Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Parfois, il faut savoir accepter la main tendue [Pv Lyra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le ghetto :: La décharge et les ruines
MessageSujet: Parfois, il faut savoir accepter la main tendue [Pv Lyra] Lun 26 Fév 2018 - 12:53
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Parfois, il faut savoir accepter la main tendue
Lyra Fox & Spas Walsh

   

Fichue journée ! Pourtant, cela faisait bien une semaine que Spas traquait un hybride. Un hybride qui avait déserter la résistance depuis peu. Sa mission ? Comme tous les assassins… Tuer sa cible. Ce n'est pas la première fois qu'il le fait et ce ne sera certainement pas la dernière. C'est un habituer, un pro comme diraient certains. Pourtant, aujourd'hui, il y a eu comme… Une coquille. Là non plus ce n'est pas la première fois que la chouette fini blesser lors d'une mission. Mais le quartier où devait se dérouler le meurtre était loin d'être désert. En effet, ce traitre avait pris soin d'habiter des appartements en pleine ville ! Et même s'il lui arrivait de sortir de chez lui, tout de même, Spas pouvait sentir à quel point le traitre était méthodique. Jamais il ne sortait seul. L'autre ? Inconnu au bataillon. Il ne figure même pas sur la missive. Seulement… L'acolyte verra forcement son visage, il devra le supprimer lui-aussi.

Et c'est ce qu'il fit, en premier. Le crépuscule commençait à tomber lors que Spas est passer à l'attaque. Les deux individus se trouvaient dans le garage commun à la résidence. L'oiseau s'était infiltré depuis plusieurs heures, l'emploi du temps laissait présager une sortie tardive. Après tout, lorsqu'on est traqué, il vaut mieux se faire discret ! La chouette décocha une première flèche dans le dos de l'inconnu, il ne le laissera pas voir son visage. Bien sûr, la cible s'est retournée en entendant le sifflement de la flèche. Top départ, l'autre est tombé au sol, mourant, la flèche un peu plus enfoncée dans la poitrine, mais encore conscient. Après tout, Spas a visé le poumon, pas le cœur.

La chouette peut voir le regard du traître sur lui, il est en proie à la colère et la peur. La peur de la mort et la colère d'avoir été aussi imprudent jusqu'à conduire la perte de son acolyte. Spas ignore qui il était pour le traître, mais cela n'a pas d'importance.

Lui décocher une nouvelle flèche serait peine perdue, il l'a repéré, il va devoir en finir avec les dagues et le combat à mains nues. Spas sort de sa cachette, derrière une grosse berline. Il se jette sur l'hybride. Le combat fait rage, mais bien vite, la carotide est tranchée. Encore du sang à laver, encore de son visage, encore de ses vêtements. La chouette le laisse agoniser, tout cela sera fini d'ici quelques secondes. Seulement… Seulement une lame fend l'air, une douleur parcours son corps. Elle vient de son pied, cette fichue douleur ! Son regard se tourne vivement vers l'agonisant, le poignard vient de lui, il vient de lui perforer le pied et bon sang que ça fait un mal de chien !

Garder son sang-froid, surtout, ne pas le laisser gagner. Alors, il tire une flèche à bout portant, tel une balle de revolvers. La pointe métallique se retrouve à perforer le crâne de l'inconnu. Il s'écroule, tout est fini.

Mais pas le temps de se reposer. Des voix se font entendre dans la cage d'escalier. Spas doit enlever le poignard, quitte à perdre un peu de sang et à avoir mal. D'un coup sec, le poignard est enlevé. La chouette se pince la lèvre à sang pour ne pas hurler. Dans son état, il n'ira pas bien loin, son pied, sa jambe, ça le lance. Le QG est loin et marché serait trop éprouvant. Surtout que là, maintenant, il doit penser à se cacher jusqu'à trouver une ouverture ! Alors, il se transforme en chouette, se dissimulant dans l'ombre des gros tuyaux du plafond, accrocher sur une patte, sa serre valide pressant le plastique qui lui sert de prise. La porte s'ouvre, un couple prend sa voiture. Le portail s'ouvre. Spas déplie ses ailes d'un blanc immaculé ou presque vu que le bout de ses ailes sont mouchetées de points noirs… Le sang du traître coule encore sur son visage, sur son menton, cela le répugne.

Le sien coule le long du tuyau, il n'est qu'une question de minutes avant que la première goutte ne touche le sol. Tant pis, il prendra le risque. Le portail est levé, il n'attend pas que la voiture passe le portail pour passer. Il vole, heureusement que ses ailes vont bien. Mais la douleur lui donne un équilibre précaire, tant dans son vol, que dans la transformation. Il doit vite trouver une cachette, le temps de panser sa plaie avec du tissu. Ensuite, seulement il pourra retrouver la Résistance et se faire correctement soigner là-bas.

Alors, il fait battre ses ailes puissantes, plane dès qu'un courant lui est profitable. Les ruines, ce n'est pas la meilleure des idées, mais avec la nuit qui tombe, ce sera toujours mieux que les rues, même peu passante…

La chouette se pose sur un muret, toujours sur sa patte valide. L'autre goutte, fait déjà une petite flaque rougeâtre et lui fait mal, surtout. S'il reste trop longtemps sous cette forme, il risque bien de perdre sa patte, elle est bien plus fragile sous cette forme… Il pousse un ululement de soulagement, se secouant, se secouant de la tête au pied. Le sang sur son visage atterrit plus loin, sauf celui déjà séché et collant sur ses plumes.

Et puis, soudain, un bruit. Ses aigrettes blanches se redresse légèrement de sa tête. Il y a quelqu'un non loin de lui. De son œil unique, la chouette regarde autour d'elle, fait un tour à 180°C. La transformation en humain sera remise à plus tard. Devant la façade en ruine d'une maison, il peut voir une ombre approcher dans sa direction. Il veut s'envoler. Il doit s'envoler de nouveau. Mais sa pupille bleutée croise ses yeux, trop tard.
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Homosexuel
Âge: 28 ans
En bref !:
♔ Resistance Hybride ♔
♔ Resistance Hybride ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 256
Date d'inscription : 25/02/2018
Age : 26
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Parfois, il faut savoir accepter la main tendue [Pv Lyra] Mar 27 Fév 2018 - 0:58
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Parfois il faut savoir accepter la main tendue
Spas ◮ Lyra

 
Je ne sais pas depuis combien de temps je courais comme ça, j’avais détalé dès que j’avais compris que l’hybride ne reviendrait pas. J’étais restée seule bien longtemps, suffisamment pour me dire qu’il n’avait pas pu simplement partir sans prévenir. J’avais lentement pris conscience qu’il avait sans doute dû lui arriver quelque chose et aussi insensible que je puisse être, j’avais alors imaginé que ma liberté était de nouveau à ma portée et que son absence était une chance. Je m’étais enfuie sans me retourner, malgré les aboiements furieux des chiens des voisins et n’avais presque pas ralenti la cadence depuis. Mes poumons me brûlaient, mes jambes manquaient de se dérober à chacun de mes pas et je savais que j’avais besoin de me poser rien que quelques minutes pour récupérer. J’étais tellement absorbée par ma course, par mon envie de m’éloigner le plus vite possible de l’endroit où je me trouvais préalablement que je n’avais pas remarqué le déclin du soleil à l’horizon. La nuit tombait et je n’avais nul part où aller. J’avais songé à tenter de rejoindre la résistance, de retourner au QG mais la route de nuit ne me paraissait pas des plus sûres.

J’avais finalement opté pour un lieu qui me garantirait une nuit en sécurité. Après avoir traversé les habitations, j’avais repéré la décharge et je savais que les ruines n’étaient pas bien loin. J’avais dû changer d’allure pour reprendre mon souffle afin de ne pas m’étaler par terre lamentablement. Ralentir ainsi me donna soudainement très froid, je ne portais pas grand-chose et je n’avais pas pensé à fouiller dans la maison de mon pseudo maître pour lui piquer de quoi résister à l’air glacial de la nuit. J’avais un peu faim mais ça pouvait encore aller, courir m’avait fait dépenser pas ma d’énergie mais une nuit de sommeil serait sans doute réparatrice. Je m’engageais alors dans les ruines, quelque peu épuisée et congelée sur place et marchais encore quelques minutes avant de trouver l’endroit parfait. Un petit creux dans un mur, suffisamment grand pour que je m’y glisse, qui me couperait du froid et du vent. Je m’y faufilais, repliais mes genoux contre ma poitrine et penchais un peu la tête en arrière, afin que celle-ci repose sur une ou deux pierre en guise d’oreiller.

C’était pas le top du top niveau confort mais je me sentais un peu à l’abri, et surtout, en sécurité. Je ne savais pas vraiment si des hybrides venaient se perdre ici pour autre chose que des ballades romantiques, et encore des vieux cailloux, y’avait franchement mieux pour tenter de séduire qui que ce soit, mais je me disais que j’étais sans doute dans un lieu où je pouvais me permettre d’espérer être tranquille. Je fouillais le ciel des yeux, observant chaque petit point blanc et lumineux qui éclairait à peine les environs. Je pu enfin souffler, mes jambes me remerciaient de leur laisser un peu de répit et je me mis à fermer les yeux instinctivement, me sentant suffisamment à l’aise pour le faire. Je n’avais croisé personne, entendu aucun bruit et j’étais tout de même à bout de force. Je frissonnais une demie seconde en tentant de m’étirer du mieux que je pouvais pour me détendre.

Je ne sais pas par quel prodige, mais je dû sombrer dans le sommeil parce que lorsque j’ouvrais de nouveau les yeux, le ciel était plus sombre encore, et l’air était bien plus froid qu’auparavant. Je me demandais si j’aurais pu mourir congelé en si peu de temps mais je secouais la tête vivement en songeant à quelle point la question était stupide. Cependant, je ne sentais plus mes jambes, elles étaient toutes engourdies et elles me picotaient de toute leur longueur. Je les tendis vers l’extérieur et m’extirpais de ma cachette pour me redresser. Je fis un ou deux pas mal assuré et me mis à marcher un peu, le nez levé vers le ciel. Marcher me faisais du bien et j’avais du mal à m’imaginer pouvoir me rendormir très rapidement. Je passais une main dans mes cheveux, et retins un bâillement. Peut être que finalement le sommeil me gagnerait de nouveau sans attendre. Cependant, ce n’est pas mon envie de pioncer qui attira mon attention mais bel et bien un volatile qui semblait se diriger maladroitement comme s’il se trouvait face à un vent violent qui l’empêcherait de voler correctement. Je le vis décliner et plonger vers le bas, non loin de là où je me trouvais et plissais les yeux pour espérer repérer l’endroit où il pouvait se trouver.

Je presse un peu le pas, bifurquant une fois avant de piler net, apercevant enfin l’objet de ma recherche. Une jolie chouette immaculée.. et teintée de rouge. A vrai dire je ne tarde pas à comprendre de quoi il s’agit, l’oiseau de nuit est blessé, cela paraît assez évident. Ce dernier semble d’ailleurs poser son regard sur moi et je peine à avaler ma salive en me sentant ainsi observée. Je me contente de faire pareille de mon côté, n’osant pas trop m’approcher de peur de la faire s’enfuir, elle qui semble ne pas être en état pour voler d’avantages. Je fais finalement un demi pas en avant, en sa direction et murmure doucement entre mes lèvres.

-Hé.. je ne vais pas te faire de mal, d’accord ? P’tain mais qu’est ce qui me prend de parler à une chouette.. ? Hum.. ouais, j’vais pas essayer de te manger, même si je dois avouer que j’ai la dalle. Donc rassure toi hein, j’voudrais juste regarder, t’as l’air mal en point.

Je sais pas vraiment pourquoi je tiens tant à voir, de toutes façons je doute de pouvoir faire grand-chose. Je n’ai rien sous la main, puis de toutes manières je dois bien avouer que je n’ai pas de connaissance en médecine et encore moins en médecine animale. Je pourrais évidemment improviser, après tout, il y a bien quelques règles de bases assez logiques à suivre, genre ne pas lui couper la patte et faire en sorte que tout ce sang cesse de couler. Timidement, je fais de nouveau un pas vers l’animal, essayant d’avoir l’air suffisamment rassurante pour ne pas le voir décamper.
(c) Ivy
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 18 ans
En bref !:
♔ Pet Indressable ♔
♔ Pet Indressable ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Date d'inscription : 30/10/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Parfois, il faut savoir accepter la main tendue [Pv Lyra] Mar 27 Fév 2018 - 13:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Parfois, il faut savoir accepter la main tendue
Lyra Fox & Spas Walsh

   

Ils sont là, comme arrêter par le temps, l'espace de quelques secondes. La chouette la jauge, rapidement, de son seul œil. L'ombre est devenu une jeune rouquine, non loin de la vingtaine. On dirait même un petit garçon manqué au vu de sa tenue ! Ils ont les mêmes yeux, des yeux bleus. Mais il n'arrivera pas à distinguer davantage. Ce n'est pas la distance qui l'en empêche, mais l'obscurité qui règne en maître.

À peine la demoiselle avait-elle avancée son pied, que Spas eut un mouvement de recul. Il n'avait pas beaucoup de prise avec ses petites serres noires, son équilibre restait très précaire. Juste avant qu'elle ne puisse dire un mot, l'oiseau déplia ses ailes en poussant un cri long et aiguë, comme pour paraître plus effrayant, comme il le ferait avec un prédateur ou un rival. Mais rapidement, ses ailes sont de nouveau repliées, sa patte valide a flanché, l'espace d'un instant.

La jeune femme commence à lui parler, doucement, comme un murmure. La chouette enfonce sa tête dans ses épaules. Non pas parce qu'il n'est pas convaincu par sa bienveillance, mais plutôt pour l'impression que oui, il est un animal à ce moment précis. Spas est légèrement vexer, bien que ce soit tout simplement la vérité ! Elle-même semble se demander pourquoi lui parler, alors que c'est un volatile. D'ailleurs, la rouquine avait un langage plus masculin, cela en était presque dommage, du point de vue de Spas en tout cas. Il était sûr qu'elle pouvait être à tomber en faisant quelques efforts…

Ses arcades se froncèrent. Le manger ? Il s'apprêtait à pousser un nouveau cri en se gonflant, mais il s'arrêta, de nouveau ses ailes se referment contre lui, elles avaient à peine été dépliés. Méfiance, méfiance… La chouette ne sentait aucune odeur animal émanant d'elle, c'était sûr à 90%, elle devait être humaine. Un sursaut, la demoiselle s'était avancée à nouveau, tout doucement. Son visage arborait une expression rassurante. Lui ? Il s'aplatit légèrement contre le muret, ferme son œil, ouvre le bec sans sortir aucun son. Il faut qu'il tienne encore un peu. Garder la chouette, penser à sa forme physique, ses grandes ailes, ses plumes, ses serres, sa queue. Mais la douleur est là. Et si la jeune femme voulait vraiment le manger ? Ce ne serait pas très judicieux de sa part de l'annoncer… C'est comme si lui annonçait la mort de sa cible quelques heures avant. Il se transformera en dernier recours, redevenir hybride lui permettrait de la maîtriser sans mal. Par contre… Il ne pourra pas marcher bien loin… Remarque, il ne peut déjà pas aller bien loin.

Alors, il s'approche, titubant, jusqu'au bord du muret. Son bec noir s'ouvre pour pousser un faible cri. La douleur le lance. Sa tête se relève, regardant la rouquine. Il ne faut pas qu'elle approche davantage. Avec ses serres, il ne la blesserait rien qu'en se posant sur elle, lui grifferait les mains même sans le vouloir. Et sa patte… Sa patte est ouverte, une fissure béante la traverse de part en part, comme le couteau l'avait fait à son pied. La zone est rouge de son sang, poisseuse et légèrement collante.

Ils sont encore à plusieurs mètres l'un de l'autre avant lorsque Spas pousse un nouveau cri, plus proche de l'alerte cette fois-ci, espérant la stopper avant qu'elle ne soit trop proche de lui. Pourquoi ? Son regard se pose sur une vieille table ronde de jardin, en fer forgé. Elle semble encore assez solide pour tenir debout, malgré le champ de ruine dans lequel ils se trouvent… Elle est à sa droite, mais un saut ne serait pas suffisant pour l'atteindre, il devra planer, juste quelques secondes. Alors, il déploie ses ailes, se laisser presque tomber jusqu'à la table, jusqu'à la surface lisse et froide en verre. Bien sûr, elle est marquée par des éclats et des fissures, quelques bouts manquent par endroit, cassé sans doute.

Nouveau cri de douleur, puissant, mais qui s'éteint d'un coup, comme s'il ne voulait pas être entendu, comme s'il pouvait pincer ses lèvres pour se retenir de crier. Mais la chouette n'a pas de lèvres à ce moment-là. Il se redresse, il est bancal, utilise le poids de son corps pour se redresser. Son œil se pose de nouveau sur elle, alors qu'il peine à tenir debout, il finit même par abandonner, restant couché. Il lui montrera la patte si elle lui demande. Alors, comme pour l'invité à l'ausculter, à venir vers lui, Spas fit un mouvement de tête, sa tête de profil, elle va d'avant en arrière comme on pourrait le faire avec une main, pour autoriser quelqu'un à approcher. Cependant, il ne quitte pas la demoiselle du regard.

Si jamais elle a le malheur de lui faire mal, il pincera.
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
avatar

Fiche Perso
Sexualité :: Homosexuel
Âge: 28 ans
En bref !:
♔ Resistance Hybride ♔
♔ Resistance Hybride ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 256
Date d'inscription : 25/02/2018
Age : 26
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Parfois, il faut savoir accepter la main tendue [Pv Lyra]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Parfois, il faut savoir accepter la main tendue [Pv Lyra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: Le ghetto :: La décharge et les ruines-
Sauter vers: