colocataire est une proie, elle n'en est pas moins une femme coriace et très sélective en matière des objets qu'elle s’accapare chez toi. Elle en devient presque possessive.

Tu tends l'oreille, mais ne perçoit aucun son qui peut t'indiquer qu'elle est à la maison. Tu soupires discrètement avant de forcer Chloé à avancer jusqu'au pas de la porte. Tu sors tes clés de ta poche avant d'ouvrir et d'entrer. L'odeur de hyène mêlée à celle de la lapine peut se faire sentir, mais habitué, tu ne le remarques même pas. Heureusement, tu as réussi à te débarrasser de ses parfums qu'elle mettait et qui t'étouffait. Bon, elle t'en veut horriblement, mais ton nez peut enfin respirer sans être submerger par cette odeur pestilentielle.

Une fois enlevés tes chaussures, tu te retournes vers Cloé avant de t'approcher d'elle et te tendre tes mains vers son visage d'un geste vif. Tu décroches la muselière pour le lui enlever. Tu jettes celle-ci au sol et n'y prêta plus attention. En remarquant les creux rouges sur les joues de Chloé, tu siffles, presque compatissant. Le vendeur n'a pas été de main morte. Mais, il t'a mit en garde contre l'humaine et doit savoir ce qu'il fait.

Tu observes les menottes et notes qu'elles sont, elles aussi, bien trop serrées. Tu grimaces avant d'attraper les mains de l'humaine et avant qu'elle ne fasse quelque chose, lui libère les poignets. Un bruit de métal retenti dans la maison quand les menottes touchèrent le sol. Tu ne dédaignes même pas les ramasser. Ses poignets étaient rouges, avec quelques pointes de bleu à cause du manque d'air dans ses veines. Le vendeur ne sait pas si bien faire son boulot que ça. Si tu les avais laissé plusieurs heures, ses mains n'auraient plus été d'aucune utilité.

- Enlèves tes chaussures. Tu vas m'aider à ranger ce bazar.


Le bazar, comme tu l’appelles, n'est en réalité que des linges et des vêtements que ta colocataire à laisser traîner dans toute la maison. Pratiquement tous les mois, c'étaient la même chose : elle laisse ses affaires à même la sol, en pleine crise de son hybridation, ou était-ce pour t'emmerder ? Tu commences gentiment à avoir l'habitude et, même si tu t'es plains plusieurs fois, elle n'a jamais corrigé cette manie.

Avant de s'approcher du salon, tu observes gravement ton humaine et lui dit sèchement :

- Et t'avises pas de faire la conne, sinon, mes dents pourraient facilement rencontrer ta peau.

Tu ne lui accords plus d'attention et avance vers la table basse pour commencer à ramasser les hauts dessus. Est-ce que c'est toi ou il y a de la paille sur certains? Certains tombes sur le sol et tu te retins de hurler. Mais qui lui avait donné une telle empotée ?! Tu grognes en pensant que tu dois laver les vêtements avant de les ranger et qu'il te faudra passer l'aspirateur sur le tapis. Pourquoi as-tu déjà accepté de l'inviter à rester chez toi pour quelque temps - qui c'est révélant être permanent - déjà ? À oui, c'est vrai. Elle est venu un jour de pluie et t'as supplié de l’héberger. Naïvement, tu as accepté, trop heureux d'avoir enfin de la compagnie.

@Chloé Alençon
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: 21 ans
En bref !:
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 54
Date d'inscription : 17/06/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon Sam 8 Déc 2018 - 19:22
Bizarrement, la curiosité avait pris le pas sur la réticence : les derniers mètres qui séparaient le duo maître/esclave du lieu de résidence s'étaient faits avec moins de résistance de la part de Chloé, encore trop surprise de la qualité de vie que cet animal s'était octroyée. Le coup de collier de la hyène en guise de bienvenue ramena cependant la jeune esclave les pieds sur terre.


Ce charognard avait dû tuer le propriétaire, ou profiter de l'absence de ce dernier, probablement réduit en esclavage dans le meilleur des cas, pour lui voler son lieu de résidence. Combien d'années de dur labeur, combien de milliers d'euros de crédit, combien de souvenirs avaient ainsi été bafoués de la sorte ?


A l'intérieur, une odeur musquée et bestiale emplit les narines de la jeune femme qui ne put réprimer un mouvement de recul. Il lui fallait au moins ça pour s'habituer à la puissance de cet arôme issu d'un cocktail répugnant de phéromones et de transpiration. La hyène s'était retournée, et fixait désormais Chloé tout en approchant. Le cœur de Chloé s'emballa : que lui voulait-elle ?


La muselière lui fut retirée d'un geste sec, sans tendresse aucune. La douleur qui avait été étouffée pendant le trajet à cause de la pression des lanières, se réveilla, contrariée d'avoir été ainsi ignorée. Elle fut vive et lancinante, arrachant une grimace de douleur à Chloé. Celle-ci en avait presque les larmes aux yeux. Malheureusement, à cause des menottes, elle ne pouvait rien faire, pas même se masses les joues. Elle déglutit péniblement. Même cette action anodine était devenue douloureuse.


L'hybride siffle, impressionné des marques que le cuir avait laissé sur le visage de la jeune femme. Elle s'embrasa :
- C'est de ta faute, tout ça. Ne joue pas le surpris : c'est exactement ce que tu voulais.


Les menottes aussi tombèrent lourdement sur le sol, libérant les poignets engourdis de la jeune femme. Son premier instinct, une fois libérée de son entrave, fut de jeter un œil à la porte d'entrée : il était peut-être encore temps pour fuir..? Non, ne soyons pas stupide : même en admettant qu'elle parvienne à semer la hyène à la course, ce qui n'était pas gagné, où irait-elle ensuite ? Que ferait-elle ?


Le premier ordre tomba tel un couperet. Le demi-humain avait peut-être fait là son premier investissement dans le domaine de l'esclavagisme, il semblait prendre son rôle au sérieux et avec un naturel effrayant. Chloé jeta un regard froid dans la direction de la bête avant de répondre d'un ton médisant.
- Oui, « maître »...


Chloé avait répondu sans trop savoir, et lorsque son regard suivit son maître qui se dirigeait vers le salon, elle remarqua les dunes de linge. Ses yeux s'écarquillèrent tellement qu'elle n'était même plus sure que ceux-ci puissent s'ouvrir assez pour percevoir la réalité. Est-ce que ce bordel innommable était vrai ? Et il voulait qu'elle range ça ? Elle se massa les tempes, découragée à l'avance par son ordalie. Elle commença par prendre ses chaussures, celles de son clébard Alpha, la muselière et les menottes. Elle rangea les premières dans le meuble indiqué, et posa les secondes sur une commode basse, près de l'entrée.


- Et puis pourquoi ça pue autant, ici, sérieusement ?! Ce dégueulasse avait dû sauter le jour du ménage plusieurs mois d'affilée pour parvenir à une saveur si pure. Révoltant ! Les menaces de la hyène filèrent à travers la pièce. Chloé roula les yeux, blasée.
- Oui, maître. Cet hybride, comme tous les autres, ne pensait pas plus loin que le bout de son nez. Impulsif, il était prêt à la mordre si elle ne s'acquittait pas correctement de sa tâche. Mais comment travaillerait-elle à l'avenir s'il lui bouffait les bras ?


Chloé entra dans le salon, non sans jeter un œil indiscret dans toutes les directions possibles. Oh bien sûr qu'elle prendrait le temps d'aller fouiner partout ! Il n'y avait qu'à attendre qu'on la laisse seule, que ce monstre s'absente. Il devait forcément avoir des trucs un peu honteux, ou une réserve d'os à moelle qu'il suffirait de jeter à la benne... ou de l'argent perdu sous le canapé. Chloé comprenait désormais un peu mieux pourquoi ses parents lui avaient toujours vivement intimé de ranger sa chambre avant le passage de l'hybride de ménage. Tout faisait sens désormais.


Elle se pencha et commença à disséquer l'un des monceaux de linge. Alors qu'elle pliait et organisait en tas les différents vêtement, son cerveau se réveilla de sa torpeur... elle venait de mettre la main sur une culotte de femme. Elle fronça les sourcils tout en tenant le bout de tissu – très léger, soit dit en passant – à bout de doigts. Elle n'avait pas envie de savoir si c'était du linge propre ou sale, mais surtout... surtout.. elle tourna lentement la tête vers la hyène. L'indignation se lisait sur son visage.


- Ne me dis pas.... que tu portes ça ?!


Chloé n'attendit pas d'avoir sa réponse pour plier la culotte de manière expéditive. En fait, à bien y regarder, la majeure partie de la garde-robe étalée au sol était davantage féminine que masculine. Qu'est-ce que ce taré avait comme hobby ? Et pourquoi avait-il fallu qu'on lui colle ça dans les pattes ?


Elle continua de plier le linge, sceptique, lorsque l'idée fit son bout de chemin : il ne vivait pas seul. L'indice était pourtant là dès le début, mais l'odeur de chacal de son maître avait masqué ce détail jusqu'à ce que les narines de l'humaine s'habituent à cette agression constante. Il y avait une autre odeur, moins forte mais présente tout de même. Et cette odeur, bien qu'elle n'avait rien à voir avec la première, avait ceci de similaire qu'il ne s'agissait pas d'une odeur humaine mais de celle d'un hybride.


La jeune femme réalisa alors dans quel pétrin elle se trouvait cette fois-ci : elle venait de devenir en ce jour l'animal de compagnie d'un couple d'hybrides, tout comme une famille normale adopterait un vulgaire chien pour faire plaisir à madame. Sauf que Chloé ne voulait plaire ni à monsieur, ni à madame. Madame pouvait bien aller se faire foutre avec son linge à la con.


- En fait, je ne vois pas pourquoi je rangerait ce merdier, asséna-t-elle en lançant un chemisier par-dessus un monticule de linge. C'est pas ton linge alors c'est pas le linge de mon maître. Je ferai pas ça, débrouillez-vous avec votre bourgeoise, « maître ».
avatar
♔ Pet Indressable ♔
♔ Pet Indressable ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 27
Date d'inscription : 07/11/2018
Revenir en haut Aller en bas
La première impression n'est pas forcément la bonne - Chloé Alençon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La première opinion n'est pas forcément la bonne (Azilis)
» La solitude n'est pas forcément de bonne compagnie.
» Fin du rp: On finira forcément sous le gui {OK}
» Des lunettes classes vont forcément avec un fruit classe ...
» Les Ev's / Les IV's ou DV's

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: les faubourgs réhabilités :: Les habitations luxueuses :: Demeure de Liam Cattin-
Sauter vers: