Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Brise-moi si tu l'oses !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: La ville du renouveau : Avant Propos :: Présentation
MessageSujet: Brise-moi si tu l'oses ! Jeu 8 Nov 2018 - 9:21
|
Chloé ALENÇON
BISEXUELLE
20 ANS
FRANÇAISE


  
Ce qui sépare l'homme de la bête, c'est la dignité qu'il conserve face à toute adversité

  

  
Humaine à l'esprit rebelle et indocile, mais capable de se montrer docile quand nécessaire.


   Chloé est une humaine pure souche. Avant que les conflits n'éclatent, elle aspirait à des études de droit pour devenir procureur ou avocate. Elle a vécu dans une famille plutôt aisée où la droiture morale était principalement due à l'éducation religieuse qui y régnait. Si ses parents ont toujours tenté de lui éviter la confrontation avec les tensions naissantes de ce monde en pleine révolution, ce sont finalement ces dernières qui l'auront rattrapée... Le traditionalisme et la haute estime pour elle-même de Chloé ont rendu le renversement de situation très difficile à vivre pour elle, qui était encore jeune lorsqu'elle a été forcée à devenir esclave. Malgré le traitement réservé aux humains réduits à un tel état de soumission, les idéaux de Chloé sont restés ancrés dans son esprit : ce n'est pas à l'animal de dicter ses lois à l'Homme car ce dernier est l'espèce dominante de plein droit. Cette philosophie lui aura valu de nombreuses fois de se voir étiqueter la stigmate de l'indocilité, avec toutes les conséquences que cela implique. Avec le temps, sa position ne s'est pas modérée, au contraire, mais Chloé a appris dans la douleur et l'humiliation à afficher une façade et à se taire par nécessité. Elle en conserve une attitude assez digne, parfois hautaine, mais consentira à obéir de temps à autres afin d'éviter de provoquer le courroux de ses maîtres.


  
Meet me
Chloé
CARACTÈRE

   Comme de nombreux humains, Chloé fait partie de ceux qui n'ont pas vu l'inversion des forces se produire, mais qui en ont tout de même subi les conséquences. Plus jeune, elle se destinait à un avenir brillant, sous le regard vigilant de sa mère et l'autorité de son père. On voulait déjà pour elle des études supérieures à la Sorbonne ou à l'ENA, et son éducation devait rendre compte de son statut social. Ces conditions sine qua non imposées par sa famille ont modelé Chloé, sous le coup d'une pression présente tout au long de son enfance.


   S'accommodant de ces attentes, la jeune fille avait fini par concéder que cette image qu'on voulait pour elle était ce qu'il y avait de mieux pour son avenir, et elle s'y était conformée. Elle recherchait ainsi la moindre marque d'affection ou de consentement de la part de ses parents, le moindre sourire poli, la moindre caresse légère qui pouvait l'aider à ressentir cette proximité émotionnelle qu'elle recherchait tant.


   Cependant, cette personnalité devait également faire de Chloé un enfant problématique, car l'attention qu'elle recherchait timidement auprès de ses parents, elle l'exigeait ou bien la rejetait avec autant de force de la part d'autrui. A force de lui répéter que la médiocrité n'était l'apanage que de ceux qui ne réussissaient pas, et la réussite étant nécessaire pour recevoir l'affection de ses parents, Chloé est rapidement devenue hautaine, méprisante, voire infecte avec ceux qui la côtoyaient au quotidien. Sous les traits d'un enfant modèle, gâtée par une famille riche, l'on découvrait en fait ceux d'une fille dont la beauté extérieure n'est qu'un cache misère pour l'ouragan de complexes, de frustrations et d'émotions contradictoires qui fait rage à l'intérieur.


   Avec le temps, ce caractère s'est mu en une véritable surestimation de soi : Chloé était consciente que son statut social la plaçait au-dessus des nombreux enfants de son âge qu'elle pouvait croiser à l'école, et vouait le même mépris envers ses enseignants, ce qui força finalement ses parents à privilégier une éducation privée, puis à domicile. Ce qui semblait une solution toute désignée ne fit cependant que renforcer le caractère de Chloé, confirmant que sa manière d'être était légitimée par le traitement de faveur auquel elle avait droit.


   Elle tomba de haut... de très haut. Et la chute fut d'autant plus douloureuse. Tout son monde s'écroula le jour où les hybrides s'emparèrent du pouvoir, renforçant petit à petit cet acquis par un appui militaire, politique, puis juridique. Lorsqu'elle fut arrachée à ses parents, elle se mura dans ce tempérament d'animosité qu'elle s'était construit, et les punitions ne firent que raviver davantage la flamme de la colère qui était née de cette situation surréaliste que Chloé vit encore aujourd'hui comme une injustice.


   Chloé a longtemps espéré qu'on vienne un jour lui révéler que tout ceci n'était qu'une vaste mascarade, qu'une mauvaise blague qui prendrait bientôt fin, ou que quelqu'un avait enfin trouvé la force et le courage de se dresser pour faire valoir les droits de l'Homme... de l'HOMME, pas de l'animal ! Mais rien ne vint... et Chloé apprit le respect, le silence et l'obéissance, plus de force que de gré. C'était sa seule chance de survivre à ce cauchemar.


   Aujourd'hui, elle demeure tel que la révolution l'a laissée : une esclave, certes, mais surtout un feu qui couve et qui n'attend que la première étincelle pour se rebeller. Elle a encore beaucoup de mal à concéder qu'un hybride puisse lui être supérieur et avoir tous les droits sur elle. Une partie d'elle-même ne réalise peut-être même pas la gravité de sa situation, et elle a eu la chance de toujours s'en tirer à bon compte, ses précédents maîtres préférant se faire rembourser et prendre un autre esclave plutôt que de mater cette graine de rebelle.


   Dans ses rêves, elle imagine le jour où elle pourra mettre la main sur un moyen de se sauver, d'échapper à tout ça, de récupérer ce qui lui revient de droit... et surtout d'apprendre à ces demi-hommes quelle est leur place en ce monde.


   Finalement, c'est surtout la peur de s'ouvrir aux autres qui empêche Chloé de s'épanouir ou d'assumer ses sentiments. La peur de se dévoiler, que quelqu'un entre dans cette forteresse de faiblesse ; inviter quelqu'un à voir qui on est vraiment, c'est accepter de dévoiler notre vulnérabilité, quelque chose que la jeune femme se refuse à faire.
PHYSIQUE

   Chloé est une jeune femme de 20 ans aux yeux marron-vert et aux longs cheveux platine, lesquels sont noués façon soubrette, ornés de petits nœuds noirs. Elle mesure à peu près 1 mètre 65, et sa taille fine rend son apparence assez frêle dont la peau pâle donne l'impression d'une personne qui sait prendre soin d'elle.


   Ce n'est pas inexact, d'ailleurs, car l'un des soucis de Chloé est de toujours bien paraître, d'être bien coiffée, bien habillée. Si elle le pouvait, elle passerait de nombreuses heures à traiter sa peau pour la rendre plus douce, plus lisse, à brosser ses cheveux pour leur donner un aspect soyeux, à faire attention à ses cils pour que son regard illumine son visage, à repasser son linge... ou à faire faire tout cela par quelqu'un d'autre, bien sûr.


   Malheureusement, la réalité est un peu plus brutale et difficile à affronter. En tant qu'esclave, il est rare qu'on lui accorde ce genre de luxe, à fortiori lorsque son caractère lui fait exiger ce privilège plutôt que le demander poliment et respectueusement... Elle s'accommode donc de ce qu'elle peut, dans le peu de temps qu'on lui laisse au quotidien pour ce faire.


   Il n'est pas rare de voir ses mains fines passer dans ses cheveux pour chasser une mèche rebelle, ou sur ses vêtements pour épousseter la poussière d'une séance de ménage récente. Davantage gratte-papier que travailleuse manuelle, Chloé a toujours un peu de mal à s'habituer aux corvées ménagères qu'elle se voit confier : d'habitude, c'était un domestique ou un hybride qui s'en chargeait pour elle.


   Les traits de son visage peuvent sembler assez inexpressifs, voire froids, mais ils s'accompagnent en fait d'une infinité de légères variations dépendamment de l'humeur du moment. Devant son maître ou n'importe quelle personne dont elle estime que cette dernière ne mérite pas de la voir afficher son authenticité, elle préférera essayer de dissimuler ses émotions. Bien entendu, sa capacité à prendre sur elle n'est pas infinie, et c'est lorsque toute la pression accumulée implose que son visage devient le plus expressif, où elle cessera de se cacher et osera jouer carte sur table, pour le meilleur comme pour le pire.


   Finalement, ce qui caractérise Chloé lorsqu'elle est seule, c'est cet air pensif, perdue dans ses pensées. Ses yeux se troublent alors, un voile de mélancolie et de larmes mêlées obscurcissent son regard. A l'inverse, si la journée a été riche en désagrément, elle laissera libre cours à ses accès de colère en jetant son dévolu sur n'importe quel objet capable d'encaisser un coup de poing sans produire un bruit alarmant. Son oreiller en a vu des vertes et des pas mures ! C'est lorsqu'elle est seule et en confiance qu'elle osera révéler ses émotions, les laisser rejaillir sur les traits de son visage.
Chloé


  
Le feu qui couve

   La famille Alençon, loin de faire partie de la noblesse, faisait cependant partie de la haute bourgeoisie. Leur richesse, héritée d'un aïeul laborieux et capitalisée de père en fils, a fait la fierté de ses membres. Ainsi, traditionalisme et exigence furent de mise dès lors qu'il s'agissait d'éduquer les nouvelles générations, les héritiers de ce petit empire industriel.


   C'est par une froide journée de mars 2132 que Clarisse Alençon offre à Victor, son mari, une petite fille qui fait leur bonheur. Affaiblie par l'accouchement et sortant d'une maternité difficile, Clarisse apprend que la conception d'un second enfant pourrait mettre en péril sa santé voire pire encore : sa vie. Victor Alençon décide alors qu'il se contentera de cet enfant unique, en dépit de la tradition patriarcale de sa famille. Cette décision n'est pas bien vue par son propre père, Alphonse, qui impose des exigences draconiennes afin de tester la jeune enfant dès son entrée à l'école. Davantage encore que les fils Alençon, on exige de Chloé l'excellence, la perfection.


   Mais Chloé n'est ni excellente, ni parfaite... Elle n'est pas mauvaise, mais pas non plus le génie que l'on espérait qu'elle soit. Alors on fait avec, on s'en contente comme on peut, davantage par défaut qu'autre chose. On craint pour l'image de l'entreprise, on place sur les épaules de la fillette une pression énorme qui ne sied déjà guerre à un adulte aux épaules solides.


   Encore trop jeune pour comprendre ce que l'on attend d'elle, Chloé perçoit cependant la situation, de façon immature, de façon très émotionnelle, trop peu rationnelle ; à la manière d'un enfant, elle tente de déchiffrer les regards, les bribes de conversations que sa présence interrompt de manière suspecte, les attentions parfois hypocrite qu'on lui porte...


   Pour les parents de Chloé, leur relation vis-à-vis de leur enfant est placée sous le signe de la précaution : il s'agit de lui garantir les meilleures chances, les meilleures conditions possibles. Il faut éviter de l'influencer négativement ou la décourager avec les soucis qui les rongent eux, il faut qu'elle soit heureuse, mais il faut aussi qu'elle ne se disperse pas, qu'elle reste concentrée sur son éducation...


   Chloé, quant à elle, apprend à grandir avec cette froideur relationnelle et avec l'âge vient la possibilité de tirer ses propres interprétations, de les affiner, de réfléchir dessus. La jeune fille commence à retourner de plus en plus dans sa tête ce qu'elle interprète peut-être à tort comme un manque d'affection envers elle, elle commence à remettre en question les choix de ses parents et à se poser elle-même la problématique de son identité propre, de ses rêves, de ses aspirations.


   Malheureusement, seul, c'est compliqué. Chloé se confronte au complexe du jeune l'adolescent, cet individu qui est encore un peu enfant mais déjà un peu adulte aussi. Elle affirme en solitaire les idées qu'elle se fait du rapport familial qu'elle entretient : ses parents ne sont pas satisfaits d'elle car elle ne se donne pas à fond. Chloé interprète la volonté de ses parents de lui garantir un avenir placé sous le signe de la réussite comme un signe qu'elle doit redoubler d'efforts sous peine de les décevoir. Elle est à la fois très proche et très loin d'une réalité encore un peu trop complexe pour elle.


   Le manque d'amour et de chaleur familial poussera finalement Chloé à envisager cette extrapolation comme la seule possible. Peu à peu, la jeune fille cesse d'inviter des amies à la maison, devient distante et froide avec les gens, refuse les distractions, préférant prétexter une importance séance de révision, par exemple.


   Ce pari, au travers duquel Chloé a sacrifié son enfance dans le but d'obtenir l'amour et la reconnaissance de ses parents, portera rapidement ses fruits : ses résultats s'améliorent et elle est félicitée par le corps enseignant. Ses parents, et à fortiori son grand-père, sont rassurés et font savoir à Chloé qu'ils sont heureux de voir à quel point elle est sérieuse et prend son avenir à cœur... grave erreur, en soi.


   Chloé reçoit la confirmation indirecte que sa manière de faire est ce qui lui permet d'obtenir ce qu'elle désire, et bien plus encore. Son argent de poche augmente, son père lui offre des cadeaux, sa mère lui sourit avec une chaleur réconfortante... mais la relation de la jeune fille avec ses camarades d'école n'était déjà pas au beau fixe en école publique, ni très chaleureuse non plus en école privée, sauf rares exceptions, et cette nouvelle version de Chloé accéléra sa descente vers une personnalité qui lui vit bientôt les portes de toute école privée fermée tant qu'elle n'apprendrait pas à respecter davantage ses camarades et ses enseignants.


   La jeune fille prétextait que ses camarades la déconcentraient, se contentaient d'une note moyenne et passaient le reste de leur journée à se distraire – et à la distraire. Quant aux professeurs, leur incapacité à répondre aux besoins studieux de Chloé avait rapidement transformé la frustration de cette dernière en mépris, allant s'imaginer que la médiocrité était considérée comme une norme dont elle devait s'affranchir de manière absolue si elle voulait s'illustrer dans la vie et devenir quelqu'un qui rendrait fiers ses parents et ses aïeux.


   Victor et Clarisse, qui avaient trop peur que contrarier leur fille dans ses idées ne lui fassent perdre l'envie de progresser, optèrent pour des cours à domicile... et étrangement, si ce n'était là encore peut-être pas la meilleure solution en terme d’éducation, cela se révéla être la meilleure solution pour éviter à Chloé les dérives violentes qui devenaient de plus en plus fréquentes entre les hybrides et les humains.


   Les rêves de Chloé de devenir avocate ou procureur pour aider juridiquement l'entreprise familiale volèrent en éclat le jour où les média annoncèrent la prise de pouvoir des hybrides sur la race humaine. Alors âgée de 14 ans, elle comprenait pour la première fois que malgré son statut social aisé, elle n'était pas intouchable... loin de là, même : la richesse de sa famille et leur influence faisait d'elle une cible de choix. Les hybrides possédés par la famille Alençon ne s'étaient d'ailleurs pas fait prier pour livrer à leurs frères d'armes les plans du manoir familial. Toutes les issues, toutes les faiblesses du bâtiment, toutes les pièces, détaillées avec une exactitude chirurgicale.


   Chloé et ses parents tentèrent de fuir, comme bon nombre avant eux. Une tentative absolument vaine car il n'y avait nulle part où aller, personne chez qui trouver refuge, aucun endroit où se cacher. Cette clandestinité avait également un prix : ils étaient désormais recherchés par un groupe d'hybrides désireux de se venger de leurs anciens maîtres. Dans la rue, chaque bruit semblait être celui d'un contingent de police, chaque ombre celui d'un ennemi, chaque regard celui d'un collaborateur sympathisant de la cause hybride prêt à dénoncer les réfugiés. Les transports en commun furent bientôt proscrits, jugés trop dangereux. Se procurer de la nourriture se faisait de plus en plus difficile, non pas à cause de l'argent mais parce que les visites fréquentes les auraient démasqués.


   C'est finalement à la frontière suisse que les Alençon furent interceptés par un hybride aux yeux de rapace. Depuis quand les suivait-il ? Depuis combien de temps les traquait-il, les laissant se terrer comme des rats pour le simple plaisir de les voir souffrir et subir une précarité dont ils n'auraient jamais eu l'expérience sinon ? Chloé fut séparée de ses parents. Son père, témoin de la scène, s'interposa et lutta contre cet acte inhumain. Il fut abattu, et Chloé emmenée malgré cet acte héroïque.


   Durant sa captivité, la jeune femme n'avait de cesse de retourner les événements récents dans sa tête : quel était le sens de tout cela ? Quel était le dessein qu'on voulait pour l'Homme, lui à qui on avait donné le monde pour qu'il en fasse sa demeure ? L'Homme avait réussi à se hisser au-dessus de l'animalité grâce à son savoir et ses outils, tout ça pour déchoir face à des bêtes à qui on avait eu le malheur d'oser offrir un peu d'humanité. Les hybrides ont pris cette humanité et l'ont piétinée. Ils ont bafoué le respect qu'ils devaient à leur créateur et les transformait désormais en esclave en guise de reconnaissance.


   Dans ces accès nihiliste, Chloé finit par abandonner l'idée que tout ceci avait un sens. Les prières se turent : il n'y avait aucun Dieu qui daigne répondre, si tant est que le vieil homme existe. Si tant est que Dieu soit humain et non hybride, d'ailleurs elle avait déjà vu des peintures du Seigneur et son fils Jésus dégradées par les hybrides ; les deux figures divines avaient été brimées d'une queue, d'oreilles et d'une crinière de lion. Quelques spots de fourrure maladroitement dessinés parachevaient cette iconoclastie impie. L’œuvre avait même été accrochée face à sa cellule de détention en réponse à ses protestations, sans doute un hybride devait juger cette espèce d'ironie amusante. Tous des sadiques.


   Chloé passa six longues années en conditionnement, alternant des adoptions avortées par l'insatisfaction de ses quelques maîtres et des périodes de « rééducation » où la douleur et l'humiliation furent ses seuls livres de cours. Jusqu'alors, elle avait eu de la chance : sans doute parce que son physique avantageux lui permettait d'être considérée comme un spécimen de choix, on ne l'avait pas trop abîmée. On préférait pour elle les sévices psychologiques, beaucoup plus efficaces et qui ont l'avantage de ne laisser aucune marque sur le corps.


   Elle avait également eu la chance de ne pas encore avoir été tuée par un hybride mécontent de son nouvel esclave, car son tempérament était la source principale d'insatisfaction, et aucun maître jusqu'alors n'avait eu l'envie de persévérer assez longtemps pour briser les élans de rébellion de la jeune femme.


   De temps à autres, on la remettait pourtant sur le marché, dans l'espoir que la énième tentative de se débarrasser d'elle soit la bonne. Chloé, elle, avait fini par accepter son sort et se pliait à ces exigences qu'on lui imposait. Mais au fond d'elle, elle ruminait la vengeance que l'humanité aurait un jour sur ces demi-hommes. Derrière des aspects de béni-oui-oui qu'elle dissémine çà et là pour éviter les coups de fouet, Chloé se braque et nourrit lentement mais sûrement le feu de la haine qu'elle éprouve pour ceux qui lui ont volé sa vie. Elle paraît de marbre... mais le feu couve !


  
Dis m'en plus sur toi...
Est-ce que je dois mentionner que j'ai failli oublier quel âge j'ai.. ? Pour les curieux, c'est 25. 25 ans, dont 9 bien tassées à côtoyer le milieu du jeu de rôle, d'abord sur table puis aussi sur forum depuis mes 18 ans.

   Il y a beaucoup à dire là-dessus alors je pense que je garderai ça pour les discussions que nous aurons à l'avenir ; pour faire simple, le type de roleplay de ce forum a toujours été un fantasme inavouable, frustré par mes nombreuses tentatives d'inscription sur des forums où l'activité m'aura finalement fait perdre l'envie à force d'attendre une réponse... C'est donc avec un espoir renouvelé que je me tourne aujourd'hui vers toi ! Oui, toi là, avec les cheveux !
   Que dire de moi ? Eh bien je vis en île-de-France et mon travail est suffisamment adaptable niveau emploi du temps pour que ma disponibilité ne soit pas un problème. J'aime les échanges roleplay bien détaillés et qui font plaisir à lire (du coup j'aime bien l'impératif de 15 lignes !) et j'espère donner autant de plaisir à ceux qui me liront avec ce personnage.
   Ce forum sera mon premier forum RP depuis que j'ai fini mes études de philosophie, et ce choix n'est en fait pas anodin : vous connaissez le principe de déformation professionnelle ? Eh bien il s'applique aussi à la littérature. Lorsque je compare ce que j'écrivais avant avec ce que j'écris aujourd'hui, je me rends compte que le vocabulaire technique a pris le pas sur les envolées lyriques et la poésie latente... je veux remédier à ça, dérouiller mes poignets, ressortir ma plume de L et retrouver ce plaisir d'écrire pour raconter plutôt que pour analyser et décortiquer des problèmes en tous genres.
   Il y a deux soirs par semaine pendant lesquels je ne serai pas disponible, à savoir le Mardi et le Jeudi. En effet, je suis moi-même MJ d'un JDR sur table ces soirs-là, et je ne peux raisonnablement pas poser de lapin à mon groupe, les pauvres ! :3
   Pour le reste, je suppose que nous aurons l'occasion d'apprendre à nous connaître avec le temps, au travers du flood, de la chatbox ou autre ! Si vous avez des questions, n'hésitez pas ! Smile

avatar
♔ Pet Indressable ♔
♔ Pet Indressable ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 07/11/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Brise-moi si tu l'oses ! Jeu 8 Nov 2018 - 10:44
Bienvenue ^-^ :3
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: 18 ans
En bref !:
♔ Pet Docile ♔
♔ Pet Docile ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 91
Date d'inscription : 24/10/2018
Localisation : A la boutique de fleur je suppose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Brise-moi si tu l'oses ! Jeu 8 Nov 2018 - 11:16
Merci beaucoup ! Smile


EDIT (pour les admin) : je remarque, après un peu de lecture à droite à gauche, qu'il y a déjà un bon nombre d'humains dociles et indociles... du coup j'espère que ça ne pose aucun souci pour mon perso d'en être un aussi :v

Si jamais ça ne pouvait pas se faire, dites-le moi, surtout ! On peut s'arranger, tout va s'arranger, Luigi ! On va s'en sortir, je te le promets !
avatar
♔ Pet Indressable ♔
♔ Pet Indressable ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 07/11/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Brise-moi si tu l'oses ! Jeu 8 Nov 2018 - 17:51
Salut,

Bienvenue sur le forum ^^
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: 23
En bref !:
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 94
Date d'inscription : 15/05/2018
Localisation : Ici
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Brise-moi si tu l'oses ! Jeu 8 Nov 2018 - 19:21
Bonjour, bonsoir, et bienvenue !!

Pour le nombre de pet indocile et docile, c'est vrai que nous avons beaucoup d'humains. Mais pour le moment, ça devrait aller, chaque hybride ayant la possibilité d'adopter trois humains chacun. Je pense tout de même, dans peu de temps, voir pour fermer un peu la race "humaine".

Mais ta fiche passe donc sans problème ~

J'ai noté un petit truc dans le physique. Tu dis que le personnage à 19 ans, et je remarque qu'elle en a 20. Est-ce fait sciemment ?

Ensuite... Je dois dire que j'ai beaucoup aimé ta fiche. Tu as une très belle plume et j'ai déjà hâte de voir ce qu'elle va donner dans les rps ! Le mental est bien travailler, on remarque bien l'évolution de la petite enfant à la peste qu'elle est aujourd'hui. Pour le physique, ta manière de la décrire m'a beaucoup plu. Ni trop, ni pas assez ! L'histoire est à la fois poignante et simple - je me comprends - et il n'y a rien qui me taraude l'esprit.

Je peux donc te valider sans problème ♥️

Ps > tu m'as cassé le code, Sadique D8

VALIDATION

Validé par PNJ

Congrat' pour ta validation !
Maintenant passe ta souris ici
et admire le reste :3



Et maintenant voici la petite liste des choses à faire et à voir avant de te lancer :

Le Règlement - A lire et signer, si ce n'est pas déjà fait :3

Les Recensements - Hop, tout les recensements sont dans cet unique sujet ! Merci de le remplir obligatoirement !

Le Journal - Va zieuter ce qu'il s'y passe, cela peut avoir un impact en rp et donc pour ton personnage, le journal n'est pas à négliger !

Les Adoptions - Tu cherches un maitre ou un pet ? C'est par ici !

Les Rp's - Si tu n'as personne avec qui commencer un rp, poste une demande ! N'oublie pas que si quelqu'un t'intéresse, tu peux aussi le MP directement pour faire ta demande :3

Les Relations - Si tu veux lister ce qui attendra ton personnage avec les autres, créer ton petit sujet !

Le Flood -

Bon jeu parmi nous !

avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: ~
En bref !:
Déesse Fantômatique (Fondatrice)
Déesse Fantômatique (Fondatrice)
Voir le profil de l'utilisateur http://domination-hybride.forumactif.fr
Messages : 857
Date d'inscription : 25/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Brise-moi si tu l'oses ! Ven 9 Nov 2018 - 1:05
Merci pour la validation ! :D

Et sorry pour le code, j’ai pas fait exprès :v je comprends pas trop comment fonctionne ce langage du coup j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver, pour tout avouer

Pour l'âge, elle a en effet 20 ans, le 19 est une coquille... initialement, je l’ui avais prévu cet âge-là. Je corrige tout de suite !
avatar
♔ Pet Indressable ♔
♔ Pet Indressable ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 07/11/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Brise-moi si tu l'oses !
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Brise-moi si tu l'oses !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» caillou dans pare-brise
» Crogmar Brise-roche, guerrier des Montagnes grises
» Quand des fous se croisent ... [PV : Brise le Vent, Flamme Noire, Fleur de Brume et Nuage de Plume]
» Tch, comment oses-tu me traiter ainsi ?! | Michiyo Kurai
» L'ascention du brise-sort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: La ville du renouveau : Avant Propos :: Présentation-
Sauter vers: