Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Gore] Quand le passé te rattrape ! [RP SOLO]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le ghetto :: La décharge et les ruines
MessageSujet: [Gore] Quand le passé te rattrape ! [RP SOLO] Dim 30 Sep 2018 - 14:39

Quand le passé te rattrape !

Rafaël Montoya feat. Haku, Evil & Khaly

Ne fait confiance à personne et méfie-toi du loup qui dort !

L’adaptation et l’adhésion au sein d’Haku et de son temple c’était bien passé, tout comme cette journée de visite et de discussion afin d’apaiser les démons de Rafaël.  Le bain et le repas était un merveilleux souvenir, ainsi que les jours qui s’écoulaient au sein de cet havre de paix. Le temps défilait et l’hybride raté prenait de plus en plus ses marques, il portait souvent des habits qui lui plaisait pour l’extérieur, c’est-à-dire un costume et une chemise ou un pantalon et un pull. Toutefois, la plupart du temps au temple, il endossait un yukata pour faire honneur à son bienfaiteur.  Ses activités principales étaient d’entretenir les jardins et les annexes, la propreté était un fait pour un accueil de visiteur. Cela ne le dérangeait pas du tout de faire le ménage, au contraire et souvent après ses corvées et les courses, il allait se ressourcer aux sources chaudes et au sanctuaire pour prier à sa famille défunte. On aurait pu penser qu’il revivait à nouveau mais même s’il octroyait un sourire à autrui, le caracal avait toujours sa blessure d’ouverte et ses démons qu’il pensait enterrer, ne devenait que plus fort sous sa baisse de vigilance. Une erreur qu’il regrettera bientôt enfin…. Pas vraiment, car son lui actuel disparaîtra assez vite pour ne pas avoir à regretter et endurer les actions à suivre. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs comme dirait le dicton. L’espagnol est pour le moment toujours là et après un bon repas avec le prêtre, il partait faire sa toilette avant de gagner son lit pour un repos bien mérité. Il ne se projetait pas dans l’avenir, car pour lui, il n’y en avait plus. Pourtant, il ferait tout pour aider le prêtre car il se sentait redevable pour sa bonté et sa bienveillance. Ils apprenaient à se connaître au fil du temps et même à devenir plus amis qu’autre chose, riant par moment de blague ou encore ayant parfois des moments plus taciturne mais qui ne durait pas longtemps. Et cela, même si Rafaël était du genre à plonger rapidement dans un tumulte ténébreux, Haku était le premier à trouver les bons mots et les bonnes paroles. Il était vraiment la voix de la sagesse et apprécié de tous !


La nuit noire laissait seulement l’éclairage de la lune et des étoiles percer, dans des faisceaux de lumières afin d’aider les noctambules dans leurs déplacements. Le temple, lui, paraissait bien silencieux, enfin jusqu’à ce que des râles dans la chambre de l’espagnol se fasse entendre.  Ce dernier étant encore en proie à l’un de ses pires souvenirs et cauchemars. Revivre ce moment incessant, du meurtre de sa femme enceinte par les hybrides lors du soulèvement était dur, mais également savoir que la bête en lui, c’était vengé sans coup de semonce. Cela lui avait toujours fait peur mais ce cauchemar avait viré d’une manière bizarre contrairement aux autres. Au lieu, de revivre son souvenir, il y avait un plus et qui a donné des sueurs froides à Raf. Car oui,  dans son sommeil, lui et l’hybride caracal était deux personnes distinctes, ce n’était pas le pire, ce que disait le caracal avec un sourire satisfait le laissait d’effroi….. Il lui annonçait sa fin proche et qu’il mènerait les rennes à partir de maintenant. Cela valu un tel choc que Rafaël se réveillait avec agitation dans son  lit ce qui lui valut de se découvrir entièrement. Se retrouvant le corps muni d’un caleçon et couvert de sueur, rendant son épiderme luisant face aux rayons lunaires qui venaient l’embrasser. A bout de souffle et épuisé, il se levait pour boire un verre d’eau qui était non loin de lui mais le reflet qu’il voyait dans le miroir le laissait interdit. Ce n’était pas lui…. Ce n’était plus lui ! ….. Le reflet de l’homme n’était autre que le démon…. Ses cheveux plus long et dégradé d’un noir corbeau, ses iris dorés comme les félins avec des marques noires partout sur le corps sans oublié les ongles allongés…. Le choc était tel qu’il restait interdit un moment avant que le reflet ne se mette à sourire de manière machiavélique. «¡hasta la próxima ! o no ...! ». . (Trad : A la prochaine ! Ou pas….) Et là c’était le vide total, le noir pour Rafaël…. Du moins, son côté humain avait définitivement été avalé par son côté noir et a fini par baisser les bras face à la force de l’hybride en lui qui avait décidé de sortir et qu’il était temps de s’amuser un peu.


*Quand les minutes sont comptés*


C’est alors que dorénavant, le caracal allait prendre le pas sur son côté humain, le gentil et doux Rafaël avait laissé place à cette bête dont il avait toujours eu peur qu’elle ne sorte. Mais la bête n’était pas de cet avis, elle avait trouvé qu’il était temps de sortir et de s’amuser un peu dans ce monde que de survivre comme un déchet jusque-là ! … C’est alors qu'il décidait de se mettre un jean noir et une chemise ouverte sur son buste tacheté, une veste de costume ouverte, des chaussettes blanches et des chaussures noires vernies. Se coiffer ? Pourquoi ? … Les cheveux en bataille faisaient plus rebelles à son sens ! C’est alors qu’après avoir mis du parfum et fini de se préparer, un bruit sonore venait de la porte de chambre. Sa longue oreille remuait avant de laisser un silence planer et remarquer qu’on frappait à nouveau. De l’autre côté, la voix d’Haku se faisait entendre, demandant si tout allait bien car il s’inquiétait. Après avoir ri tout seul, le caracal se dirigeait vers la porte pour l’ouvrir d’un coup et laisser son bras tenir la tranche en s’y adossant. Sur le visage d’Haku on pouvait voir la surprise de ne pas voir l’homme dont il a l’habitude et très vite, l’homme sage avait compris ce qu’il se passait. Les prémices dans le bain lui était revenu en mémoire en une fraction de seconde et il tentait de ramener Raf’  à la raison, lui demander de ne pas se laisser envahir par ses démons passés et que tout irait bien, qu’il ne devait pas avoir peur, il n’était plus seul, mais cela n’était qu’hérésie. L’espagnol n’était déjà plus là et le caracal ne faisait que rire avec insolence et se foutait de lui sans remords. Parfois même sans mâcher ses mots sur le fait que le chien devait rester à sa place de clébard et fermer sa gueule surtout pour raconter de la merde. Alors que le caracal le pousse pour sortir de la chambre afin de se barrer pour s’amuser, le prêtre le retient par le bras, sachant qu’il ne pouvait pas le laisser partir dans ses conditions. Mais c’était une erreur ! Une grosse erreur, car après un bref regard sur l’emprise que faisait le chien, le caracal vit rouge et avant de se délester de son emprise dans un mouvement agacé et franchement peu commode avant de venir se glisser dans le dos de l’homme de foi et hisser un bras sur sa poitrine pour le coller à lui alors que son autre main venait caresser la courbe de la mâchoire. Il glissait dans le creux de l’oreille du chien une phrase de type : «¡Fait de beaux rêves et salut les de ma part.. ». . un petit rire et il saisissait franchement la mâchoire pour tourner rapidement et fortement la tête sur le côté et ainsi lui briser le cou avant de lâcher le cadavre qui s’étalait au sol sans plus un souffle de vie. C’est alors qu’il replaçait ses vêtements avant de partir de ce lieu saint pour se rendre dans le ghetto et aller enfin s’amuser, il va de soi qu’il s’était assuré de prendre l’argent disponible avant de partir.    


*Quand le jeu prend une tournure malsaine.*



Après avoir tué Haku dans le temple, Rafaël après la direction du ghetto pour aller s’amuser dans un bar malfamé, une chose que sa version humaine n’aurait jamais faite et encore moins d’oser ôter une vie mais pour lui ce n’était pas pareil, le caracal n’était pas homme de foi ou une sainteté ! La vertu chez lui était un mot inconnu ! Cela dit une fois arrivé sur place, il commandait de quoi se désaltérer et cela sans modération !!! C’était le principe de l’amusement après tout, après quelques tentatives de dragues, le caracal ne faisait qu’essuyer des râteaux bien placer dans la gueule, montant sa frustration et blessant son égo à son paroxysme. S’il ne pouvait pas draguer alors il ferait chier son monde ! Il sirotait son verre de bière ambré quand ses yeux se posaient sur un mec à côté de lui qui était silencieux et bougeait à peine. C’était comme si il était empaillé, ce qui le faisait marrer sur le coup, ce serait ce mec qu’il s’amuserait à faire chier ! Il essayait d’entamer une conversation mais rien pas de réaction, Raf’ le fixait en se demandant si ce mec était déjà beurré ! «¡Hey mec ! T’as un problème ou quoi ? T’es dur de la feuille ! Faut que t’arrête la branlette ! …. Tu m’énerves à pas me répondre enfoiré ! .. » prit de colère, le caracal choppait sa bouteille de bière qui était placé devant son verre, cette dernière étant dépourvu des ¾ de son contenu, pour venir le fracasser avec force sur la tête du mec à ses côtés. Il ne savait pas qui il était ni ce qu’il était mais vu le teint blafard et le fait d’être seul montrait qu’il devait bien être un hybride quoi que le fait de pas lui parler pourrait montrer un humain soumis aux ordres de son maître non loin mais qu’importait !!!! L’espagnol s’en battait les steaks, il n’aimait pas être ignoré ainsi et l’autre l’apprendra à ses dépens, d’ailleurs sous le choc la tête de ce dernier se tapait le comptoir renversant au passage sa propre collation. Cette image que Rafaël dégustait le faisait rire, par contre l’autre avait du mal à comprendre ce qu’il lui arrivait et se redressait avec difficulté comme si il était ivre sauf que pour le coup, c’était bien dû à la surprise et au sang qu’il perdait à la tête, la bouteille s’étant brisée et l’ayant coupé sans compté qu’il a bouffé le comptoir.  


Le nez et la gueule en sang fallait avouer que cela enlevait le côté un tant soit peu sexy du gars, après il avait déjà des yeux et cheveux rouges donc on ne verrait pas la différence. L’homme faisait face au caracal avec un air qu’il ne savait pas trop définir, si c’était de la surprise…. De la peur…. De l’incompréhension ou un mélange de tout cela. Il regardait ses mains rougit par le sang avant de jeter un nouveau coup d’œil au caracal qui tenait encore le tesson de bière à la main et tout souriant. Fier de ce qu’il venait de faire, l’hybride félin se mit à rire et lâche le tesson pour inciter l’homme à venir se battre. «¡Vas-y approche ! On va se marrer un peu ! .. » Mais l’homme n’avait pas l’air de vouloir se venger ou se défendre, le caracal lâchait un juron en pensant que c’était encore un de ses mecs relou qui prônait la discussion à l’action et cela avait le don de l’horripiler ! … Il jurait et crachait par terre avant de voir qu’un truc clochait un  peu, le mec se mettait à trembler et hurler tout en se tenant la tête et regarder à droite et à gauche avant de se laisser aller à des titubations au point de faire tomber les tables et les gens autour de lui. Le caracal commençait à se poser des questions avant de voir une dentition aiguisée, un aileron sortir de son dos et des branchies sur le cou apparaître…. «¡Qu’est-ce-que…. Un poisson... » Dans la salle, le chahut avait laissé place à une consternation avant que des discussions se fassent entre personne, le caracal regardait tout autour et laissait ses oreilles écouter à droite à gauche, il avait entendu une personne dire qu’il connaissait la victime et que c’était un dresseur hybride requin blanc. Si le requin prenait sa forme naturelle ici, il finirait par faire du dégât certes mais finirait aussi par mourir dans une longue agonie ! Sans attendre plus que de raison, Rafaël se jetait sur le bar pour se saisir du pic à glace que le barman utilisait pour venir ensuite se prostré dans le dos du requin, tout contre lui tout en évitant l’aileron dorsale. Ajoutant la parole au geste « Autant abréger tes souffrances maintenant car tu risques fort une mort par asphyxie et ce serait dommage de pas profiter de l’occasion pour savoir comment gueule un muet de requin ! » Sur ces paroles, le caracal prend un mouvement de recul avec le bras afin de prendre de la vitesse et de la puissance dans son geste et venir planter le pic à glace dans le cœur de l’hybride requin. Ce qui valut à ce dernier surement une douleur incommensurable pendant quelques seconde qui devait lui paraître éternel avant de s’étaler à demi sur une table qui cédait sous son poids et laissait le pauvre homme-poisson à terre gisant dans une mare de sang qui s’étalait sur le parquet.



*Quand la mort a le visage d’un ange.*


Après avoir tué le requin et fabuler au-dessus du corps comme un détraqué, ses oreilles captaient le silence mortel autour et les chuchotements, il regardait autour de lui en riant comme un forcené avant de voir que le barman était au téléphone afin de contacter surement les autorités, hors de question de se faire embarquer comme il y a quelques années ! Une pensée qui avait fait ni une ni deux dans l’esprit de Raf’ et sans attendre il se mettait à courir en dehors du bar, percutant une personne à la sortie des lieux et ne prenant même pas la peine de regarder ou s’excuser il se taillait à toutes enjambées vers la décharge même si cette dernière n’était pas juste à côté. Cependant, c’était la meilleure planque qu’il pourrait trouver sur le moment, il courait et ne s’arrêterait de courir que quand il arriverait à destination. Ce qu’il ne se doutait pas pourtant c’est qu’il n’était pas le seul à courir, un assassin de la résistance était sur ses traces et allait le traquer jusqu’à capture de la proie. Il ne se doutait de rien et parfois ralentissait sa course pour chercher le chemin à emprunter ce qui le ralentissait, il aurait mieux fait de faire attention à qui il s’en prenait, car l’homme-poisson n’était autre qu’un membre de la résistance, après avoir subi de grosses pertes dernièrement, il était certains qu’ils n’allaient pas laisser ce meurtre gratuit, être fait en toute impunité. Alors qu’il prenait une route qui longeait une sorte de forêt vierge, le caracal sentait comme une présence, il se retournait plusieurs fois mais ne distinguait rien d’anormal, il s’arrêtait par moment pour écouter mais rien. Il n’aimait pas se sentir la proie et il se remettait à courir comme si la mort était à ses trousses…. L’image était plutôt bien choisi dans ce cas présente ! C’est alors qu’en pleine course malgré un souffle olympique, une douleur atroce à la jambe venait s’inviter à la partie et le faisait tomber à terre. C’est face contre sol qu’il se retrouvait, avec comme unique matelas de réception ses bras. Rafaël ne comprenait pas ce qu’il venait de se passer car jamais il n’avait eu de problème physique et le pire c’est qu’il avait horriblement mal, en se tournant à demi pour voir ce qu’il se passait, il voyait une longue flèche qui lui avait traversé la jambe au niveau de la cuisse et y était resté planté. Le caracal lançait un juron et se redressait pour ne pas moisir ici, la douleur passerait au second plan, car cette flèche venait bien de quelque part ! ….. L’espagnol cherchait à tout prix à courir mais c’était peine perdu, sa jambe ne pouvait plus répondre comme elle le faisait et il ne pouvait qu’avancer vite et en boitant. Il se sentait comme un animal traqué et cela lui déplaisait que trop. Il restait en alerte mais il n’entendait rien jusqu’à ce qu’un sifflement viennent briser le silence de la nuit et à ce moment-là, ce n’était plus une douleur qu’il avait mais plusieurs car deux flêches venaient à nouveau d’être décocher et finir leur course en lui, l’une à son autre jambe et la seconde dans son épaule gauche… Il tombait au sol et cette fois immobilisé, impossible de se relever et de fuir. Il trouvait la manière de faire lâche car c’était dans le dos mais qui était-il pour juger alors qu’il venait de faire de même avec Haku et Evil.


Il se retenait de geindre en vocalise mais son corps montrait les douleurs qu’il ressentait, se recroquevillant contre le bitume du trottoir avec le poing de son unique main qui se serra fortement comme pour s’en servir d’unique appui. Ramper pouvait être une solution mais le moindre mouvement musculaire le faisait souffrir, sans compter que son sang ne manquait pas de mouiller les fibres de ses vêtements. Il jurait dans son coin face contre terre avant d’entendre que tout près des bruits de pas… Le félin se mettait à être attentionné à cet unique bruit mais non sans se dire que cette présence n’était pas bienfaisante, bien au contraire ! …. L’hybride raté regardait sur le côté et voyait des bottes plates, très féminin et des mollets fuselés mais il ne pouvait en voir plus, complètement immobilisé. La voix de l’inconnue se mettait à parler ce qui le fit rire, si elle pensait lui faire peur alors c’était raté… « ¡ Vete a la mierda ! puta! .. » (traduction : Vas te faire foutre ! Salope !)  Il décidait de faire une tentative pour se lever mais la femme venait mettre son pied sur son dos et appuyait dessus pour le rabaisser au sol « Pff…. Tu veux une médaille…. Pour attaquer par derrière ? ….  T’es pas mieux moi ! »  Elle ne répondait pas et se mettait juste à rire avant qu’elle n’empoigne la flèche planté dans le bras pour s’amuser à la bouger avec un sadisme qu’il pouvait ressentir à mille kilomètres. Il ne pouvait pas s’empêcher d’hurler sa douleur alors qu’il avait l’impression qu’elle lui découpait le bras avec la pointe de la flèche, finalement elle extirpait cette dernière de son logis sans ménagement arrachant des ligaments avec et ne permettant plus à l’hybride d’utiliser son bras, la blessure n’étant plus obstruée se mettait à saigner abondamment tandis qu’elle venait à le surplomber entièrement et s’assoir sur son dos. C’est alors qu’il sentait une emprise ferme sur sa chevelure rebelle avant de sentir sa tête se faire tirer en arrière fortement ce qui lui valut de la lever sans ménagement ou résistance. Laissant sur son faciès une expression de douleur, mais c’est là que la beauté se penchait également pour le regarder avec un air de démon…. Un démon au visage d’ange… Belle mais dont les yeux montraient une froideur digne d’une folle assoiffée de sang, chose que lui avait perdu dans son regard depuis qu’il se sentait traqué. Il n’avait pas peur pour autant, si tel était son destin alors qu’il en soit ainsi.  Elle ajoutait quelques paroles que l’hybride ne comprenait pas car il était focalisé sur cette dague qu’elle venait faire passer sur sa joue… La froideur du métal contrastant avec la chaleur du corps sur le sien…. Elle ne tergiversait pas pour autant, sans autres sommation et dans un geste rapide, elle venait à poser la lame sur la gorge du caracal et venait la lui trancher comme si on saignait un porc. Un jet de liquide vermillon se faisait avant que les yeux vitreux du caracal, ne photographie la dernier image de sa tête tombant lourdement vers le sol et d’extraire son dernier soupir. Le sang s’étalant sous sa tête tel une taie d’oreiller venant s’installer pour lui permettre une douce nuit éternelle… La jeune femme quant à elle récupérait ses flèches et partait tranquillement dans la nuit noire en laissant la pourriture dans la décharge, tel était la place des déchets de ce monde.


[FIN]

Codage par Laxy Dunbar
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
[Gore] Quand le passé te rattrape ! [RP SOLO]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (fini) quand le passé se mêle au présent » ft. seung hyun
» Quand le passé laisse une trace indélibile sur notre vie, il ne reste qu'une chose à faire: l'affronter
» Mais où est passé Vlassios Socratis ? [solo, chambre noire] [fini]
» Quand le passé croise le présent - MinJae
» Quand le passé refait surface ~ Elena [HOT]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: Le ghetto :: La décharge et les ruines-
Sauter vers: