Domination Hybride
Ceci est un Forum rpg donc d'écriture entre des joueurs mâtures - INTERDIT AU MOINS DE 18 ANS !!! Le sujet du forum est le "combat" ou "guerre" entre les hybrides et les humains (certains caractères d'écritures pouvant être choquant). Le Staff ne sera aucunement responsable de vos choix et actes si vous vous inscrivez. Les personnes immatures, boulets, les curieux ou les mineurs, veuillez passer votre chemin. Pour les autres, nous vous souhaitons une bonne visite.


Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce

Et une livraison. Une. [Pv Hestia]

 :: ♥ Les vieux faubourg ♥ :: Supérette "Aux ailes de l'espoir" Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♔ Resistance Hybride ♔
Messages : 201
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 28

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 26
En bref !:
Une mission que je déteste déjà
avec Hestia


Ce foutu jour de juin te semble pourri! En fait il ne fait pas que sembler mais il l'est. Entre ton réveil aux aurores pour commencer ton service dans cette ville que tu as rejoins depuis quelques semaines seulement dans un but bien précis. Heureusement tu as des contacts de longues dates et bien sur tu as signer avec cette personne. Du coup tu te retrouver à pas d'heure dehors. Le seul truc que tu souhaite? Rejoindre ton lit et ta couette tellement douce. Tu secoue la tête, ne pense pas à ça Théa tu vas encore te foutre le moral encore plus bas.

Sérieusement, ta journée n'a pas été si compliqué que ça si? Tu es rester presque toute la journée au commissariat, à lorgner sur ton cousin sans avoir le courage de lui dire qui tu es. Sans compter sur l'humaine qui te massacre du regard à chaque fois que tu t'approche du bureau du chef. Tu sais pas c'est quoi son soucis mais un jour il faudra percer l'abcès. Tu as fait quelques dessins sur les feuilles qui sont en réalité les rapports que tu devais remplir mais qu'importe, de toute manière tu te fous de tout. Ensuite pour casser cet ennui tu es allée manger dans le parc, avoue le, avec l'espoir que tu tomberais sur un petit délinquant à coffrer... Le bureau ce n'est pas pour toi... Toi il te faut de l'espace, du mouvement, le fait de sentir ton corps vibrer sous l'adrénaline, que ton sang tape dans tes tempes à un rythme effréné.

Malheureusement pour toi, rien de tout ça n'a eu lieu. Tu es donc retourner en grommelant au bureau, à faire semblant de bosser. Alors que tu sais ce qui couve en secret, non, ici tout semble aussi doux que le monde des bisounounours. Tu pris les appels de tes collègues tellement tu n'avais rien a faire. Tu as aussi transformer ta corbeille de papier en panier de basket. Voilà et ceux jusqu'à 18h30. C'est quand tu passa la porte du commissariat qu'un gamin te rentra dedans. A la limite de l'insulter, tu senti quelque chose dans ta main. Un papier plié en deux avec un pictogramme dessus.

Un sourire léger étira tes fines lèvres. Enfin. Flacon t'avais contacter pour une mission. Tu remercia le môme en ton for intérieur. Marchant tranquillement dans la rue en direction de ton appartement situé en plein centre ville, tu déplia avec ferveur ce fichu morceau de papier avant de te stopper net en lisant les inscriptions.


" Je sais que tu vas râler mais en ce moment, y a trop de choses à gérer. Tu dois faire la livraison pour le ghetto.
Rends toi à la supérette "Aux ailes de l'espoir" à 22h, heure de la fermeture pour prendre en charge la livraison. Demande Hestia.
"




Les passants devaient se demander ce qui t'arriver vu la couleur carmin que ton visage avait pris comme parure. Ainsi que l'e mouvement nerveux de ta queue de canidé. Flacon se foutait royalement de toi ou quoi? C'est ce que tu te demandais. Tu comprenais mais merde, tu es pas une livreuse mais une assassin!  Après c'est une sorte de confiance qu'a Flacon en toi pour ce genre de transaction.
Le secteur du ravitaillement avait dû lui demander. C'est vrai que depuis peu certaines transactions se passaient pas si bien que ça. Bref, ce n'était pas forcement la mission qui allait te procurer le plus de sensation mais tu feras avec.

Théa marcha jusqu'à son bâtiment, ouvrit la porte avec son code et grimpa au quatrième et dernier étage de l'immeuble. Tu songea à Hestia, la propriétaire de la supérette et aussi la patronne. Tu la connais vaguement. Vu quelques fois mais jamais parler. Elle est une hybride chauve-souris, elle pouvait faire peur vu sa nature, mais tu n'y a jamais vraiment fait attention. C'est juste quelqu'un pour toi et rien de plus. Tu soupire, tu rage toujours. Il te reste trois heures avant d'effectuer cette fichue mission. Après t'être avachie sur ton canapé, tu te traîne jusqu'à la cuisine où tu descends un paquet de céréales. Tu regarde pas la fenêtre et tu percute enfin que tu es toujours avec son blouson et tes poignards jumeaux à la taille. Sincèrement reconnecte toi avec ta propre vie. Même chez toi tu ne te sens pas en sécurité.

Tu vas vérifier deux fois la serrure de ta porte, puis tu daigne enfin te décharger de ta veste et de tes armes. Tu longe le mur du salon passant devant deux portes closes puis tu entre dans ta chambre, tu laisses tomber des vêtements au sol, et file te couler un jet d'eau chaude sur l'échine. La tête contre le carrelage murale de la douche tu soupire. Tu tente de te vider l'esprit mais comme toujours les seules images qui viennent te hanter sont celles de la mort de ton père et le suicide de ta mère. Un jour tu arriveras à tourner la page, il faut juste y croire. Tu pris ta douche avec lenteur, tu avais le temps, tu pris même le temps de te faire un soin capillaire en prenant soin de ne pas frotter tes oreilles pointues. Pas que tu sois ultra féminine, loin de là même mais parfois prendre soin de toi, te faisait du bien.

Tu sortis de la douche, laissant derrière toi des traces de pas humides sur le sol, t'enroulant dans une grande serviette douce. Tu jetas un coup d'oeil sur ton radio-réveil, celui ci indiquait 21h. Malgré le peu de choses que tu avais effectuer, tu avais réussi a faire passer le temps rapidement. La supérette n'est quà dix minutes à pieds de ton logement. Tu fouille dans ton armoire et prend un jean, un haut et des sous-vêtements, le tout noir. La seule chose qu'on puisse maintenant remarquer de toi sont, tes cheveux et tes attributs de loup qui tranche avec cette couleur. Tu chausses tes dock's et tu remet tes poignards dans le holster qui encercle ta taille. Tu renifle doucement, ta voisine viens de rentrer, son odeur est reconnaissable. Ton flair est ton meilleur allié.

Tu prend ton blouson de cuir, tu laisse ton insigne sur le meuble de l'entrée. Tu troque ton personnage de policière pour ce que tu es vraiment, Théa, éprise de liberté.
Tu claque la porte dans ton dos et ferme à clef. Ces mêmes clefs que tu planque dans un des pots de fleurs qui sont dans le hall. Tu ne garde rien sur toi qui pourrait trahir ton identité si tu venais a louper une mission. D'un pas décider tu fais le chemin, jusqu'à la supérette. Tu évites les gens, tu reste dans l'ombre, silencieuse, discrète. Flacon ne te surnomme pas Fantôme pour rien. Tu es comme une ombre mais d'une pâleur assez indescriptible. Voilà d'où viens ton surnom. Et tu donne que très rarement ton prénom aux gens de la résistance car tu ne sais pas à qui tu peux faire confiance.

Il te reste 10 min. Tu en profite pour observer autour de toi. Une mère rentre avec son enfant, celui-ci râle car ce soir c'est pas pizza au dîner. Tu souris amusée. Tu remarque un grand gaillard quelques mètres plus loin dans le coin sombre du bâtiment. Tu as pas idée de qui ça peut-être. Tant pis tu dois y aller juste avant que ça ferme. Tu traverse la route et tu pose la main sur la poignée qui quand elle tourne couine affreusement. Tu entre. Il fait chaud dans ce local. Les rayons sont disposés de manière méthodique et tout est parfaitement ranger. Les couleurs des paquets de produits, te font de l'oeil. Tu es partie sans rien manger.

Tu t'avances discrètement et te présente dans le dos d'une personne. Celle-ci à de grandes ailes.

▬ Hestia?



Emi Burton
Jeu 9 Juin 2016 - 16:35
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♔ Femelle gentille et attentionnée ♔
Messages : 200
Date d'inscription : 04/11/2013
Age : 36

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 26 ans
En bref !:
« Livraison à hauts risques »
Croire en un monde meilleur

La chauve souris stressait, comme toujours les soirs de livraisons, comme toujours quand elle ne pouvait pas gérer ses deux vies à la fois, comme toujours quand une bavure avait lieu et la forçait à se rendre en personne au lieu de rendez vous. Elle avait envoyé les deux humains dans deux endroits différents, donné congé plus tôt à ses employés parce que la journée avait été dure pour eux. Les incessantes altercations entre les deux humains commençaient à monter aux nerfs de tout le monde. Et la chauve souris n'était pas épargnée, même si elle ne pouvait pas comprendre l'animosité réciproques que les deux hommes semblaient avoir l'un pour l'autre. Elle soupira dans l'arrière boutique, déjà en tenue, son masque reposant sur une pile derrière alors qu'elle chargeait le camion patiemment, camouflant les denrées pour la résistance et attendant l'escorte qu'on lui avait promise.

Elle avait soupiré de soulagement en sachant qu'elle ne serait pas seule cette fois, elle était revenue très amochée lors de sa dernière sortie et ses ailes étaient justes remises. Cependant le fait qu'on dévoile son double emploi l'avait quelque peu terrifiée sur le coup. Pour le moment rien de grave, on ne connaissait pas vraiment ce qu'elle faisait des "surplus" qui n'en étaient pas vraiment, mais ce serait dramatique si on en venait à la soupçonner. Heureusement qu'As de Pique lui avait assuré que son nom n'avait été mentionné que parce que la recrue était nouvelle, et qu'elle venait d'une autre ville. Elle n'était pour autant pas vraiment à l'aise, les risques pris étaient toujours élevés, et bien qu'elle ne remette à personne ce genre de mission de gaieté de coeur, pour cette fois, elle aurait bien aimé avoir une autre option. Elle finit d'arrimer le chargement, vérifiant une dernière fois les sangles, un peu inquiète de la fragilité des flacons dans lesquels les remèdes et lotion de Keith avaient été stockés. Elle entendit les pas bien avant de sentir l'odeur de la personne approchant et était prête masque sur le visage et ailes repliées quand elle fut en vue. Elle hocha la tête et monta dans le véhicule après avoir rabattu la porte en fer forgé et donné un coup de clé dedans, faisant signe à la personne de la suivre et de monter.

« Pas si fort s'il vous plait. En effet c'est moi, ne tardons pas, le timing est serré une fois de plus et je ne voudrais pas raté le coche quand la diversion sera faite de l'autre côté de la ville. »


Elle lança le moteur qui ronronna calmement sous ses doigts, tiquant un peu sur le format anglais qu'on lui avait fourni cette fois-ci et espéra que la passagère ne se sentirait pas mal d'être à la place du volant logiquement mais sans l'avoir. Elle grinça des dents en faisant comme toujours une pensée à sa bonne étoile et embraya la première. Le ronronnement s'amplifia et lentement l'engin consentit à avancer au ralentit à l'impression de la chauve souris qui se dandinait sur le siège pour trouver une position suffisamment acceptable pour ses ailes sans avoir de courbatures ni de douleurs. Apprend quelques temps elle demanda à la jeune femme histoire de passer un peu le stress et l'absence d'auto radio du véhicule.

« Vous êtes arrivée depuis peu en ville c'est cela ? Est ce que votre acclimatation se passe bien ? Vous avez quittez votre famille pour venir ici ? »


Rien de très exceptionnel en question, juste de quoi libérer son propre esprit de ces soucis tout en se concentrant sur la route. Elle s'arrêta sagement au feu rouge et sentit ses doigts pianotez sur le volant ayant peur de perdre le mince timing qui était le leur. Un groupe avait été envoyé pour faire diversion et détourner les patrouilles du ghettos pour lui permettre d'amener le camion à bon port. Restait juste à se présenter dans le secteur au moment où les unités policières seraient envoyées de l'autre côté de la ville..

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Lun 13 Juin 2016 - 21:12
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♔ Resistance Hybride ♔
Messages : 201
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 28

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 26
En bref !:
Une mission que je déteste déjà
avec Hestia


Tu la regarde finir son ouvrage sans même prendre la peine de l'aider. Tu es de mauvaise humeur, sincèrement pourquoi Flacon a penser à toi pour ce genre de connerie. Merde à la fin, toi tu es là pour tuer pas jouer les livreuses la nuit tomber. C'est pas pour rien que tu t'es démerder à te faire recruter sous les ordres de la grande faucheuse du ghetto et que tu bosse comme flic! Toi il te faut de l'action, du sang et de la douleur, pas une balade nocturne dans un camion branlant datant de tu ne sais quelle époque! Rage intérieurement mais vraiment, tu as limite envie de te casser d'ici et de la laisser faire le boulot qui lui incombe en temps normal. Mais tu sais que si Flacon l'apprend, tu peux être sûre de te taper des missions à deux balles jusqu'à ce qu'elle lève cette punition. Et tu ne connais pas réellement Flacon et ça te fait peur car tu ne sais pas si cela durerais longtemps...

Tu remarque son geste et tu te traîne jusqu'au tas de tôle roulant, tes pieds ne quittant pas l’asphalte montrant vraiment ton mécontentement. Tu l'écoute vaguement, mais toi tu veux qu'il y ai de l'accrochage! Puis tu soupires, elle n'est pas comme toi, tu dois en prendre conscience. Ta mission principale avant de te délier les muscles dans des confrontations est de protéger, Hybrides et Humains pour avoir la cohabitation dont tu rêve. Instinctivement tu es monter du côté conducteur, mais quelle ne fût pas ta surprise de ne pas y trouver de volant et encore plus quand tu entends le moteur émettre un léger ronronnement. Zut alors! En prime d'avoir une mission à chier, tu es seulement passagère, c'est quoi ce bordel?! Ce foutu bahut est même pas français, le comble! Tu te retiens de frapper du poing sur le plastique et tu te mords l'intérieur de la joue. Si il y a ne serais ce qu'un seul accrochage, tu te promet de passer tes nerfs sur l'abruti qui vous fera parage!

Le véhicule si on puis dire, commença son avancée lentement, avec la chance que tu as cette foutue bétaillère va tomber en panne. Mais non, elle défie tes pronostics et continu son acheminement. Tu ne sais même pas ce qu'à réellement prévu la résistance, parce que sincèrement amener un camion en pleine nuit d'un point A à un point B, ça n'a rien de compliqué. Mais si tu es là c'est que en temps normal ça ne doit pas forcément bien se passer. Il devait y avoir une diversion pour faire cavaler tes collègues ailleurs. Tu soupires, quelle idée de faire partie de la résistance et de bosser chez les flics en même temps. Bon au cas où si la diversion ne fonctionne pas, tu pourras toujours trouver du baratin a raconter à tes collègues, comme par exemple tu aides la gentille commerçante à livrer des denrées dans l'orphelinat de la ville d'à côté et que comme tu sais qu'il y a une résistance, bah tu fais figure d'ordre. Quelle excuse de merde mais qui peut se montrer valable si tu y met du tiens. D'ailleurs c'est peut-être pour cette raison que Flacon t'a envoyer.

Tu te tourne légèrement, tu remarque le masque sur le visage de ta comparse, sincèrement comment tu ne peux pas sembler suspect avec ça sur le nez? Tu as le tiens dans la poche arrière de ton jean, mais tu sais pertinemment qu'il ne te servira à rien... Pas que tu te crois supérieure, quoi que? Non juste que jusqu'à preuve du contraire, lors du dernier recensement il n'y avait que deux hybrides loups, un mâle et toi. Alors bon. Bien sur si tu te fais repérer tu pourras simuler être affilée aux gènes de chiens... Trêves de plaisanterie. Tu continues de la dévisageais, tu la remarque qui se dandine un peu. Faut dire que ça doit pas être simple de se mettre correctement avec ces deux grandes ailes. Quoi que ce qui attire tes yeux sont plutôt les petites sur son crâne. Elle non plus elle ne pourras pas vraiment se camoufler. Dans quelle merde tu t'es foutu? Soudain tu percute qu'elle te parle.

Elle est sérieuse? Elle veut vraiment faire la conversation? Nan mais nan, pourquoi ça tombe sur toi ce genre de personne? Toi tu aimes le silence, le son de ta voix ne franchis que très rarement la barrière de tes lèvres... Oh et puis merde. Après tout, tu ne vas certainement plus la revoir alors autant parler un peu mais sans trop de détails tout de même, ta préservation avant tout:

▬ Je vais répondre question par question malgré que je ne sois pas une grande bavarde. Premièrement, oui, depuis quelques semaines. Secondo, pas trop mal, je me fait vraiment chier mais j'ai découvert la salle de sport depuis peu et j'ai un peu de boulot pour différents employeurs si tu vois ce que je veux dire?

Même pas tu prends la peine de la vouvoyer... Nan toi tu montres directement ton caractère de merde. Tu la respecte mais ça va pas plus loin. Pour toi le vouvoiement s'utilise que dans des cas bien spécifique, c'est pas forcément une preuve de respect. Et puis vous êtes toutes les deux dans le même bateau alors autant continuer dans la proximité.
Sa dernière question te laisse un peu pensive, elle remue pas mal de choses en toi. Heureusement que tu as des nerfs d'acier sinon tu aurais soit verser une petite larme, soit éclater ton poing sur la vitre, chose a ne pas faire quand on veut rester invisible.
Tu prends une grande inspiration:

▬ Mes parents sont morts. Mon jumeau est certainement un esclave et j'ai un cousin.

Puis tu te terre dans ta bulle. Tu trouve que tu en a déjà trop dit. Tu ne la connais pas plus que ça, après elle a pas l'air méchante mais tu te méfie de tout ce qui a un coeur et un cerveau de toute manière.
Tu regarde par la fenêtre, quelques gouttes de pluie mais rien d'alarmant. Les rues se ressemblent dans le noir, tu sais ta destination, c'est le principal. A voir si tout aller bien se passer. Tu ouvres un peu la fenêtre, à moitié en faite. Avec de la chance ça sera juste une promenade nocturne. Soudain, tu sens quelque chose:

Hestia? Le plan de ce soir c'est quoi? J'ai une mauvaise impression...

Instinctivement tu met ton masque au cas où, et tu sors une de tes lames. Tu regarde dans le rétroviseur, mais tu ne vois que du noir, la lune n'est pas assez pleine pour éclairer correctement les environs. Tout compte fait tu vas peut-être l'avoir ta mission mouvementée. Malgré ça tu en ai pas si réjouie que ça, Hestia te semble un peu trop fragile, comme si elle avait déjà subie un accrochage lors de ses anciennes livraisons...


Emi Burton
Mar 14 Juin 2016 - 15:54
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♔ Femelle gentille et attentionnée ♔
Messages : 200
Date d'inscription : 04/11/2013
Age : 36

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 26 ans
En bref !:
« Livraison à hauts risques »
Croire en un monde meilleur

Ne pas paniquer, c'était la clé, on lui avait répété milles et une fois mais c'était plus fort que la chauve souris. En général, même les livraisons basiques subissaient un contrôle. Si elle gardait ce masque c'était pour préserver le peu qui lui restait et qu'elle devait conserver. Surtout qu'elle n'avait que des choses à perdre au jour d'aujourd'hui. Que deviendrait il si elle était prise ? A ceux de la résistance ? A Keith qui avait déjà du mal avec son autre colocataire. Christopher... Est ce qu'il croirait qu'elle l'avait abandonné ? Est ce qu'il serait heureux ? malheureux ? Elle se déconcentrait de la route et sursauta quand le camion derrière klaxonna. Elle embraya rapidement avant de filer vers le ghettos. Son esprit était tellement embrouillé de questions inutiles qu'elle ne prêtait que peu d'attention aux réponse de l'aide de camp fournit par ses alliés. Elle acquiesçait de la tête, sans savoir si c'était ce que l'autre attendait, sentant bien sa réserve, elle ne fit qu'une seule remarque quand elle eut finit.

« Je suis désolée pour votre famille, c'est arrivé durant la guerre ? »


Bon elle n'avait pas tout suivit mais le fait de parler diminuait son stress, ses yeux ne quittant pas le bitume avant de freiner violemment. Elle espérait que l'autre avait bien bouclé sa ceinture parce qu'elle n'y était pas allée de main morte. Elle regarda le chat traverser tranquillement comme si c'était normal qu'il soit au milieu de la route avant de disparaitre dans l'ombre. Le coeur battant à toute allure elle relança le moteur qui avait calé sous le traitement, se crispant alors que le ronronnent de l'engin se faisait enfin entendre de nouveau. Elle inspira un grand coup et repassa la vitesse avant de répondre le plus calmement qu'il lui était possible.

« Le plan ? Il n'y en a jamais pour nous dans le ravitaillement. On donne juste une date et une heure et on prit pour que les diversions fonctionnent.. Pourquoi ? Vous avez des plans vous ? »


Elle ne comprenait pas pourquoi le stress de sa coéquipière la gagnait lentement, elles étaient en retard sur le planning, mais pousser l'engin serait risquer qu'il leur claque entre les doigts et elle ne voulait pas cela. Elle voulait rentrer chez elle, elle n'était pas une guerrière, la dernière fois elle était rentrée en miettes presque... Non pas encore une embuscade, son petit coeur aurait trop de mal à le supporter, alors qu'elle... non c'était de toute façon des choses qu'elle ne dirait jamais. Elle serra plus fort le volant, scrutant la nuit avec encore plus d'intensité avant de brusquement coupé la lumière des phares, se fiant à ses sens surpuissant plutôt qu'à la semi obscurité dévoilé par l’électricité. C'était anormal, ils auraient déjà du faire passer le signal sur la fréquence radio... Et là il n'y avait rien... Si elle croisait une patrouille ce serait... Une course poursuite encore...

 
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Mer 6 Juil 2016 - 23:36
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♔ Resistance Hybride ♔
Messages : 201
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 28

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 26
En bref !:
Une mission que je déteste déjà
avec Hestia


Tu gardes ta lame en main, sentant une boule d'anxiété grossir dans le creux de ton estomac. Ton instinct t'a rarement fait défaut, sans le faire exprès tu croises l'index et le majeur de ta main libre comme un signe de chance. Tes oreilles de lupin pivotèrent vers la droite, soit vers la chauve-souris et le fait qu'elle venait limite de défoncer le levier de vitesse. Ce tacot n'est vraiment pas fiable, mais ça c'est que ton avis. La créature nocturne tourna en direction du ghetto mais avant ça, un klaxon avait résonner dans la rue. Pour toi c'est mauvais signe. Tu vérifies que ton masque est bien mis sur ton visage fin, tu sais qu'il y a pas trois milles hybrides avec des attributs lupins mais avec de la chance tu pouvais passer une une chienne... Tu manques d'avoir un haut le cœur, tu as rien contre les hybrides de type canin mais c'est pas toi quoi.

Tu commence à apprécier ce silence qui s'est mis en place entre toi et la chiroptère malheureusement, sa voix retentis a nouveau dans l'habitacle, tu as limite envie de lui dire de se taire mais tu n'aimes pas vraiment utiliser ta salive pour rien. Après tout tu n'as rien contre elle et vous êtes dans le même camps. Tu devrais te relâcher un peu, mais tu ne peux pas car cette sensation de malaise ne te quitte pas. Ses questions te mettent mal à l'aise encore plus que tu ne l'ai actuellement. Qu'est ce que ça eut faire que tes parents soient morts et ton frère disparut à cause de cette putain de guerre. Tu as jamais rien demander à qui que ce soit et on t'a tout pris. La colère prend place au creux de tes reins prenant la place de l'anxiété, celle-ci faisant son chemin jusqu'à ton système cérébral. Soudain tu es à la limite de la rage.

Tu es perdue dans le méandre de tes souvenirs malgré la situation dans laquelle tu te trouve mais tu retombes rapidement de ton nuage sombre, ton genou heurtant le plastique du tableau de bord du véhicule, tu étouffes un juron. Heureusement tu as mis ta ceinture de sécurité. Tu fixes une forme qui se mouve sur la route: un chat! Satané bestiole! Tu passes ta main sur ton front, celui-ci est moite, c'est pas un signe positif... Tu entends le moteur reprendre son souffle puis un rythme convenable, pendant que la carcasse métallique se met en marche. Mais ce qui manque de te faire étouffer sur place c'est sa tirade. Tu oses espérer que c'est un blague qu'elle te fait et une de mauvais goût.

Pas de plan dans le ravitaillement? Nan mais sérieusement dans quel monde on vit? Celui des bisounours? Pour toi c'est logique quand quand tu as une mission tu prépares ton coup à l'avance... Genre dans tes assassinats, y a la place à l'imprévu? Non, bah ici ça devrait être pareil. Merde, elle livre des vivres pour la résistance et normal elle se balade dans les rues avec la cargaison et sans escorte à part toi... Tu en toucheras deux mots a Flacon si vous arrivez sans embûche dans ce foutu ghetto!

▬ " Bien sur, ça coule de source! Tu te balade avec ce qui sert à faire tenir physiquement la résistance et même pas vous prenez la peine de faire un plan et d'escorter correctement le convoi ou même mettre des guetteurs le long du trajet? Mais vous vivez dans quel monde les gars du ravitaillement?"

T
u te mords l'intérieur de la joue, tu y es peut-être aller fort. Hestia n'y ai pour rien, mais tu te sens responsable de cette mission et ça te ferais vraiment chier si elle n'est pas mener à bien ou si il arrive quelque chose a ta partenaire. Tu ouvres lentement la vitre et tu penches la tête en dehors et regarde à l'arrière. Ton mauvais pressentiment se fait plus présent. Une embuscade? Hum tu n'en ai pas sûre, tu sais a peu près ou se trouve toutes les patrouilles ce soir, tu as pris soin de faire le planning toi même dans le dos de ton cousin. Mais y a un truc louche, tu entends un bruit sourd. Soudain ton cerveau vrille. Le camion tout a l'heure... Il n'est plus là, il a pu changer de direction mais tu n'en ai pas convaincu, ton oreille droite fait un quart de tour, tu entends encore des bruits sourds. Merde tu percutes, quelqu'un est sur la remorque.

Tu fixes Hestia, tu veux pas l'alarmer mais tu vas pas avoir le choix, tu te détache rapidement. A part les flics tu as du mal à voir qui pourrait faire capoter ce ravitaillement mais ça c'est pas une technique de flic:

▬ " J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise c'est qu'il y a quelqu'un sur le camion et je pense qu'il est pas là pour nous soutenir. La bonne c'est que je vais aller lui casser la tronche"

Tu croises rapidement son regard et tu souris sous ton masque. Tu te faufile par la fenêtre, tu ne pensais pas que la vitesse est aussi élevée, le vent fouette ton visage. Tu te dis que tu as de la chance d'être une louve, ta vision est meilleure la nuit. Tu te tiens à l'énorme rétroviseur et grimpe en t'aidant de celui-ci. Tu ne vois plus la chauve-souris et tu continue ton ascension jusqu'à la remorque, apercevant enfin l'intrus.


Emi Burton
Dim 31 Juil 2016 - 1:05
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♔ Femelle gentille et attentionnée ♔
Messages : 200
Date d'inscription : 04/11/2013
Age : 36

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 26 ans
En bref !:
« Livraison à hauts risques »
Croire en un monde meilleur

La chauve souris ne comprit pas l'énervement de sa passagère, elle se retint de dire qu'en général il n'y avait même pas de soutient des autres secteurs. Elle était seule en général, mais les dernières livraisons ne s'étaient pas bien passées. Faute au nombre croissant d'humain qui refusait l'accueil de la résistance et montaient leur propre camp de leur côté, ils en venaient à attaquer ses camions pour se ravitailler justement. Contrairement aux autres parties de la résistance, le ravitaillement ne séduisait personne et ils se trouvaient généralement en sous nombre, entre ceux qui faisaient les livraisons, les autres qui s'assuraient que les itinéraires étaient suffisamment sûrs. C'était un vrai calcul arithmétique de parvenir à ce que chacun s'en sorte sans heurts. Elle garda pour elle ses réflexions, As de Pique faisait tout ce qu'il pouvait, et il le faisait bien. Ce n'était pas non plus la faute de ces pauvres ères qui ne pouvaient pas leur faire confiance.

Elle fixait avec intensité la route devant elle, ses sens en émois comme si quelque chose se passait, confirmé rapidement par les paroles de la coéquipière du soir. Elle n'eut pas le temps de la retenir que la louve était déjà sur le toit à traquer le passager clandestin. Mais qu'est ce qu'elle pouvait faire à cet instant ? Elle avait déjà proposé son aide avec la résistance à ces groupes d'affamés, mais ils n'avaient rien voulut entendre. Elle se crispa espérant que la louve ne ferait pas de mal à celui qui venait chercher de quoi manger peut être même pour sa famille. Elle voulut sortir la tête et prévenir la louve mais elle pressentit une catastrophe, alors qu'elle prenait le virage un amoncellement divers de morceaux de maison et de métal barrait la route. Elle pila en hurlant avant, émettant sans doute des ultrasons qui avaient peut être réussit à prévenir la louve avant d'enclencher la marche arrière. Elle sentit le vent frôler sa joue alors que la portière s'ouvrait et qu'un couteau lui passait à deux millimètres des mains.

Elle enclencha la vitesse et le camion repartit dans l'autre sens alors que d'autres assaillants étaient parvenus à grimper sur l'estafette. La peur et l'adrénaline montaient dans ses veines alors qu'elle pilait de nouveau pour repartir dans une autre ruelle, cherchant à frôler les murs de son côté pour empêcher toute intrusion et faciliter au maximum le travail de sa coéquipière. C'était encore pire que la dernière fois, ils semblaient aux abois, sans doute des traqueurs qui les avaient chassés de nouveau. Elle luttait contre le sentiment de désespoir et celui d'aider ces personnes, sachant qu'elle n'avait pas le choix de toute façon. Ils avaient eux autant besoin de ces vivres que ces miséreux. Elle prit un autre virage et saisit trop tard l'éclat d'une lame qui lui était envoyée dessus. Ses ailes par réflexe firent bouclier mais elle lâcha un cri quand la membrane se trouva déchirée. Elle ejecta l'intrus par le pare brise qui céda d'un mouvement d'aile et tenta de garder le contrôle du véhicule qui n'appréciait sans doute pas le traitement.

« »




 
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Mar 16 Aoû 2016 - 2:08
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
♔ Resistance Hybride ♔
Messages : 201
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 28

Fiche Perso
Sexualité :: Hétérosexuel
Âge: 26
En bref !:
Une mission que je déteste déjà
avec Hestia


Te voilà donc perché sur une cabine de camion lancé à une vitesse tout de même considérable et comme projet de démonter la tronche de celui qui normal se balade sur la remorque du camion de la chauve-souris. Si tu avais su ce qui allait se passer, peut-être que tu n’aurais pas tant pesté contre Falcon et son idée de soutien. Cette soirée s’annonce des plus délicieuses en action. Pas sûre que ton acolyte apprécie le délire de cette nuit mais alors toi, tu es à la limite de l’euphorie. L’adrénaline et toi, toute une histoire d’amour, il faut l’avouer. Alors que tu es courbée en avant pour lutter contre l’effet du vent, tu sors tes deux poignards, les avoir dans tes mains te rassurent un peu sur la suite des évènements. Tu n’es pas une tueuse pour rien. D’ailleurs tu espères qu’Hestia ne sais pas grand-chose sur toi, ça limiterais les préjugés.

Te voilà donc avançant comme tu peux vers ton assaillant, les pieds en position maximum pour avoir un bon ancrage sur le support de la remorque. Alors que tes cheveux volent dans tous les sens parfois masquant ta vue, tu les as pourtant attachés… Mais quand tu vois qui te fait face tu déglutis lentement, c’est un humain. Mais merde, qu’est-ce qu’il fout la ? Pourquoi il tenterait lui et ses potes à piller une cargaison qui est censé les aider à survivre… A moins que ce soit un groupe dissident ! Tu n’aimes plus vraiment la situation, tu as décidé de les protéger pas les tuer sauf si ils servent trop la cause hybride… Mais tu ne peux pas permettre que ce chargement qui est sous ta surveillance disparaissent, tu n’en a pas le droit et tu ne te le pardonnerais pas.

En quelques secondes tu t’es donc décidé à faire la peau à cet humain, entendons par cela le fait de juste le virer du camion, peut-être le blessé légèrement si il s’entête à résister. Tu tues mais pas par plaisir alors si tu peux éviter de le faire tu le feras sans aucuns soucis. Dans un souci de préservation tu vérifies que ton masque est bien sur ton visage, il cache tout le bas de ton faciès et ta capuche ta chevelure couleur sable. Poignards en avant tu les fais tournoyer, autant pour l’attaque que la défense. Tu vas pour porter ton premier coup à au bras de l’homme quand soudain, tu roulas sur la bâche, plantant une lame dans le plastique pour te maintenir en place, tu jettes un rapide coup d’œil sur le côté pour voir pourquoi Hestia avait freiné avec cette intensité. Alors que le camion est immobilisé, tu es forcé de te boucher les oreilles avec tes paumes en lâchant un couinement. Un son te vrille les oreilles.

Ce hurlement fait encore vibrer tes tympans, te donnant un horrible mal de crâne, pourquoi Hestia aurait-elle fait ça ? Tu secoues la tête vigoureusement pour reprendre tes esprits, alors que l’humain abaisse son arme sur toi… Celle-ci consiste à une batte de baseball, tu roules sur le côté en restant agripper à ton poignard fiché dans la bâche, faisant un tour complet fauchant au passage les jambes de ton agresseur. En quelques secondes te voilà sur lui, poignards en mains à lui filer droite et crochet du gauche, lames rentrées, ne souhaitant que l’assommer et pas le tuer. Quand tu sens qu’il n’y a plus de résistance et qu’un filet de sang coule de son nez, tu en déduis que cet humain ne te mettra plus de bâtons dans les roues.

Mais te voilà à rouler à nouveau sur le toit du camion, tombant dans le vide, ne réussissant que par miracle à te rattraper au bord, ton corps pendant dans le vide, le souffle coupé en deux sous l’effet du choc et de la surprise. Et tu vois vient vite que la chauve-souris rase un peu trop les murs et que si tu te magnes pas un peu, tu seras bientôt sur la rubrique nécrologique de la ville. Alliant rapidité et agilité, te revoilà sur le toit, cramponnée à tes armes fichées dans le plastique, reprenant ton souffle comme tu peux, avant de remarquer du mouvement. Tu n’es pas seule et c’est loin d’être arrangeant pour tes affaires… Comme tu peux, tu te relevas et partie une nouvelle fois à l’affrontement. Un de tes adversaires disparut sous tes yeux, harper par l’inertie du mouvement crée par Hestia. Un en moins. Tu évitas de songer, à l’état de celui-ci quand il eut percuté le sol. Ce n’était pas une partie de plaisir pour toi de prendre des vies mais là c’était eux ou toi…

Te voilà à donner coups après coups, finissant par te faire blessée au bras, un fluide chaud coulant sur ta peau sous ton pull, d’un excès de rage, tu le frappas d’un coup de pied marteau, avant de lui casser la nuque… Tu restas là les mains sur son visage, les yeux hagards, tu ne savais pas te gérer et tu venais à nouveau de tuer. Plus rien ne bouger autour de toi, est-ce le dernier ? Mais un nouveau cri te ramena à la réalité, comment te verrais Hestia après que tu lui aurais raconté ce qui s’est passé là au-dessus ? Un bruit de verre. Tu relevas courant à demi penchée pour lutter contre le vent, alors que le camion allait dans tous les sens. Un bruit sourd et d’os brisés se fit entendre, tu manquas de vomir.

Tu sautas dans la cabine comme tu pus, avant de fixer Hestia, et remarqua un trou dans sa membrane. Ah bah vous voilà bien…

_« Laisse-moi le volant, et viens prendre ma place, tu me guideras jusqu’au point d’arrivé, en espérant qu’on soit tranquille maintenant. »

Tu te glissas plus près d’elle posant une main sur le volant en grimaçant sous ta douleur au bras.

 

Emi Burton
Mer 16 Aoû 2017 - 22:50
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Hestia (Solitaire)
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» Délais de livraison chez GW?
» Hestia, Ex-chevalier de bronze du Caméleon
» Hestia, gardienne du Foyer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: ♥ Les vieux faubourg ♥ :: Supérette "Aux ailes de l'espoir"-
Sauter vers: