Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lucien Smith - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: La ville du renouveau : Avant Propos :: Présentation :: Hybride Nasty
MessageSujet: Lucien Smith - Terminé Lucien Smith - Terminé EmptyMer 3 Jan 2018 - 14:53
|
Lucien Smith
Flou
35 ans
Américaine


 
Qui se fait souris, le matou le mange

 

 
Lucien est un hybride souris sauterelle du sud [Onychomys torridus], une espèce de rongeurs de la famille des Cricétidés. De son hybridation, du plan visible, il n'en a retiré que la petite queue rosâtre de son espèce. Pas de moustaches ni de petites et mignonnes oreilles pour lui. Pour le reste, il a une capacité à résister à la douleur bien meilleure que les autres hybrides, et également à certains poisons, son espèce en ayant la propriété. Il a d'ailleurs été créé dans le but de produire des analgésiques. Il rejoint le groupe des Nasty, n'aimant ni les humains, ni les hybrides, préférant voir les premiers disparaître et les seconds mourir.


 
Meet me
Lucien
CARACTÈRE
Il n'est pas évident de saisir le réel caractère de Lucien qui peut tout aussi bien apparaître flegmatique que passionné ; personne ne sait vraiment comment il va se comporter au premier abord, mais une fois qu'on apprit à le connaître, on découvre un garçon des plus prévisibles. Actif, colérique, déterminé et rentre-dedans, Lucien semble en vouloir au monde entier mais est néanmoins doté d'une grande émotivité et de qualités de cœur, quand on cherche bien. Il n'en reste pas moins un solitaire, replié sur lui-même, qui n'accepte pas qu'on tente de lui dicter sa vie et qui a tendance à voir d'un mauvais œil toute personne qui l'approche. Il peut cependant, au besoin, s'ouvrir et participer à la société si cela rentre dans son intérêt. Dans tous les cas, Lucien n'est nullement influençable, il se considère même comme un adulte responsable, peu enclin à se faire marcher dessus. Et toute personne qui oserait le contredire un peu trop, le titiller, risque de passer un mauvais quart d'heure. Car il cogne, et fort. Il n'a que très peu de limite quand il s'agit de remettre à sa place un emmerdeur. Il ne s'embarrasse pas avec la séduction, du coup on l'aime comme il est ou on ne l'aime pas.

Lucien ne lâche jamais prise, aucun échec ne lui est permis. L'obstination le caractérise ; il aime même qu'on lui résiste. Sa relation avec les autres s'en ressent et il n'est donc pas évident de le conquérir. Cependant, une fois fait, il est alors le plus fidèle des amis, à condition de ne pas le décevoir... Il trie ainsi soigneusement ses amis et les autres, préférant être seul plutôt que d'avoir une personne prête à lui planter un couteau dans le dos. S'il accepte de vivre de son plein gré parmi les autres, il faudra néanmoins se méfier de lui s'il est blessé sentimentalement ou physiquement, car il peut se montrer des plus agressifs et envoyer bouler quiconque essayerait de lui porter secours.

Malgré son agressivité, son "émotivité" envers certaines espèce d'hybrides le rend plus humain. Cette sensibilité contrebalance sa grande gueule et son acharnement. Pourtant, cette émotivité est en dent de scie, avec des « hauts » délirants et des « bas » déprimants. Il est à la fois très sensible et très nerveux, susceptible et contradictoire.

Comme expliqué précédemment, Lucien apprécie davantage certains types d'hybrides. Principalement les proies de son propre animal, il a tendance, une fois repérer, à ne plus les lâcher d'un pouce, à les appeler " Ma chérie ", " Ma douce ", "Ma belle", qu'ils soient mâles ou femelles, et, pour le faire cesser, il faut que l'individu poursuivit soit hors de son champ de vision et olfactif. Et ce n'est pas le seul problème car il peut aller loin, jusqu'à tenter une romance dans un lit, un rentre dedans, un "je-suis-en-toi-t'aime?". Il ne se contrôle pas dans ces moments, son cerveau ayant été tellement dressé dans sa jeunesse qu'il est obligé de voir sa nourriture comme une partenaire potentiel, ruinant ses efforts pour être ce qu'il est actuellement.

Le sexe n'est donc pas une partie de plaisir pour lui, ni pour les autres. Exigeant, autant pour le choix de ses partenaires que pendant la sauterie, il est assez rare de pouvoir franchir ses draps. De plus, comme son caractère bouillant, il est explosif, il a besoin de faire mal et d'avoir mal, de combattre pour la domination.

Et en parlant de domination, Lucien a autant un problème avec les humains qu'avec les hybrides, surtout depuis l'inversion des rôles. Les premiers ont fait de lui ce qu'il est, un être qui doit se montrer méfiant et colérique pour ne plus souffrir ; frappe avant d'être frapper. Les seconds ont abusé de sa confiance et son incapacité à se tenir tranquille face à certains l'empêche de se sentir pleinement heureux. Il n'a pas pu rejoindre la résistance, ses idéaux n'étant pas compatibles avec les leurs. Ils voulaient faire basculer la balance dans un sens plus neutre ou repartir à la vieille époque, lui ne comprenant pas en quoi "avant, c'était mieux". Il n'était pas assez stable pour vivre dans cette société. Parfois qualifié de dangereux par ses paires à cause de certaines de ses "crises" et de sa hargne, il a voulu se tourner vers le seul groupe où il est pratiquement certain de ne pas trouver sa bouffe dans les rangs ; la résistance. Sauf qu'on lui a refusé l'entré.

Ah, et une dernière chose. Lucien a un humour bien à lui, en plus de n'avoir aucun problème de pudeur et d'avoir un langage de camionneur ; tout est parfait pour faire une bonne blague à un ami ou même à un ennemi. Lancer des mégots consumés dans un capuchon comme un joueur de basket, se glisser nu comme un ver dans le lit déjà occupé par son pote pour lui faire croire, le lendemain, qu'ils ont couché ensemble, voire même jeter son poto dans les bras d'une grande folle un peu trop collante pour ensuite d'étaler comme un lapin et le laisser se débrouiller. Et ce ne sont que les blagues les moins méchantes...
PHYSIQUE
Ce que je note le plus chez Lucien, dans son apparence, c'est ce côté rebelle, de bad boy, de ces types qui vendraient de la drogue s'ils en avaient sous la main dans le plus pur des préjugés. Son visage dur et souvent marqué par une précédente bagarre est de ses beautés sauvages et froides, le rendant à la fois séduisant et dangereux et qui ne plaît pas à tout le monde. J'ai tendance à ne me focaliser que sur son ensemble, cette allure de combattant, alors que les détails ont également leur importance. Par exemple, ses cheveux de couleurs noirs sont rasés à un millimètre et constamment cachés sous une capuche ou une casquette, lui donnant un je-ne-sais-quoi qui lui va bien. Plus ou moins doux aux touchés, j'ai déjà remarqué leur manque de nettoyage avec un bon shampoing, Lucien ne semblant pas se préoccuper de son hygiène corporelle. Il faut dire qu'en pleine rue, il ne risque pas de trouver beaucoup de douches et encore moins de produits capillaires. Son odeur, étrangement, qu'importe le temps passé loin des douches, est loin d'être désagréable, un peu l'odeur de la paille sèche ou du sable brûlant. Sans aucun doute un bonus de son hybridation.

La partie de son visage que je ne cesse de remarquer du premier coup d’œil ne sont ni ses yeux ni sa bouche, mais le tatouage qu'il possède sur la gorge. Peint à l'encre noir, ce texte " life's a game " définit parfaitement le personnage et s'enroule autour de son cou sans se glisser à sa nuque. Ensuite, mon regard croise deux puits de feu, à la fois brun et rouge, qui glace mon sang face à leur intensité. J'ai souvent pensé que Lucien aurait pu, en le voulant bien et contrôlant un peu mieux ses émotions, hypnotiser pas mal de monde, faire fondre les personnes. Sauf que leur propriétaire détruit cette idée par ses sentiments violents, son regard féroce, agacé et parfois simplement mesquin. Il m'a déjà forcé plus d'une fois à détourner mon attention ailleurs, de peur des représailles. Au dessus de ses yeux, ses sourcils sont épais, noirs, le côté gauche un peu moins fourni que l'autre, deux traits manquant, suite à la visite d'une blessure sans importance.

Il possède une dégaine, une démarche, qui montre ses humeurs du moment. La plupart du temps agressive, elle ne semble jamais pouvoir être classe ou chic. La tête légèrement penchée en avant, l'oeil aux aguets, le pas soit lourd soit léger suivant sa bouderie du moment, du haut de son mètre septante cinq, il n'en impose pas et il fait sans cesse penser à un chien aux abois, prêt à détaler au premier signe de danger ou attaquer tout ce qui bouge pour les mêmes raisons. Ses bottes militaires, qui ont vu des jours meilleurs, frappent le sol avec rythmes alors qu'il aime vagabonder dans les rues, soulevant sa carcasse souple et légèrement musclée comme si elle ne pesait rien, ou au contraire des tonnes. Un sourire mauvais constamment aux lèvres, j'arrive à déterminer quand il vaut mieux passer mon chemin ou si je peux taper la causette. Son visage fermé, grognon ou mesquin et taquin, il me donne souvent l'impression qu'il va mordre la moindre main qui se tendrait vers lui et qu'il va arracher des dents avec une pince pour son petit déjeuné.

Quand il parle, sa voix grave s'élève, glisse, parfois râpe. Je suis persuadé qu'elle pourrait être tentatrice, séduisante, sexy, mais les mots qui se déversent de ses lèvres ne donnent qu'une envie ; offrir une claque au propriétaire et tourner les talons. Pulpeuse et sensible, sa bouche garde des dents blanches qu'il entretient parfois en rongeant divers objets durs qui lui tombent sous la main. Métal, carton, tout semble être bon pour empêcher à sa dentition de devenir trop longue. Car comme le rongeur, ses dents poussent continuellement, mais à un rythme plus lent.

Une queue de souris montre clairement son hybridation. Elle reste basse, dépassant le genou mais pas beaucoup plus loin, et Lucien semble ne pas s'en servir souvent. Je l'ai déjà vu la nettoyer pendant qu'il pensait être seul, mais, autrement, il ne s'en occupe pas. Je sais que c'est une partie sensible chez lui, qu'il vaut mieux éviter de toucher si on ne veut pas perdre un doigt, mais je n'ai jamais tester pour déterminer pourquoi...
Lucien


 
Une souris verte, qui courait dans l'herbe ~
J'observe soigneusement l'humain qui s'en va en traînant les pieds. Je viens de vendre un peu de drogue à ce crétin contre son argent et contre certaines informations. Aujourd'hui dealer, je n'ai que faire des problèmes que peut causer la dépendance auprès de mes clients. Un cultivateur de diverses plantes. Mon "patron" m'avait déjà demandé plus d'une fois de prendre garde, m'ayant même supplié de ne pas tomber de ce côté de la vie. J'ai promis d'y réfléchir... Mais ne l'ai jamais fait. Je soupire longuement, comptant un instant mon argent, me remémorant mon passé sous la senteur particulière des billets, cette enfance que j'ai toujours préféré enterrer. J'ai essayé de changer, de ne pas être comme les scientifiques auraient voulu. J'ai essayé longtemps. J'ai essayé de changer le destin que ma naissance avait prévu pour moi. Je ne suis pas devenu le bon type soumis qu'ils ont attendu de moi, mais certaines punitions sont bien trop encrées dans ma peau pour que je ne m'y soumette pas...

Je n'ai qu'un vague souvenir de ma fratrie, mes parents n'ayant jamais pu s'occuper de nous, je sais que j'ai cinq frères et soeurs, mais nous avons été séparé vers l'âge de cinq ou six ans. Je sais que nous avons été créés quelque part dans les Etats-Unis pour comprendre comment fonctionnait le système nerveux des souris sauterelles, faire en sorte de trouver de meilleurs analgésiques et quelques anti-poisons. Et qu'ils désiraient voir les réactions d'un hybride suivant l'avenir qu'ils lui offraient. Un peu comme le Théorème du singe, ils vont cherché à savoir jusqu'où l'obéissance d'un hybride peut allé, jusqu'où ils peuvent imposer une idée dans sa tête. Ils nous ont expliqué la première partie, la deuxième, je l'ai compris moi-même. Je sais également qu'un jour, j'aurais droit à une épouse. Quand j'étais gamin, je m'accrochais dur comme fer à cette information, je ne cessais pas de demander quand je l'aurais, comment elle serait, si elle m'aimerait. Je me souviens avoir été heureux pendant plusieurs années, naïf de croire que ma vie se résumait à la vitre de ma prison et à la promesse d'une femme à chérir, comme dans les bouquins de princes et princesse qu'ils nous lisaient. Rat de laboratoire, les scientifiques ont fait pas mal de tests, des expériences. Tant que j'avais le visage d'un enfant, ce n'était jamais douloureux, jamais gênant. Ce n'est qu'une fois mes 18 ans passés que les choses se sont corsées.

Je m'en souviens comme si c'était hier. Un matin, on me présente un nouvel compagnon de cellule, une hybride sauterelle. Une proie. C'est ainsi que je la vois. Mon animal mange le sien, donc, elle l'est, n'est-ce pas ? Je l'ai observé un long moment, regardé ses attributs animaux, admirer son regard d'insecte. Je me suis même demandé si elle se mangeait. Les scientifiques m'ont ensuite passé un collier autour du cou et m'ont fait comprendre que je devais m'accoupler avec la jeune femme. Qu'elle était mon épouse à partir de maintenant. Réticent - je restais l'enfant bercé d'illusion, mais je ne comprenais pas en quoi cette fille pouvait être l'épouse dont je rêvais - sous le choc, mon premier geste et acte est de me rebeller contre cet ordre. Ils m'ont envoyé un choc électrique. Un puissant, qui m'a secoué pendant deux minutes, laissé pantelant, à terre, la douleur m'ayant forcé à me recroqueviller sur moi-même. Après plusieurs électrocutions de ce type, j'ai fini par abandonner. Par la faire mienne. Elle n'a jamais semblé effrayée, ni même intéressée. Elle était telle une poupée de chiffon. Je ne devais pas être son premier partenaire... Toute la journée, j'ai dû m'occuper d'elle, être le bon mari qu'on a voulu que je devienne, la faire rire, sourire, la détendre. J'en suis tombé amoureux.

Le lendemain, elle n'était plus là. Mon épouse s'était volatilisée. Un crève coeur pour moi. J'ai déprimé toute la semaine, demandé quand j'allais la revoir, mais ils ne me répondaient jamais. La semaine suivante, ils me présentent une nouvelle personne, mais ce n'est pas la sauterelle. Ce n'est même pas une femme. C'est un mâle hybride scolopendre géante qui fait son apparition. Une nouvelle proie. Ils me disent qu'il est à présent mon épouse, que je dois m'accoupler avec lui et ensuite être un bon mari. Evidemment, je me rebiffe, je hurle qu'il ne peut être ma promise, que je veux ma belle sauterelle, mais ils me la refusent. Même schéma qu'auparavant, donc. Mon collier m'envoie de nouvelles décharges dans le corps. Je résiste plus longtemps, mais je finis évidemment, comme la dernière fois, par abandonner toute résistance. Et je m'en suis occupé, je l'ai dorloté, aimé, même. Et une fois que la nuit passe, je me retrouve de nouveau seul, dans cette pièce devenue soudain froide sans la présence rassurante d'un congénère. Je comprends à ce moment-là qu'ils jouent avec moi, avec mes sentiments. Je ne peux évidemment rien faire...

Pendant un an, une fois par semaine, je suis contraint de faire face aux proies de mon animal, à avoir des rapports avec eux, à tomber amoureux de chacun d'entre eux, ou du moins à m'y attacher. Et si j'ai le malheur de désigner les mâles par ce qu'ils sont et non pas comme les "épouses" que les scientifiques veulent qu'ils soient, j'ai droit à de nouvelles punitions.

J'ai fini par m'y habituer. Par m'exécuter avant même qu'ils me le demandent. Tant que je suivais les ordres, ils ne me faisaient aucun mal. Et ils m'offraient même quelques bonus. Pour m'occuper un peu l'esprit, vu que les journées se ressemblaient toutes et pour que je ne dépérisse pas sous l'ennui, un scientifique me faisait la lecture pendant des heures, prenant des bouquins sur les plantes, les animaux, la nature. Je n'ai jamais été un élève très intelligent, je n'absorbais pas les informations comme une éponge et je préférais me laisser bercer par la voix de la personne qui m'offrait ces moments de divertissement. Ils étaient continuellement en train de prendre des notes, à observer chacun de mes gestes, à écrire mes comportements.

Un jour, alors que j'ai atteint les 20 ans, je me retrouve confronter à une hybride louve. Une non-proie. Je me dis qu'ils attendent toujours la même chose de moi, mais dès que je tente de la toucher, je reçois un avertissement. Une minie électrocution. Je m'arrête net et les scientifiques m'expliquent patiemment que si ce n'est pas une proie pour mon animal, alors il ne peut pas faire une épouse convenable. Je dois me comporter normalement avec elle. Et bizarrement, c'est encore plus dur qu'avec les autres. Je n'ai pas le droit d'avoir le moindre contact physique, pas le droit de chercher à la séduire. Je n'ai pas non plus à me comporter comme avec les scientifiques... Je ne comprends pas. Pourquoi n'ai-je pas le droit de l'épouser ? Pourquoi les autres et pas elle ? Leurs explications me laissent dans le flou, mais je ne tente pas de protester. Je me montre ainsi méfiant avec elle, ne sachant pas à quoi m'attendre, comment être avec elle. Je m'enferme dans une bulle de silence, à observer cette femme tourner en rond dans la cage, pendant toute la journée.

Les années passent. Les jours se ressemblent. Une fois par semaine, j'ai droit à la visite d'une proie, un autre jour étant consacré à la présence des autres animaux. Le reste à une vie de lecture et d'ennui. A 22 ans, ils me font passer l'ultime test, celui pour lequel ils m'ont préparé sans que je n'en sache jamais rien. Dans ma cage, ils font entrer un hybride scorpion. D'une race spéciale et rare. Un Centruroides sculpturatus. C'est le premier que je rencontre. Les scientifiques nous donnent des instructions un peu spéciales, et je me tétanise en les entendant souligner que le type doit me piquer. Avec son dard. Mon instinct est pourtant plus fort, beaucoup trop conditionné pour que je ne cherche pas à en faire mon épouse, la peur que mon collier s'active m'empêchant de m'inquiéter de son arme. Il y a une sorte de combat entre nous deux, l'homme peu coopératif avec l'idée d'être mon épouse, me laissant perplexe pendant notre lutte de pouvoir. Pourquoi n'accepte-t-il pas sa place ? Pourquoi ne se laisse-t-il pas faire ? Je comprends que c'est sa danse nuptiale, un jeu pour lui, une manière de défouler sa colère, de se sentir vivant. Je perds le combat, mais son poison, malgré les quelques piqûres, ne semble pas faire d'effet sur moi. Les scientifiques sont ravis et ont tôt fait de m'isoler pour étudier le venin qui coule à présent dans mon corps, comme celui-ci a réagit face à cette attaque, etc. etc. Ils ne me laissent pas revoir l'hybride de la journée, ni l'aimer comme avec les autres proies. Je suis perdu, je ne comprends pas leur manière d'agis avec moi...

J'ai le droit de revoir ce même scorpion quelques fois pendant les quelques années où je suis resté enfermé en laboratoire, les hybrides de cette espèce spécifique étant extrêmement rare. On se combat avec la même hargne, la même énergie pleine de haine, de violence. Peut-être même de désespoir. J'ai petit à petit, au fil de nos rencontres, finit par me métamorphoser, à devenir moins naïf, à me rebeller, à attaquer les hybrides non-proie qu'on me proposait. Pour les proies, je distribuais ma rage pendant mes accouplements. Mes gènes me poussaient à être agressif, à me montrer territorial... Je ne pense pas qu'ils l'aient compris. Les scientifiques ont fini par m'isoler pour de bon, préférant éviter que je ne tue l'un de mes partenaires et ayant remarqué que le scorpion me donnait de mauvaise idées. Qu'il me poussait à commettre la faute.

A l'âge de 25 ans, je ne leur sers probablement plus à rien car ils me sortent de ma prison pour me placer dans le premier avion en direction de la France. J'y suis reçu pour être d'abords dressé puis ensuite vendu. Je ne montre aucune hostilité envers les humains, ils ne m'intéressent pas, mais ils m'obligent à être un esclave un peu plus compétent que de servir de décoration. Je suis acheté par un dealer-maquereau qui a vu en moi un garde du corps pour ses prostitués. Il me force à gagner un peu de muscle, me rase le crâne, me fait faire un tatouage et j'évolue dans cet environnement particulier comme une libération. J'apprends à haïr les humains, mais également à être moi-même. Violent, agressif envers tous clients qui oseraient porter la main à une de mes protégés, je n'hésite pas à user de la batte de Baseball que mon maître m'a prêté pour repousser les plus costauds. Il me tient éloigné d'un duo d'hybride, des souris grises, ayant remarqué mon comportement des plus perturbants en leur présence, ma façon de leur tourner autour, de chercher à les atteindre. Mais est-ce ma faute s'ils étaient parfaits pour être mes épouses ?

Quand débute la guerre entre humains et hybrides, j'ai d'abord cru à une mauvaise blague. Ça ne pouvait pas arriver. Pas maintenant, pas comme ça. J'ai vu mes protégés s'entre-attaquer, se déchirer, certains capturés car ils n'appartenaient pas à la bonne espèce, d'autres tués par les balles sous le coup de leur soulèvement. J'ai fini par prendre les armes à mon tour, désireux de participer, quelque chose en moi m'ordonnant d'y aller, de condamner ces crétins qui ont osé nous faire autant de mal, nous forcer à nous soumettre. J'ai eu mon lot de morts. Pas assez à mon goût, mais j'étais tiraillé entre mes diverses pulsions qui m'obligeaient à abandonner une "proie" pour une autre...

Quand tout fut terminé, je n'avais nul pour où aller. J'ai préféré aller dans la maison close de mon maître et quelle ne fut pas ma surprise en découvrant qu'elle était... Déjà habitée. Un hybride chat s'était permis de se planquer ici pendant les combats. Nous nous sommes regardés, en chien de faïence avant d'arriver à un arrangement. Tant que je ne touchais pas à ses herbes, je pouvais rester. La cohabitation n'a pas été simple, chacun ne semblant supporter l'autre mais avec les années, nous avons fini par avoir un semblant d'amitié. Jusqu'à ce que je le trahisse. C'est simple, il m'a montré comment on pouvait cultiver certaines plantes psychotropes telles que le cannabis et autre connerie du style... Et je lui en ai volé. Un paquet. Une nuit, j'ai décidé que je ne pouvais décidément plus cohabiter avec lui, que j'en avais marre qu'il me force à le surnommer "patron" et de ses crises multiples. Il lui manquait clairement un grain. Je suis donc parti, emportant ce que je pouvais, et j'ai élu domicile au ghetto où je me suis amusé à faire mon petit trafique. Un truc sans importance, à une échelle réduire. Mais... J'avais besoin d'info. N'importe quoi. Les "clients" étaient rares, mais ils avaient des choses bonnes à donner. L'un d'entre eux d'ailleurs m'a fait comprendre qu'il existait peut-être une résistance. Qu'il pourrait me donner rendez-vous avec un membre de ce groupe, si je lui filais ce qu'il voulait. J'ai sauté sur l'occasion, m'imaginant pouvoir être enfin débarrassé de mes problèmes ! J'avais encore des pulsions suivant les hybrides, les insectes tout particulièrement, et certaines souris. J'estimais qu'il y en avait trop. J'ai donc eu cet entretien... Et il m'a fait clairement comprendre que je ne pourrais jamais rejoindre leur troupe, que je faisais du mal autour de moi, que j'étais un être mauvais, vil. Qu'ils ne pourraient pas me faire confiance. Mais est-ce ma faute si je ne peux m'empêcher de frapper les humains ? De revoir dans leurs yeux l'être idiot et naïf que j'étais plus jeune ? Il n'a pas voulu comprendre et s'est barré.

Depuis, j'attends tranquille d'avoir un indice, une info, pour pouvoir me "venger". J'attends patiemment mon heure... Mais contre qui je me bats ? Aucune idée.


 
Dis m'en plus sur toi...
Un petit DC comme on les aime !
Lucien Smith

Fiche Perso
Sexualité :: Bisexuelle
Âge: 35
En bref !:
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
♔ Mâle Sadique & Pervers ♔
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 77
Date d'inscription : 03/01/2018
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lucien Smith - Terminé Lucien Smith - Terminé EmptyMer 3 Jan 2018 - 19:07
Bienvenue ^^
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lucien Smith - Terminé Lucien Smith - Terminé EmptyMer 3 Jan 2018 - 21:58
Hello ! Re-bienvenue à toi puisque tu sembles être un DC :3
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lucien Smith - Terminé Lucien Smith - Terminé EmptyJeu 4 Jan 2018 - 13:02

VALIDATION

Validé par Iravan

Congrat' pour ta validation !
Maintenant passe ta souris ici
et admire le reste :3

Mouhahaha, que dis-je petite souris verte, que le chat ne te mange pas 8D Tu connais la suite, allez zouuuuuuuu :

Et maintenant voici la petite liste des choses à faire et à voir avant de te lancer :

Le Règlement - A lire et signer, si ce n'est pas déjà fait :3

Les Recensements - Hop, tout les recensements sont dans cet unique sujet ! Merci de le remplir obligatoirement !

Le Journal - Va zieuter ce qu'il s'y passe, cela peut avoir un impact en rp et donc pour ton personnage, le journal n'est pas à négliger !

Les Adoptions - Tu cherches un maitre ou un pet ? C'est par ici !

Les Rp's - Si tu n'as personne avec qui commencer un rp, poste une demande ! N'oublie pas que si quelqu'un t'intéresse, tu peux aussi le MP directement ou passer via le discord pour faire ta demande :3

Les Relations - Si tu veux lister ce qui attendra ton personnage avec les autres, créer ton petit sujet !

Le Flood - Depuis que Discord est présent, il est un peu négligé, mais il y aura toujours quelqu'un pour venir le dépoussiérer, surtout côté Game, alors n'hésite pas !

• DISCORD - Si tu as discord et que tu veux nous rejoindre, c'est par ici : https://discord.gg/f8CN2yh Il se peut que le lien expire (il n'est pas censé le faire mais sait-on jamais). Si tu rencontre un souci, n'hésite pas à nous MP !


Bon jeu parmi nous !

Le reporter

Fiche Perso
Sexualité :: Bisexuelle
Âge: 28 ans
En bref !:
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 160
Date d'inscription : 31/05/2017
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lucien Smith - Terminé Lucien Smith - Terminé Empty
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Lucien Smith - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Ryan Smith, le séducteur (Devrait être pas pire)
» Benjamin Smith • Humain [ LIBRE ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: La ville du renouveau : Avant Propos :: Présentation :: Hybride Nasty-
Sauter vers: