Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: La ville du renouveau : Avant Propos :: Présentation
MessageSujet: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Lun 16 Juil 2018 - 23:15
|
Angelica
Hétérosexuel
28 ANS
Allemand


  
"Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis"

  

  
Cela fait vingt-huit ans maintenant, que suis un hybride. Un spécimen crée spécialement pour un riche homme, un fana de combat et de paris sur le gagnant des matchs. Un hybride de l'espèce des Harpies Féroces, mais qui importe au final, c'est surtout que je ne ressemblerais jamais à mon maître. Je ne souhaite pas devenir le supérieur ou avoir quelqu'un en-dessous de moi. C'est pour ça que j'ai choisis de résister. C'est pour ça que je suis dans la Rébellion.
Meet me
Angy
CARACTÈRE
Je suis né pour combattre, je vis pour combattre, je respire pour combattre, je mourrais en combattant. Ainsi, fut et sera ma vie. Étant donné je n'ai rien connu d'autre que le sang et la chair. Les os brisés et les rugissements terribles entre deux êtres ce battant parfois à mort pour le plaisir des spectateurs. J'ai appris tout ce qu'il y a savoir sur les hybrides et les Hommes lorsqu'il en vient à leurs sales affaires, leurs désirs obscurs, leur obscurantisme persistant. J'ai vomis du sang, comme j'en ai vomis des repas, j'ai prié un Dieu qui n'existe pas dans mes nuits les plus sombres, j'ai prié un Dieu qui n'existe pas, dans les combats les plus terrifiants, à mordre la poussière, la terre battue, pour vivre un jour de plus, dans ce monde de brute qui marche sur la tête. Le goût de rouille dans la bouche, le craquement et claquement du corps soumis à des efforts toujours plus grands, pour survivre une seconde de plus, une minute de plus, quelques heures de plus...
 
J'ai arrêté de pleurer il y a longtemps, pleuré ne ramène pas les morts, n'arrange pas les choses, ne permet pas d'aller mieux, n'aide pas à exister. Alors, je ne pleure pas, même lorsque j'ai mal. Certains disent de moi que je suis résilient, je suis surtout, pour ma part, logique. Pas que cette logique ne soit pas biaisé dans bien des aspects, car mon éducation, tout comme beaucoup de chose, reste à désirer, je suis plus proche de l'animal qui m'habite, que de l'être civilisé parfois, mais cela me convient, après tout, c'est grâce à ses instincts bestiaux que j'ai réussis à tenir aussi longtemps, sans mourir, sans lâcher prise, une machine, un rouage infernal qui a obéit toute sa vie. Autrefois, je rêvais de liberté et, quand je l'ai enfin eu... Je ne savais plus quoi en faire, de ces ailes libres comme l'air, de ce monde si grand qui s'offrait à mes serres. Pour la première, je n'avais personne pour me dire quoi faire, pire... J'étais celui qui pouvait donner des ordres.
 
Mais à quoi bon ? Réitérais la souffrance engendrée ? Je suis quelqu'un de rancunier et de vengeur, mais quel intérêt de répéter une Histoire que nous souhaiterions voir disparaître ? Je suis capable, contrairement à la plupart de mes confrères, de voir au-delà de ma haine contre l'humanité, au-delà de cette vengeance sanglante que je pourrais aisément accomplir. C'est un cercle vicieux, aurait dit mon ancien maître. On crée une guerre, qui amène la paix. Qui, par vengeance amènera une autre guerre. Si personne ne casse cette boucle, l'Histoire se répétera indéfiniment. Et je ne vais pas faire partie de ceux qui répètent l'Histoire comme un idiot sans cervelle. J'ai envie d'avoir un avenir, où je n'aurais pas à craindre un soulèvement, où chacun est libres et égaux en droit, peu importes son espèce. C'est utopique, je le sais. Je serai mort avant d'en voir le bout, mais au fond, l'espoir, c'est tout ce que je n'ai jamais eu pour tenir. Pour garder la tête froide.
 
Je suis réaliste, je me doute que cela n'arrivera jamais, mais au fond, qu'est-ce que cela change pour les autres ? Si j'ai envie de me battre pour une cause perdue et bien ainsi soit-il. Je n'autoriserais personne à juger mes préceptes et mes goûts. Simplement parce que je diffère du moule que le peuple a accepter d'endossé comme des moutons suivants le troupeau de peur de ne plus avoir de protection. Car, c'est la peur, qui guide la voix du peuple, la peur et la crainte, ils ne veulent plus revoir d'humains à leurs contrôles. Alors ils leur donnent leurs monnaies de leurs pièces. Les Hommes ont pourtant cette curieuse faculté à penser qu'ils ne méritent pas leurs sorts. Ils vous diraient sans doute que nous sommes des monstres de la Nature. Mais entre le Monstre et le créateur de la créature, qui est réellement le monstre ? Je ne crois pas que la pauvre bête ayant subi des modifications génétiques est demandées quoique ce soit. Alors, vous autres, les Hommes, n'avaient pas votre mot à dire cette catégorie.
 
Oh bien sûr, je ne prétends pas être étranger à la cruauté de certains hybrides, il n'existe personne de simplement Saint ou de purement mauvais. Chacun à une histoire personnelle qui l'a guidé à penser et suivre un mode de vie qui est sein. Jugé ceci est pour moi, inacceptable, chacun à droit à sa liberté de penser, de vivre, de croire, d'exister. Jamais je ne souhaiterais à quiconque de finir comme j'ai fini. Être traité comme un gain. Comme de l'argent que l'on gagne ou perd... Comme un objet dont l'on doit améliorer les performances pour être plus rentable. Je ne me rappelle plus de mon nom de famille, ni de mon vrai nom. Je ne me rappelle que mon surnom. Le nom de scène de combat en arène. Mais au final, cela ne change rien, parce que les noms, ils ne veulent rien dire, quand ils ne sont pas donnés par quelqu'un que vous aimez. Ils n'ont de sens que pour votre passé, car pour votre futur, ils ne sont que des poids sans utilité.
 
J'ai subi les moqueries pour être un "Sans-Nom", plus tard, beaucoup de gens ce sont moquer de moi pour mon choix de prénom. Je suis une créature qui n'existe nulle part, si ce n'est dans les chaînes de son maître. J'ai dû me construire sur les ruines de mon être, j'ai dû monter des piliers, sur des sols instables. J'ai appris à ne compter sur personnes d'autre que moi-même. Ne vous méprenez pas, j'accepte l'aide, quand j'en ai besoin, mais je ne compterais jamais sur les autres pour survivre, la méfiance, la méfiance et la douleur m'ont appris à ne faire confiance à personne, pas même les gens qui semblent intimes à mon égard. Je ne prétends pas être altruiste, loin de là s'en faux, en fait, je me suis même très égoïste. Je ne protège que mon propre bien. Si j'estime qu'une personne souffrante n'apportera aucun bien qu'il soit psychologique ou physique à ma personne, je ne le sauverais pas, même s'il me suppliait à genoux. Les personnes avec qui je noue des liens ne sauront sauver que parce que leurs pertes me feraient du mal à moi. Pas pour eux. Car, c'est aussi ça, d'être un combattant, laisser les faibles mourir et les forts vives. Une cruelle vision du monde, qui pourtant est réelle et vraie. Les lois de la Nature sont meilleures juges que n'importe quelles règles sociétaires à mes yeux.
 
D'ailleurs, je n'obéis à aucune autre règle que celle auxquelles je désire obéir. Personne ne force à faire quoique ce soit, pas même contre mon gré. De l'entêtement, pour beaucoup, un refus de me soumettre, pour moi. Je ne suis l'esclave de personne. Pas même de mes supérieurs hiérarchiques. Ma volonté est de fer, je ne plie jamais devant l'ennemi, peu importe qui il est. Non pas que j'irais tête baissée affronté quelqu'un de plus fort que moi, mais je serais parfaitement capable de tenir tête à quelqu'un qui veut ma mort. Aussi immonde et immoral que je parais aux autres, jamais ô grand jamais, n'accepterais de me soumettre, pas même en cas de prise d'otages. Quand bien même ses derniers viendraient à en mourir, je me rendrais malade, je me maudirais, mais personne n'aura plus la main mise sur moi. J'ai mis trop longtemps à retrouver mes repères dans un monde aussi vaste, dont je ne sais pas encore toutes les nuances, je ne perdrais pas ça, pour passer pour un bon samaritain. Je n'en suis pas un.
 
Je suis seulement un être vivant, hanté par une vie de bête assoiffée de sang, aux cauchemars aussi vivant que sa mémoire. Hanté par les hurlements des foules, nous regardant nous étriper pour leurs beaux yeux, pour de l'argent. L'argent n'a pas d'odeur dit-on, pour moi, il a le gout de la sueur et du sang. Je ne suis aucunement parfait, je suis même sans doute loin d'être quelqu'un de très gentil, pourtant, au fond de moi, je suis en manque de tout, je le sais. Les rares personnes qui se lient avec moi vous en direz tout autant. De part mon caractère dur et sans pitié, je n'offre que peu d'envie de faire connaissance. Mais une fois passé la muraille, passé le danger, je deviens quelqu'un de très tactile. Presque un pot de colle, comme dirais certain. Des câlins, des embrassades, des mains tenues... Des contacts sans violence, que je cherche depuis si longtemps, que je n'avais jamais trouvés jusqu'ici. Alors, dès que je le peux, j'essaye de rattraper un temps perdu, assouvir ma faim de cet amour, cette amitié sans borne. De cette délicatesse, de cette tendresse.
 
J'en suis devenu incapable de dormir seul. Insomniaque de premier ordre, j'ai fini par trouver un substitue, lorsque je n'ai personne avec dormir à mes côtés, ne serait-ce que dans la même pièce. Enfantin, me disent tous, mais ma peluche d'ours blanc, tâché et usé est ma bouée en cas de soucis. De stress, de nervosité. J'ai le réflexe, si je suis stressé, de m'arracher les plumes de mes ailes. C'est mauvais pour moi, je le sais, mais je ne me contrôle pas. Parfois, il arrive que les gens m'arrêtent, s'ils sont assez proches de moi, parfois, certains n'osent pas. Dans la plupart des cas, il n’en reste que des plumes rougis sur le sol, sur lequel je suis recroquevillé. Je ne prends jamais beaucoup de place, malgré ma taille. J’essaye même de me faire tout petit, comme pour m’effacer de l’existence. Et parfois, dans le silence, c’est des tremblements qui saisissent mon corps, lui aussi hanté par une maladie de l’esprit. Autrefois, elle était appelée Obusite. Aujourd’hui, cela s’appelle Stress post-traumatique. Mais qui, dans se monde de fou, n’en porte pas un peu ?
 
On dit souvent de moi que j’ai oublié comment sourire. C’est bien vrai, du moins, en partie. Il y a encore un sourire, un sourire que je n’ai pas oublié. Celui de l’être sadique, celui de l’être qui aime faire souffrir. Ceux qui glissent sous le fil de ma lame le connaissent, du moins, pour ceux qui y survivent. Je ne le suis pas souvent, cruel ou mauvais, mais parfois, j’ai des moments de folie. Comme un peu tous ici. Je suis calme, vous savez, il ne m’arrive que rarement de perdre le contrôle, mais quand cela arrive, prié pour que vous ne soyez pas ma cible. Je ne peux pas dire que je suis exemplaire dans mon comportement, mais je ne crois que l’on puisse me demander de l’être, vu mon passé. Non pas que cela soit une excuse, mais c’est une justification. Curieusement, je suis en contrepartie quelqu’un qui sais très peu de chose sur le monde, sortis des combats et des soins. Sortis de la survie. Je ne sais pas grand-chose, de la société, se qui pourrait pousser à croire que je suis naïf. Mais je suis capable d’être intelligent. L’intelligence est la faculté d’adaptation. Et je suis plutôt doué pour ça… Vous verrez.
PHYSIQUE
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Odio sit reiciendis ipsum optio iusto ut voluptatum vitae voluptatem facilis aut dolores repellendus quaerat nobis tempore, odit error expedita laboriosam dolorem.

   Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Adipisci nemo, dolorem fugiat sequi, consectetur et quo labore sunt hic molestias ab explicabo harum, officiis laudantium quae nobis voluptas quibusdam autem.

   Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Suscipit nisi, at, sunt libero quisquam, laudantium perferendis ducimus nostrum, mollitia ad minima nulla! Officia facilis omnis optio, quae quisquam obcaecati magni?
Angel


  
Born to fight, born to die
DOSSIER N°938 : Hybride d’Harpie Féroce
 
Nom : Aucun
Prénom(s) : Aucun
Surnom(s) : Kampf-Tänzerin
Nom de code : Sujet 93
Date de naissance : 
: 1er novembre 2122 à 03:03
Âge : 2 ans
Sexe : Masculin
Taille : 1m 10
Poids : 9, 82 kg
Nationalité : Allemand
Température corporelle moyenne : 38, 02°c
Groupe sanguin : O-
Cheveux : Blanc
Yeux : Dorée
Remarque particulière : ///
 
Rapport scientifique du 
[DONNÉES EFFACÉES] :
Le sujet se développe de manière normale et saine, sans montrer des signes de déficience neurologique, bien qu’il soit encore trop tôt pour savoir s’il y aura atteinte psychologique et/ou le cas échéant, mentale. L’hybride enfanté reste en bonne santé et démontre une certaine vivacité, malgré son jeune âge. 
 
Un examen de routine nous à permis de découvrir des excroissances au niveau du haut du dos, reliées aux omoplates. Après des recherches approfondis et une radio de son squelette, il est fort probable qu’il s’agisse d’aile en cours de déploiement, au vu du caractère de l’hybridation. Cela dit, nous ferons en sorte de garder un œil critique sur le sujet, car s’il s’avéré que cela soit des tumeurs ou des œdèmes, nous devrions alors agir rapidement.
 
Le sujet démontre une certaine intelligence et une agressivité assez développée. Ses serres ont dû être limées, après plusieurs attaques sur le personnel. Ses refus obstinés d’obtempérer aux ordres observent une forte volonté qu’il faudra maîtriser et mâter au plus vite. Bien qu’il ne soit pas encore intégré le programme d’insertion à la maîtrise basique du combat comme le souhaite notre client, il semble déjà utiliser ses instincts animaliers et s’en sert à des fins malignes. Après en avoir discuté avec le Dr. Robert, nous en avons convenus qu’il fallait être prudent quant aux prochaines manœuvres déplaisantes qui risqueront d’arrivées. 
 
Je n’ai pour l’heure, rien de plus à rapporté, c’est au plaisir Monsieur 
[DONNÉES EFFACÉES], que je vous en informe. 
 

Veillez agrées mes plus sincères et respectueuses salutations.
Dr. Adolf Edmud


DOSSIER N°938 : Hybride d’Harpie Féroce
 

Nom : Aucun
Prénom(s) : Aucun
Surnom(s) : Kampf-Tänzerin
Nom de code : Sujet 93
Date de naissance : : 1er novembre 2122 à 03:03
Âge : 6 ans
Sexe : Masculin
Taille : 1m 34
Poids : 28, 92kg
Nationalité : Allemand
Température corporelle moyenne : 38,09°c
Groupe sanguin : O-
Cheveux : Blanc
Yeux : Dorée
Remarque particulière : ///

Rapport scientifique du [DONNÉES EFFACÉES] :
Le développement du sujet se passe de manière calme et contrôler. Il se montre déjà très violent envers le personnel se qui nous à poussé à lui mettre un collier électrique. Les résultats se montrent plutôt concluants, étant donné qu’il semble avoir compris que s’approcher des scientifiques avec de mauvaises intentions est impossible. Le sujet se montre d’une redoutable faculté d’adaptation aux situations et s’avère très combattif.
 
Bien que son régime alimentaire soit adapté à son corps et ses besoins, il semble maigrir rapidement et refuse de boire de l’eau qu’il n’as pas lui-même prit de quelque part. Nous garderons un œil strict sur cette affaire, car il est possible qu’il commence déjà à montrer des signes de troubles de l’alimentation dû à son isolation sociétaire et la restriction de mouvement sur laquelle il à était mis.
 
Il à était décidé après réunion avec mes collègues, de reporté son intégration au programme de combat de quelques mois, enfin d’apaisé la situation et de comprendre la frustration du sujet 93. Je vous demande, Monsieur, de pardonnez se contretemps, mais soyez-en assurez, cela ne se reproduira plus. Votre hybride sera prêt comme il l’était convenu pour combattre de manière efficace, d’ici cinq ans.
 
Je n’ai pour l’heure, rien de plus à rapporté, c’est au plaisir Monsieur [size=14][DONNÉES EFFACÉES], que je vous en informe. [/size]
 
Veillez agrées mes plus sincères et respectueuses salutations.
Dr. Adolf Edmud


Chapitre I : Le Départ


Lundi 18 juillet 2132, 13:45, Laboratoire expérimentaux [DONNÉES EFFACÉES]
La première fois que j’ai rencontré mon maître, il était tel que je me disais qu’il serait. Un instinct sans doute, de mon esprit déjà désabusé de mon existence. Une vie de loque, entraîné, traité comme une bête sauvage. Une créature de combat qui ne mérite pas plus de considération qu’ils n’en donneraient à un meuble. Je n’étais là que pour servir, un soumis et une petite chose qui n’as rien dans sa pauvre et misérable vie, rien qui ne lui appartienne, pas même ses vêtements qu’elle porte. Parce qu’au final, tout était aux laboratoires. Et lorsque mon maître vint me chercher, à mes dix ans, je savais déjà que je n’allais pas aimer la suite. Pourtant, il n’avait pas l’air bien méchant, au début. Habillé avec chic et classe, il empester le parfum et ressemblait à ses hommes d’affaires tellement riches qu’ils ne savent plus quoi faire de leurs argents. Oh, bien sûr, moi, à je n’étais rien pour lui, un microbe, un esclave, un animal de compagnie, peut-être. Un oiseau de garde. Parait-il que je valais une fortune, ma création ayant eut beaucoup de raté, avant d’arrivé à se que je suis aujourd’hui, sujet quatre-vingt treize, ou Kampf-Tänzerin, ainsi mon maître m’appelle.
 
C’étant étrange, de me dire que j’avais appris à écrire, parler et combattre en même-temps, mais que j’avais plus de connaissance sur les arts-martiaux et les techniques de combats de l’armée, que je n’en avais sur la culture générale. Télévision, livres, ordinateur ou tablette, autant de chose que je n’avais jamais vu de ma vie. J’étais toujours occupé à faire quelque chose, lorsque ce n’était pas les examens médicaux, c’était la nourriture ou nettoyer la chambre. Quand ce n’était pas ça, c’était les entraînements où dormir. Je n’arriverais pas à me souvenir d’un seul moment passé, où j’aurais put me reposer sans rien faire, pour juste avoir le plaisir d’être immobile. Mon corps demandait toujours du repos pour la journée suivante, toujours mis à l’épreuve chaque heure qui passent. Puis, une fois prêt pour mon futur maître et tortionnaire, ils m’ont juste laissait dans mon coin jusqu’à son arrivé.
 
Je portais toujours mon collier électrique, c’était la seule chose qui m’empêchait d’étriper tout le personnel avec mes serres aux pieds, qu’ils limer autant qu’ils le pouvaient. Ils me craignaient, depuis que j’avais réussis à casser la jambe d’un membre de ses derniers, après qu’il est abusé des chocs électriques pour me faire obéir. Je fus prit d’une folle envie de meurtre, me faisant oublier la douleur et la souffrance, l’adrénaline montant en flèche dans mon organisme, pour me jeter sur lui et lui briser chaque os du corps. Ses hurlements, j’entendrais plus tard, furent perçus jusqu’à l’étage d’au-dessus. Je fus vite maîtrisé pourtant, avec un gaz soporifique. Ils profitèrent de mon sommeil pour me couper les serres et me mettre un bandeau sur les yeux, m’empêchant de voir. Mes mains étaient liées dans mon dos pour m’empêcher de l’enlever. Tout cela n’était retirer que lorsque je devais sortir de la petite pièce qui me servait de chambre.
 
Après cela, je me faisais un défi de trouver un moyen de pouvoir les tuer. Je n’avais encore jamais fait de mort, mais j’étais au-delà de toute raison. J’étais persuadé que voir le sang couler ne me ferait ni chaud ni froid. La naïveté de mon âge, je suppose, ajouté à l’impression de supériorité que je ressentais sur les scientifiques de l’endroit. Ils avaient peur de moi, je le sentais. Moi, un enfant de dix ans, terrorisant des personnes adultes. Je me délectais de cela. Pourtant, cela ne durerait pas. Oh non…


Chapitre II : Le Début


Samedi 30 janvier 2133, 18:34, Villa d'Anatole
- « Lève les yeux. »
Ordonna-t-il. Je fis la sourde oreille, gardant obstinément mon regard vers le sol. La gifle fut aussi attendu que douloureuse.
- « LÈVE. LES. YEUX. »
C’était un combat de volonté, depuis que j’étais chez lui, c’était tout les jours pareils, il essayait de me faire obéir et je faisais tout pour ne pas être un esclave. C’était une lutte que je savais perdue d’avance, mais cela avait un but. L’usure, je voulais tanner mon ennemi. Je voulais l’épuisé mentalement. Je me disais qu’avec un peu de chance, il mettrait fin à ma misère et qu’au pire, il me vendrait à quelqu’un d’autre. Et qu’alors peut-être se quelqu’un d’autre me tuerait, si j’étais trop atroce à contrôler. C’était un combat pour tout et n’importe quoi, vraiment. De manger avec la fourchette jusqu’à la douche. Même dormir, j’en faisais tout un plat. Sans jamais lever la voix. De toute manière, depuis que j’étais ici, je n’avais pratiquement pas ouvert la bouche, pas même pour dire « oui maître » ou « merci » ou « bonjour ».
 
Il était irrité aujourd’hui, c’était mon premier jour de combat, le vrai de vrai. Celui ou je n’aurais pas de seconde chance. Evidemment qu’il avait parié sur moi, malgré les statistiques qui pointées toutes en direction de mon adversaire comme gagnant. C’était souvent ça, dans les combats. Tant qu’on ne connait pas le nouveau qui arrive, on préfère les valeurs sûres. Si je perdais, je me ferais tailler en pièce. Soit par un autre hybride, lèche botte favoris de la raclure qui me servait de propriétaire, soit par son troisième hybride, un couguar violent mais sympathique, qui était obéissant contre son gré. Je l’entendais souvent pleurer dans sa chambre. Je m’étonnais que son maître n’est pas encore remarqué les traces de scarification sur ses cuisses. En tout cas, aujourd’hui, n’étais pas le moment de l’énervais, il semblerait, puisque une deuxième gifle me ramena à la réalité. Jugeant que j’avais assez fait le malappris, je relevais les yeux, d’un air de défis méprisant.
 
Du haut de mes onze ans, j’avais déjà le feu de la révolte dans le regard, j’étais dressé, pour combattre et de cela j’en avais tiré une force sans borne. Je combattrais pour tout, peu importe la forme que cela prendra. Physique, morale, psychologique, éthique… J’étais un combattant né après tout. C’était lui qui m’avait voulut ainsi, qu’il assume, maintenant. Cela dit, il sembla satisfait, car une fois tête relevais et yeux dorée jetant des éclairs  dans sa direction il eut un sourire mauvais.
- « Parfait. Je vois que ton sale caractère est toujours aussi solide. Tu va en avoir besoin. Ton adversaire sera un hybride gorille de ton âge. Un gars qui roule des mécanique mais qui a de la force. S’il t’attrape, il te broiera les os. Alors bat-toi correctement, si tu ne veux pas que je te punisse. »
 
Humpf, comme si cela m’inquiété sa punition. Je vivais dans une cage, si ce n’était pas suffisant, sans couverture ni tapis, pas même de quoi boire régulièrement. Juste des barreaux serrés et des caméras de surveillance. Mes ailes, étaient bien les seules choses qui me gardaient encore au chaud. Quand à mes serres, elles étaient mes armes puissantes et fatales. Plus puissantes encore qu’une mâchoire de loup. Anatole, ainsi s’appelait le riche homme qui avait fait commande de moi, avait laissé mes serres grandir à tel point qu’elles étaient désormais plus tranchante que des lames rasoirs et capable de brisé des os sans aucun problème. Mes ailes fortes et longues, qui en traînait presque au sol désormais, avaient elles aussi, une puissance qu’il ne fallait pas sous-estimer.
 
Pour être franc avec vous, il serait d’un ennui terrible de vous raconter absolument toute ma vie quotidienne aux côtés de cet être immonde et sans aucun intérêt non plus. Pas plus que je ne vais vous raconter tout mes combats. Vous avez juste à savoir que j’ai gagné se combat et que mon adversaire, non comptant d’avoir un œil crevée pour son malheur, sera tué de mes propres mains. Je trouvais que cela était de lé clémence à mes yeux. Il n’y aurait rien eut de plus cruel que de le laisser vivre une vie d’esclave, jusqu’à sa mort. Après ça, je fus connu pour être « sans pitié ». « L’Ange Terrible » fut mon surnom. En raison de mes ailes qui leurs faisaient à la créature enfant de Dieu et Terrible, pour la terreur que j’inspirerais plus tard, dans l’arène. Pour moi, je ne me trouvais pas si horrible que cela. Au contraire même, j’étais clément. Je libérais ses pauvres êtres de leurs asservissements. Quant votre seule liberté c’est la mort qui vous la donne, vous ne crachez pas dessus… Quand bien même celle-ci vous fait peur. 


Chapitre III : Le calme avant la tempête

Mecredi 03 Mars 2136, 18:34, Villa d'Anatole
Que pourrais-je bien vous racontez qui serez intéressant, vraiment ? Ma vie à la villa de mon maître était d’un ennui sans pareil. Enfermer dans ma cage, seulement sortis pour les besoins nécessaires, par Kim, un léopard des neiges. Je m’étais lié d’amitié avec lui, il était d’ailleurs le seul pour qui j’avais de la sympathie, le deuxième, un mamba noir, appelé Devon, était le chouchou de notre maître. Mon caractère de résistant d’ailleurs, lui déplaisait fortement et plusieurs fois je dû l’affronté dans un face à face plus que désagréable. Etant donné qu’il était adulte et que j’étais un enfant, vous imaginez bien que je n’étais pas gagnant de ses derniers, la plupart du temps. Kim était en quelques sortes la bonne à tout faire, du ménage au repas, en passant par le linge et mon éducation. Il m’apprit les soins basiques pour les blessures, car je me rendis bien vite compte que mon propriétaire, ne comptais s’en occuper.
 
« Une blessure, me disait-il souvent, cela montre ta faiblesse. » Je n’étais en rien invincible, pas même indestructible ou immortel, pourtant, sur plusieurs centaines de combat, seulement quatre d’entre eux me vie perdre. Je me disais que cela étant dû dans un premier temps, dans ma volonté sans faille, dont je ne démordais pas, pas même lorsque j’étais à terre, permettant souvent de retourner les situations à mon avantage. Cela venait aussi de ma rapide adaptation à mes adversaires, qu’au fil du temps j’avais appris à analyser, surveillé, suivre du regard. Bien entendu, je parle là, de combat à âge équitable. Il m’a était plusieurs fois donné de me battre contre des adultes étant enfant, mais ceux-ci se sont tous soldé par un cuisant échec de ma part. Je ne me sentais pas honteux de perdre, après tout je n’étais qu’un gosse, pas un monstre de bataille.
 
Cela ne gêna pas mon maître pour me punir, m’empêchant ainsi de sortir de ma cage pour plusieurs jours, me faisant croupir dans ma propre saleté par vengeance. J’avais développé de nombreux troubles, en étant enfermer dans ma cage, toute la journée. Tel le lion dans une cage de cirque, je m’étais mis à tourner en rond en permanence, à me parler tout seul. Parfois, il m’arrivait de me cogner la tête contre les barreaux, juste pour sentir la douleur. Pour me rappeler que j’existe. Dans ses moments de détresse immense, Kim était mon havre de paix. Il essayait de faire en sorte de toujours venir me voir, même à l’insu du maître ou de Devon. Bien entendu il se faisait punir lui aussi parfois, pour désobéir, mais dans se monde où toute la douleur semblent être partager, nous faisions face ensemble. Pourtant, je ne connaissais pas grand-chose de lui et lui de moi, mais nos regard partageait, les mots de réconfort, d’encouragement de chacun, avais finis malgré cette absence de connaissance commune, à nous lier.
 
Bien entendu, rien n’existe pour duré, et comme tout comme j’étais voué à devenir un jour, un cadavre dans cette arène qui semblait devenir de plus en plus sanglante au fur et à mesure que je grandissais, les blessures devenaient plus graves, les combats plus désespérés. Les morts, plus violentes et les cauchemars eux, toujours plus réels. Pourtant ici, ce n’étais que le calme avant la tempête. Un silence, avant la grande explosion de terreur qui allait survenir. 




 

  
Dis m'en plus sur toi...
Ici parle nous un peu de toi en tant que joueur... La manière dont on peut t'appeler, ton âge, ton pays d'origine, tes disponibilités, la manière dont tu as découvert le forum, ce genre de petits trucs quoi :3
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2
Date d'inscription : 16/07/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Mar 17 Juil 2018 - 1:16
Salut,

Bienvenue sur le forum
et bon courage pour la suite de ta fiche ^^
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Homosexuel
Âge: 22
En bref !:
♔ Mâle gentil & attentionné ♔
♔ Mâle gentil & attentionné ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 413
Date d'inscription : 17/02/2018
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Mar 17 Juil 2018 - 6:27
Hey ! Rossse

Rebienvenu (vu que je te l'ai déjà souhaité sur la CB 'w')

Un copain oiseau, c'est génial ! :bougebbas: (Même si je sens qu'avec tous ses combats, on risque pas forcément de s'aimer xD)

Bon courage pour ta fiche !
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: 32 ans
En bref !:
♕ Femelle Sadique & Perverse ♕
♕ Femelle Sadique & Perverse ♕
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 206
Date d'inscription : 03/04/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Mar 17 Juil 2018 - 8:45
Plop !

Bienvenue, courage pour ta validation et bon jeu sur le forum !

Signé : L'araignée !
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Bisexuelle
Âge: 28
En bref !:
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 29/04/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Mar 17 Juil 2018 - 12:04
Bienvenue sur le forum ^^

Et bon courage pour terminer ta fiche !
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Homosexuel
Âge: 32 ans
En bref !:
♔ Perle Rare ♔
En ligne
♔ Perle Rare ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 318
Date d'inscription : 02/04/2018
Age : 26
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Mar 17 Juil 2018 - 13:50
Bienvenue à toi et bonne continuation avec ta fiche :3
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Homosexuel
Âge: 24 ans
En bref !:
♔ Pet Docile ♔
♔ Pet Docile ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 17/12/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Mar 17 Juil 2018 - 19:12
Bienvenue.

Tu me fait penser à un SCP avec ton histoire :3
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 7
Date d'inscription : 30/06/2018
Age : 18
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Mer 18 Juil 2018 - 17:09
On s'est déjà croisé sur CB mais je te redis bienvenue ici ~
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Homosexuel
Âge: 19
En bref !:
♔ Mâle gentil & attentionné ♔
♔ Mâle gentil & attentionné ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Date d'inscription : 27/06/2018
Age : 20
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis Jeu 9 Aoû 2018 - 11:16
Bonjour, bonjour et bienvenue ♥️

Je voulais juste voir s'il y avait du nouveau sur ta fiche chaise

Bonne fin de journée !
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Non défini
Âge: ~
En bref !:
Déesse Fantômatique (Fondatrice)
Déesse Fantômatique (Fondatrice)
Voir le profil de l'utilisateur http://domination-hybride.forumactif.fr
Messages : 828
Date d'inscription : 25/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Angy, Enfers ou Paradis, ils t'ont tous mentis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Au diable les enfers, Au paradis des amours, Je suis libre.
» BANSHEE ▲ « On ira tous au paradis foutre l’enfer. »
» Tous les chemins mènent en enfer
» L'enfer est vide et tous les diables sont ici. (rp commun serpentard)
» Dans toutes les larmes s’attarde un espoir. Vivre sans espoir c’est cesser de vivre. PV Amy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: La ville du renouveau : Avant Propos :: Présentation-
Sauter vers: