Domination Hybride
Ceci est un Forum rpg donc d'écriture entre des joueurs mâtures - INTERDIT AU MOINS DE 18 ANS !!! Le sujet du forum est le "combat" ou "guerre" entre les hybrides et les humains (certains caractères d'écritures pouvant être choquant). Le Staff ne sera aucunement responsable de vos choix et actes si vous vous inscrivez. Les personnes immatures, boulets, les curieux ou les mineurs, veuillez passer votre chemin. Pour les autres, nous vous souhaitons une bonne visite.


Forum RPG + 18 ans Guerre d'espèce

Rencontre percutante /PV : Viken/

 :: ♥ Les vieux faubourg ♥ :: Supérette "Aux ailes de l'espoir" Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité





Poussez vous, laissez passer !! Mais f****, je t'ai rien d'mandé à toi !!!





Bah voila, encore une journée de merde en enfer, restait juste à comprendre comment je me retrouvais dans cette ruelle qui puait. Et bien pour résumer ma journée, mon maitre, pour une raison qui m'échappe à voulut me ramener au marché couvert. A peine qu'il m'avait rendu que j'ai profité que les clefs étaient à portée d'orteils pour me faire la malle. Perso, je m'en bat les couilles que j'ai pas d'être en cage, mais sans clope, quand j'en ai eu à volonté tout le temps ? Nan, ça allait pas le faire. Donc je me suis barré et j'ai flâné au hasard des rues, pour terminer dans ce coin poubelle. Pas que les odeurs me dérangent au moins personne viendra m'chercher ici ! Ou au pire ils 'ront dégoutés par les senteurs urbaines, donc tout bénef pour moi. Donc après m'être barrée je me suis posée dans ce canap' à moitié défoncé en le maudissant pour sa chance. Sérieux qu'est ce que j'aurais pas donné moi pour être dans le jus ? Fin bref j'ai attendu la nuit et je me suis faufilée parmi les ombres.

Heureusement que j'avais encore mon habilité de rue, je suis passée inaperçue dans la foule, subtilisant les paquets de clopes et les briquets, les stockant dans des endroits sûrs comme mon soutif. Bon ok ça le gonflait un peu du coup mais vu la planche à pain que je suis , honnêtement ça se remarquait pas. Donc me voila à fumer tranquille et à chercher un endroit pour crécher, parce que c'est pas tout ça mais va falloir pas mourir de froid. Niquel, j'ai trouver ce qu'il me fallait dans un faubourg moins passant du milieu nocturne, avec tout ce qui faut en carton et papier pour s'équiper et survivre au froid. Je me suis installée et j'ai pioncé jusqu'au matin ou presque, filant de l'endroit au passage des éboueurs, ou des traqueurs mais les deux sont assez semblables. Mon déguisement animal inutile de jour, je pouvait ressembler à n'importe quel pet qui va faire les courses pour son maitre. Restait à se ravitailler, et c'était pas dit que j'y parvienne. Enfin c'était jusqu'à ce que je tombe sur ce trésor de poubelle. Pleins de trucs encore bons, à peine dépassé à grailler, et même une porte ouverte vers une réserve. Bon bah self service, je pioche dans le premier carton avant de détaler, sauf que le soucis c'est que la proprio m'a vu et je crois qu'elle me réserve rien de bon.

Donc je dégage de la zone, limite en courant, juste au cas où, les poches pleines des portefeuilles de la veille, le carton à bout de bras, priant sur ma bonne étoile pour qu'il n'y ait pas de poursuite. J'ai même redoublé de vitesse quand j'ai entendu le cri du "AU voleur" retentir derrière moi. C'pas le moment de finasser, faut déguerpir et vite !

***********************************

Codage piqué au frangin © Christopher
 
Invité
Sam 22 Aoû 2015 - 23:23
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité


Depuis un moment, les nouvelles recrues affluent à une vitesse que je n'arrivais même pas à imaginer il y a quelques mois de ça. Niveau administratif, presque la totalité des postes qui étaient libres sont maintenant pris. Malgré ça, on reste toujours en sous-effectif au niveau des patrouilles. Mais c'est maintenant le cœur léger que j'y pars, sachant que les postes importants sont occupés par des personnes que j'ai choisis personnellement. Cependant, les patrouilles sont devenues plus un calvaire qu'autre chose. La raison ? Une nouvelle recrue qui croit savoir tout sur tout en plus d'être un grand bavard. Les premiers jours il était plutôt silencieux, surement trop stressé ou intimidé et, au fur et à mesure, il s'est mis à parler … beaucoup trop … Même en le cassant gentiment, le gars ne percutait même pas … Pourquoi ne pas changer me demanderiez-vous ? Tout simplement parce qu'il fait un très bon travail à côté de ça … Et changé d'équipier juste parce qu'il est bavard, ce n'est pas un motif valable, même pour moi qui suit chef de la police … Bref …

Au détour d'un croisement, alors que j'étais en mode veille à cause du copain, un cri me sortit de ma torpeur tout en le faisant taire. Les oreilles dressées, on essayait de trouver l'origine du bruit. C'est finalement au détour d'une autre rue qu'on a pu apercevoir une demoiselle en détresse. Descendant de la voiture rapidement, je lui demandais par où le voleur était parti, me désignant du doigt les petites ruelles. J'ordonnais donc à mon coéquipier de la poursuivre tandis que je passais par derrière en espérant le coincer. Après plusieurs minutes de course effrénée dans les recoins sombres du quartier, j'entendais mon partenaire qui criait auprès du voleur de s'arrêter tout en le poursuivant. Évaluant les différentes ruelles tout en spéculant sur leur position par rapport à la voix du bleu, je me positionnais dans l'angle d'une rue puis je patientais quelques instants. Tout en tendant l'oreille, j'entendais finalement des bruits de pas rapide. C'était du 50/50. Après quelques secondes de blanc, quelque chose, ou plutôt quelqu'un, me percuta de plein fouet, le repoussant en arrière tandis que je ne sourcillais même pas. En observant bien, le voleur était en faite une voleuse, ce que le carton du magasin ainsi que quelques portefeuilles au sol. La regardant froidement, je lui empoignais fermement le bras avant de la relever rapidement.

-Je sais pas si tu sais ma grande, mais le vol est interdit, que tu sois humaine ou hybride …

C'est alors que le collègue arrivait enfin, essoufflé après avoir couru aussi longtemps.

-Retourne voir la proprio avec son carton, dis-lui que tout est sous contrôle et prend sa déposition.

De retour sur l'humaine, je la dévisageais sans vergogne, tout en me rappelant qu'une humaine avait été signalé comme fugitive d'un pet-shop. Bien que je ne sois pas très fan de ces trucs, fallait que je fasse mon boulot … Tout en sortant les menottes, je lui demandais finalement.

-Qu'est-ce que tu as à dire pour ta défense ?




©Didi Farl pour Never-Utopia

Invité
Jeu 27 Aoû 2015 - 20:48
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité





Poussez vous, laissez passer !! Mais f****, je t'ai rien d'mandé à toi !!!





Y'a des journées comme ça, où on devrait rester au pieu, restait à avoir un pieu pour commencer. Ce qui n'était pas mon cas, et ma chance semblait avoir détallée avec le soleil. En plus qu'il y a rien de mangeable dedans fallait que je me fasse choper avec. Bon l'armoire à glace qui semblait pas tellement dans un bon jour donna les ordres, génial ... Me manquait un rendez vous avec les forces de l'ordre dernièrement .. C'est chose faite, je le fixe de mon regard doré et remarque que c'est drôle, on a le même. C'pas courant tout de même et c'est quelque part surprenant du coup je calcule pas ce qu'il me lance à la tête. Quelque chose pour ma défense ? J'ai faim, et je me suis fait jeter dehors sans explications. Ca vous va monsieur le donneur de leçons ? Pas qu'être dans la rue ça m'dérange, c'est un peu mon chez moi mais ce mastodonte il semble pas disposer à écouter mes excuses. Elle pousse un soupir long et regarde son maigre butin lui filer entre les doigts. Bah voila, reste plus qu'à retourner à la case départ ? Au moins lui répondre au monsieur qui fait mumuse avec ses menottes. Elle lui tourne le dos, montrant par là une grande habitudes des arrestations et ne bouge pas en gardant ses poignets proches et serrés.

- Bah j'ai faim, et je fumerais bien une clope, pour le reste m'excuserais pas, zont qu'à pas laisser leurs affaires traîner !

Les excuses c'est pas mon fort, j'avoue que je préfère être cash, c'est plus facile et puis de toute façon je risquais rien de plus qu'attendre dans une cage encore et encore. J'aurais presque voulu garder un peu d'argent juste pour pouvoir me ravitailler en clopes avant de me refaire enfermer. C'est peut être possible de négocier, c'pas si hors de prix que ça les clopes, peut être qu'il me laissera m'en acheter et griller plusieurs avant de m'déposer en cage.

-Dites ? Y'a moyen qu'on s'passe à un tabac avant qu'vous m'enfermiez ? J'voudrais pouvoir fumer une dizaine de bout avant de plus pouvoir avoir le goût d'une clope en bec.

C'était peut être pas la meilleure façon de demander, mais c'était ma manière à moi, au pire je sentirais juste le manque monter et s'amplifier, comme si de toute façon j'étais déjà résignée. J'avais juste tourner mon regard vers le gars voire si jamais il serait d'accord ou pas, mes poignets toujours serrés exposant mes tatouages dont ceux de mon gang autrefois célèbre dans les quartiers.




***********************************

Codage piqué au frangin © Christopher
 
Invité
Jeu 27 Aoû 2015 - 21:29
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité


Alors que j'avais les menottes en mains, la demoiselle se tourna d'elle-même, montrant ainsi son habitude de se faire arrêter par la police. Elle finit par répondre à mes questions nonchalamment, sans trouver d'excuses farfelues comme la plupart de ceux qui se font arrêter. Au moins elle était honnête, déjà un bon point pour elle. Elle me demanda ensuite des cigarettes ? Hum. Apparemment elle est de celle qui carbure aux clopes. Intéressant. Accrochant mes menottes à ma ceinture, je lui plaquais gentiment ses mains sur le mur tout en lui écartant un peu les jambes. Je finis ensuite par la fouiller, palpant ses habits (et ses formes … mais c'est … pour le travail … ahem !) pour voir si elle avait quelques choses sur elle. Rien que de la monnaie. Soupirant, je m'adossais au mur opposé, sortant de ma poche arrière un paquet de clope, jouant un peu avec avant d'en sortir une et de me la griller.

-Écoute, j'ai besoin d'un indic dans la rue, d'un informateur. Apparemment tu connais les rues comme ta poche, sinon on t'aurait déjà ramené depuis un moment au pet shop. Prenant une taffe, je la fixais intensément avant de lui lancer le paquet de clope. J'en ai encore plein au bureau, je peux t'avoir un accès limité à la salle des saisies où on entrepose des palettes entières de cartons de clopes. Soufflant la fumée lentement, je continue de la regarder. Alors, ta réponse ?

Elle pouvait en effet m'être utile. On ne savait jamais ce que les gangs des rues nous préparaient et avec un informateur à notre compte, on pourrait prévoir leurs mouvements à l'avance tout en les pinçant en flagrant délit. Intéressant. Et puis en regardant de plus près, je ne pouvais pas simplement la remettre dans sa cage, elle a déjà dû en voir de toutes les couleurs. Avant qu'elle ne me réponde, je lui demandais enfin.

-C'est quoi ton nom ?


©Didi Farl pour Never-Utopia

Invité
Jeu 3 Sep 2015 - 16:58
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité





Poussez vous, laissez passer !! Mais f****, je t'ai rien d'mandé à toi !!!





Des fois, la vie vous surprend, de bonne façon ou de mauvaise façon. Pour le coup je ne bougeais pas. Poupée de son entre les mains du policier qui oublia les menottes pour faire une fouille en règle corporelle. Je ne bronchais pas, de toute façon j'avais l'habitude et puis en même temps je n'avais pas de formes à tourner la tête à quelqu'un. Puis il arrêta, en même temps je n'avais pas grand chose sur moi, et les armes n'étaient pas vraiment mon trip. Je me figeais les mains sur le mur en entendant le bruit du paquet. S'il voulait me torturer il ne s'y serait pas mieux prit... Je me retournais lentement, fixant le rectangle du regard avec un air de psychopathe juste sortit de l'asile. Puis je l'écoutais d'une oreille à moitié distraite, fixant avec intensité le paquet qui arriva vers moi. Je le saisis au vol, prenant une tige avant de la coincer entre mes lèvres et de griller la cigarette. Je ne répondis pas tout de suite, souriant en hochant juste la tête pour affirmer que je connaissais en effet bien les rues. Quand tu as vécu la majorité de ta vie dedans ça devient en effet ta maison. S'ils n'avaient pas été plusieurs j'aurais sans doute disparu dans l'ombre. A la suite de ses phrase je faillis avaler la clope quand il annonça l'air de rien qu'il me fournirait un accès à un paradis sur terre. Sérieux ? La salle des saisie carrément ? Là tu m'intéresses bonhomme tu n'as pas idée. Reste à savoir ce que tu veux en échange.

- En gros, t'veux mes oreilles qui trainent et qui capte ce que vous ne voyez ni n'entendez ? C'tout ce qu'tu veux en échange ? C'pas grand chose pour le paradis que tu m'promets....

La méfiance c'pas vraiment dans mes gênes, je voulais juste pas me tromper sur ses attentes, au pire perso là je lui donne tout ce que j'ai. Une provision inépuisable de clopes ça s'refuse même pas ! Bon au pire faut juste s'mettre d'accord sur c'qui veut exactement, moi perso pour ce prix là j'lui fait la totale sans soucis ! Mon regard croise le sien, la fumée senvolant entre nous dans cette étroite ruelle alors que je souris, tapant l'excédent de cendre avant de répondre à sa question.

- Je m'applle comme tu veux mon grand avant de lui faire un sourire taquin et coquin à la fois avant de reprendre un air semi sérieux Blandine Paris, c'était c'qui y'avait de noter à la DASS, parait que c'était la volonté d'ceux qui m'ont abandonné dès le départ. Didi c'plus court s'tu préfères.

Je fermais les yeux, savourant la clope avec un délice visible. P'tain si c'est sérieux son offre, je suis passé de journée merdique à offre en platine. Et pour le coup, j'dirais pas non, bon au pire je vais m'retrouver à la rue encore, mais c'pas si grave si j'peux me gaver de mon pêché à longueur de journée. Mes yeux se rouvre, dévisageant de mes pupilles dorées celle de l'inspecteur, ne posant pas vraiment d'autres questions avant de m'interroger. Me lançant finalement dans la finalité de la transaction.

- Du coup on f'ra comment ? J'te transmets comment c'que j'apprend ?

***********************************

Codage piqué au frangin © Christopher
 
Invité
Jeu 3 Sep 2015 - 18:22
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité


Alors que je lui énonçais ce que je voulais d'elle, elle faillie s'étouffer quand je lui ai parlé de la salle de saisie. C'est vrai que je prenais un gros risque en lui autorisant officiellement ça car s'il venait à manquer quelque chose autre que des clopes, c'est moi qui en payerais le prix. Toutefois, sans compter les gardes à chaque coin de la salle, j'estime toujours qu'instaurer un climat de confiance avec son indic est primordial, car si on est pas réglo avec eux, ils peuvent nous donner de fausses infos, choses qui seraient fatal pour la police … enfin surtout pour moi en fait. Et puis pourquoi ne pas lui faire confiance ? Malgré le fait qu'elle soit de la rue, elle m'a l'air honnête. Elle me dit ensuite que ce que je voulais d'elle n'était rien comparé au paradis que je lui offrais … Sérieux ? Elle ne sait pas que les infos pour la police c'est vital ? Si la police ne sait rien, elle ne fait rien … Bref …

Je tirais une autre latte sur ma clope, toujours en la regardant, souriant de plus bel quand elle me dit que je pouvais l'appeler comme je voulais. Faut pas dire ça grande ! Pas à n'importe qui en tout cas. Même si son petit sourire ne me laisserait pas indifférent dans certain cas. Blandine Paris hein ? Intéressant. Puis elle me posa LA question. En effet, comment me transmettre ses infos ? Je pouvais lui donner un passe pour mon bureau, mais ça va créer plus de problèmes qu'autre chose si on fait ça … Et me promener seul dans les rues n'est pas vraiment approprier non plus … Je ne voyais qu'une solution à ça … Prenant une taffe, je soufflais lentement la fumée, plongeant mes yeux dans les siens avant de lui répondre dans l'ordre.

-Ouais je demande que ça, même si ça ne te parait rien, c'est déjà beaucoup pour nous …

Je tirais une autre bouffée, un peu plus grande celle-là avant de poursuivre tranquillement.

-À ce que j'ai compris, tu n'as ni toit, ni maître c'est bien ça ? Un silence de quelques secondes s'installa avant que je reprenne. Est-ce que ça te dirait de vivre chez moi ?

La demande aurait pu faire l'effet d'un coup de massue à n'importe qui tellement elle était tombée de nulle part et je ne lui en voudrais pas si elle refusait la demande. Surtout qu'on s'est rencontré y'a … 10 minutes ? Même pas ? Hum. Je tirais une dernière bouffé de la cigarette avant de l'écraser contre le mur puis de la jeter nonchalamment au sol. M'approchant d'elle, je lui tendis ma main pour qu'elle la serre.

-Je m'appelle Viken Klein, je suis le chef de la police de ce département.

De nouveau, ça aurait fait un choc, le chef de la police qui vous sort tout ça d'un coup, c'est … stupéfiant … Je pense … Je suppose …


©Didi Farl pour Never-Utopia

Invité
Jeu 3 Sep 2015 - 23:54
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité





Poussez vous, laissez passer !! Mais f****, je t'ai rien d'mandé à toi !!!





Y'a des jours, qu'on sait comment qu'y z'ont commencés, mais qu'on a aucune idée d'comment qui font finir. Bah sérieux, j'crois que j'suis en train de vivre un de ces jours là. Parce que se réveiller clodo chassé et finir la journée sous un toit, y'a pas des masses de chances que ça arrive de nos jours. J'crois pas au père noël et j'y ai jamais cru d'ailleurs, d'coup quand il a lancé ça j'étais prête à rire. Sérieux, un policier qui veut s’encombrer d'un déchet comme moi ? Bon ok, apparemment il aime fumer aussi, c'est forcément quelqu'un de bien. Puis il a l'air honnête, vaux mieux d'ailleurs vu son métier. Et bon pas désagréable à regarder du tout en plus. J'ai du tomber sur la tête et j'suis en train de rêver. Bon apparemment vu le reste de mégot sur le mur et la main tendue non c'est pas une blague.. Machinalement ma main se lève et serre la sienne, 'tain, j'ai jamais sentit ma main si petite d'ailleurs, j'suis pas grande mais quand même quoi ! Fin le reste j'suis sonnée encore plus ... un officiel, Didi ma grande t'en a jamais vu de si près des grands chef. Bah j'ai rien contre sa proposition, encore qu'y faut qu'j'y dise sinon va croire que j'veux pas !

- Salut Vik, et j'prends pas les lits dessous, j'préfères au dessus si ça gêne pas.

Comment ça des doubles sens ? Mais non s'pèce de pervers, j'parle du couchage parce que j'suis perturbée, c'pas tous les jours que DIeu lui même envoie un archange aux allures de démons vous arracher à vot' sort. Mais j'avoue qu'il me surprend, c'est pas commun comme proposition et j'espère qui r'grettera pas comme les autres. Surtout que j'sais toujours pas pourquoi le loup m'a mise à la porte. Je récupère ma main, après tout s'il veut rien d'autres que des infos j'peux lui amener ça, faudrait juste qu'il me précise du quel genre. Sur les trafics ? Sur les trucs illégaux ? Ou sur tout ce que je pourrais entendre ? Les trois j'peux faire, on prête pas souvent attention à moi, quand j'suis en mode furtif, et j'suis assez petite pour passer dans des endroits assez improbables. Je le dévisage, quand même assez surprise qu'il ne demande rien de plus, en général, les mecs c'est porté sur la chose, perso ça me dérange ça, ça permettra de dormir un peu, puis tant que j'ai des clopes.. Ah tiens ... Faut p'être que j'y rende ... C'est un geste presque douloureux que je fais à lui tendre le paquet de cigarettes.

- J'peux aller m'en acheter, j'veux pas t'priver des tiennes, puis .. Merci .. T'habites où ? Pas que j'veux pas t'suivre mais bon, s'tu veux des infos pour se soir faut que j'my mettes !!

Toujours cash Didi, j'pas le temps vraiment de soucier du reste, puis j'me repère bien dans l'espace, qui m'dise juste le numéro d'la rue, j'sais lire. Enfin un peu, c'pas vraiment c'qu'on ce souciait de m'apprendre. Fallait déjà me tenir en laisse et c'était pas gagner !


***********************************

Codage piqué au frangin © Christopher
 
Invité
Ven 4 Sep 2015 - 16:06
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité


Elle semblait perplexe au début et y'avait de quoi en même temps. Quelqu'un qui vous annonce qu'il vous veut comme oreille pour la police tout en vous disant qu'il veut vous adopter, ça doit être dur d'encaisser. Pourtant, après quelques secondes, elle me serra la main tranquillement. Je pouffais de rire à sa remarque, au moins, elle avait le sens de l'humour, enfin je crois … C'est vrai que ça prête à confusion son double sens, bien que ça me fait sourire et puis en même temps les deux me vont … Hum. Une fois ma main de lâcher, elle me tendait mon paquet de clope avec un léger tremblement, ça semblait dur pour elle de lâcher son précieux carburant. De nouveau en souriant, je pris simplement une autre cigarette dans le paquet avant de l'allumer, souriant toujours avant de lui répondre.

-Tu peux le garder, j'en ai d'autre à la voiture.

Je portais la cigarette à ma bouche avant de prendre une bonne taffe, soufflant doucement la fumée toujours en la fixant de mon regard doré. Quelques instants après, le copain flic revint finalement avec la déposition de la marchande sans que cette dernière porte plainte. Après tout, on lui a rendu ses affaires et il semble qu'il ne manquait rien. Il observa la demoiselle un moment, ne sachant pas quoi faire. Je lui dis finalement de m'attendre à la voiture de police pour qu'il nous laisse un peu tous les deux, il n'avait pas besoin de savoir ce qu'on se disait. De nouveau parti, je reportais mon attention sur Didi, toujours en lui souriant.

-J'habite en plein quartier des habitations, c'est une petite maison avec un petit jardin, tu ne peux pas la manquer, mais je vais te donner l'adresse de toute façon.

Après être retourné à la voiture avec elle, je pris un petit bout de papier avant d'y noter mon adresse pour lui donner.

-Je t'y attends ce soir du coup.

Sans un mot, elle s'éloigna sans se retourner. Soupirant, un léger doute s'installa en moins, est-ce que ça ira ? Je ne me suis jamais vu avec un pet … Hum … Remontant en voiture, nous nous éloignions tranquillement … jusqu'à ce que l'autre recommence à parler …

©Didi Farl pour Never-Utopia

Invité
Sam 5 Sep 2015 - 21:06
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La figure de style, une approche percutante | Renan le Guerec
» Les règles qui me posent problème

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domination Hybride :: ♥ Les vieux faubourg ♥ :: Supérette "Aux ailes de l'espoir"-
Sauter vers: